Partagez| .

Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 386
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin Jeu 24 Oct 2013 - 22:32

Enfers - le Tartare

La Terre.
Un endroit où coexistaient des centaines d'êtres vivant dans la plus grande et la plus magistrale ... cacophonie.
Les Hommes n'attendaient mêmes plus la douce et réparatrice arrivée de la Mort. Ils préféraient la provoquer. Eh bien soit, ils avaient perdus et les voilà, aujourd'hui, tous misérables devant la déesse de la lune noire à pleurer tout en regrettant la Vie.

Et ces idiots qui n'avaient pas compris l'importance de leur action durant le passage momentanée de leur âme sur Terre craignaient le jugement du seigneur des Enfers.

"Non mais sérieusement il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Qu'ils sont pitoyables. Je m'en contrefiche de leurs petits problèmes personnels et égocentrique.
Non mais c'est pas vrai quand est-ce qu'ils vont se taire à la fin !!
Non je ne ramènerais personne à sa misérable petite vie. Oui je m'en fiche complètement que ta femme ait besoin de toi pour survivre ; allez quoi si c'est comme ça elle finira bien par te rejoindre ... ou pas
Vivement mon retour aux enfers et encore les ennui ne sont pas fini !! Si seulement il n'était pas venu aux seigneur Hadès de faire venir ce piètre musicien mortel. Rien que sa présence renvoie l’atmosphère des ces arrogantes petites nymphes, quelle horreur !"


Car parmi la tournée des âmes que venait d'effectuer Hécate se trouvait un mortel. Et Non, ce n'était pas une erreur de sa part mais bien l'un des nombreux caprice de ce cher roi des enfers (qu'Hécate veillait à combler bien évidement) qui disait s'ennuyer à longueur de journée. Du coup, il avait ordonné à Hécate de le lui ramener.
Lui, cet enfant qui se prétendait musicien.
Non pas que la déesse reprochait quelque chose en particulier à Orphée mais décidément, elle ne pouvait pas supporter ces nymphes.

Un carrefour, parfait, ils étaient arrivés. La déesse n'avait pas particulièrement besoin d'être à l'un de ces intersections pour aller aux Enfers mais elle avait une attirance particulière pour ces lieux. Le chemin de la Vie , le chemin de La Mort. Les choix, les actions et décisions qui meublait le quotidien des mortels. Ou encore la passerelle entre l'Olympes, Les Enfers et la Terre. Différentes connotations qui lui plaisait énormément .

Il ne fallut qu'une seconde pour changer de monde ; pour passer d'un monde relativement vivant à un monde complètement désolé.
Elle abandonna les âmes et se dirigea vers le château du seigneur Hadès.

- Bienvenu dans les Enfers Orphée. prononça-t-elle doucement.

Car effectivement ils étaient aux Enfers.
Et l'autre était encore vivant ce qui posait un problème de conscience professionnelle à Hécate, mais les problèmes seraient d'un autre ordre si elle ne l'amenait pas.
Il fallait donc conduire Orphée auprès du maître des lieux.
Comme par un fait exprès, ils durent emprunter ce qu'Hécate appelait - avec beaucoup d'ironie - "le parcourt touristique". C'est ainsi, que successivement ils assistèrent à de nombreux  supplices comme il y en avait fréquemment aux Enfers, ils rencontrèrent des démons, principaux habitants des lieux si l'on ne comptait pas les morts et passèrent devant Cerbère qui avait l'air de mauvais poil. Et tout cela d'un pas lent et oppressant qu'avait choisi la déesse.
Quelle paix d'être enfin rentrée à la maison ! Quel calme et quelle sérénité !

[j'hésite entre te conduire directement à Hadès et prolonger l'introduction du RP au cas où tu voudrais essayer de je sais pas ... discuter ? ^^]


Dernière édition par Hécate le Dim 27 Oct 2013 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j
avatar
Date d'inscription : 15/04/2013
Messages : 351
Double compte : Non

MessageSujet: Re: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin Sam 26 Oct 2013 - 13:30


Que s’était-il passé ? Qu’avais-je fait ?
Ces deux questions me tournaient sans cesse en tête sans que je ne parvienne à me fixer sur une réponse. Il me semblait que le ciel s’était abattu sur ma tête. Une femme était apparue, une femme à l’aura sombre, et m’avait amené jusqu’à un carrefour, et là, tout avait changé, j’étais perdu.

J’avais l’impression que mes sens me jouaient des tours, était-ce un cauchemar ? A chaque fois que mes yeux se posaient quelque part, je n’y voyais qu’horreur et désespoir. Pourtant, je sentais mon corps, je sentais mon cœur battre. Je me pinçais le bras comme pour me réveiller, mais rien. Comment pouvais-je en arriver là ? Ma mort avait-elle été si rapide que je ne m’en étais pas rendu compte ?

Jusqu’ici, je suivais la femme, apeuré par ce qui m’était offert de voir, mais dans un élan de stupeur, je la rejoignis en quelques pas et lui demandait :

- Pourquoi suis-je ici ? Qu’est-ce que tout ceci ? Et vous, êtes-vous, comme je le pense, la déesse de la Lune Noire ?

Je regrettais bien vite mes mots, mais ils étaient sortis spontanément de ma bouche. Je n’avais même pas songé à Hécate jusqu’ici à vrai dire, et c’était le simple fait de l’interroger qui avait fait surgir son nom dans mon esprit.
Nous venions de dépasser un plateau où des figures atroces se tortillaient, leur forme indistincte changeant chaque fois que je posais les yeux dessus. Décidément, les morts étaient bien gardés…

Et je ne voulais pas être mort, je ne  pouvais pas être mort. Pendant quelques secondes, je ne pus souffrir l’idée d’être enfermé ici pour l’éternité. Je n’avais pas commis d’actes héroïques, ma place ne serait pas aux Champs- Elysées… Je tombais à genoux sans même m’en rendre compte et relevais les yeux vers la déesse.

- Ecoutez-moi, je vous en prie. Ne m’amenez pas là-bas ! Je suis en vie, je ne suis pas mort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t722-orphee
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 386
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: Re: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin Sam 26 Oct 2013 - 21:55

- Pourquoi suis-je ici ? Qu’est-ce que tout ceci ? Et vous, êtes-vous, comme je le pense, la déesse de la Lune Noire ?

Le musicien avait parlé et la déesse eut un sourire ironique.
Tiens, elle avait pensé qu'il était muet. Après tout, ne l'avait-il suivi sans prononcer ne serait-ce qu'un unique petit mot ?
Non, peut-être pas un muet ... imbécile. Voilà ! Elle avait fini par trouver le bon adjectif pour caractériser le musicien.

Non mais sérieusement, il l'avait suivie sans protester vers un lieu peu commun aux mortels. De chez lui jusqu'aux enfers ils y en avaient du chemin pourtant.

Ce n'est que lorsqu'ils passèrent devant le plateau des Torturés comme le nommait Hécate qu'il parlât. C'est vrai qu'ici elle avait donné plein de petits noms affectifs à certains de ses endroits préférés, et le plateau faisait parti de ces endroits cher au cœur de la déesse.

- Ecoutez-moi, je vous en prie. Ne m’amenez pas là-bas ! Je suis en vie, je ne suis pas mort !

Ah ! c'était donc ça ! Il croyait que La Mort avait été assez bonne pour venir le chercher. Bon, maintenant il était à genoux, et un air on ne peut plus irritable siégeait sur son visage.
De la pitié no mais sérieusement, quoi de plus ridicule.
Mieux valait en finir tout de suite, car le déesse n'avait absolument pas que ça à faire d'autant que le Seigneur des Morts attendait avec impatience son trèèèèès précieux invité.
Car il devait l'être pour demander à une déesse d'accomplir cette tâche ingrate ; d'autres serviteurs auraient pu le faire.

Elle soupira
- Non mais relève-toi je n'ai pas que ça à faire tu es attendu compris. Ne me fais pas perdre plus de temps que ça, et cache ton visage, il est horrible. On a pas idée de laisser transparaître autant de sentiments ridicules...
Et puis tu n'es pas encore mort idiot ! Si tu as deviné que j’étais Hécate alors tu le saurais ! Tu crois vraiment que je me donnerais du travail en plus en te tuant, réfléchit un peu ! On ne t'a pas donné un cerveau pour que tu en fasse de la décoration.


Allez, il fallait qu'il se relève Hadès allait lui passer un savon si elle ne se dépêchait pas !
Bon, elle n'avait pas tout la journée (si journée il y a aux enfers). Qu'il la suive ou pas elle en avait plus rien à faire. A lui de prendre le rythme,  le Roi des Enfers n'aimait pas du tout attendre.



Dernière édition par Hécate le Jeu 9 Jan 2014 - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j
Admintransigeant
Admintransigeant
avatar
Localisation : Eh oui, j'ai un trône en os. Qui dit mieux ?
Occupation : Je regarde vos petites mines déconfites et j'écoute vos doléances avec un air ennuyé
Date d'inscription : 21/05/2013
Messages : 1494
Double compte : Macaria

MessageSujet: Re: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin Mar 5 Nov 2013 - 0:32





Il n'y avait de musique plus lassante au monde que le concert de cris, de hurlements, de plaintes, de gémissements et de râles de douleur qui jouait perpétuellement dans tout le Tartare. Certains y trouvaient un certain charme ; mais le goût d'une telle armée de violons dissonants, surtout sur la longue durée, ne pouvait, de l'avis d'Hadès, n'être autre que le symptôme d'une cruauté aussi démesurée qu'inhumaine. Il n'accordait d'ailleurs aucune confiance à ceux de sa connaissance qui se délectaient ainsi de la souffrance d'autrui.
Pourtant, inhumain, il l'était. Cruel aussi, de l'avis général. Et, pour ce qui était de l'ambiance sonore, il était celui qui l'avait organisée jusque dans les moindres détails. Et, oui, il était la personne au monde qui passait le plus temps à écouter avec un plaisir féroce cette torture musicale. Et jamais, jamais, depuis presque le début des temps qu'il était installé, ne s'en était-il lassé.

Comme quoi chacun ses paradoxes personnels. On peut être un psychopathe plein de bon sens.

Certaines personnes cependant, tiraient les mauvaises conclusions de cet aspect du quotidien du seigneur des enfers. Il existait même d'odieux petits crapauds trop bavards qui se permettaient, du haut de la marre formée par leur propre bave, de penser que si Hadès appréciait à ce point son "orchestre" personnel, c'était faute de point de comparaison. Autrement dit, faute de culture et faute de bon goût.
Certaines andouilles parmi le personnel auraient vraiment eu besoin d'un bon coup de discipline en travers du dos. Hadès se demanda s'il ne se radoucissait pas trop, avec l'âge. Ah, peu importe, la question ne l'intéressait pas tant que ça.
Les musiciens de manquaient vraiment pas dans l'Hadès. Forcément, tous ceux qui vivaient finissaient par mourir un jour ou l'autre ; des tas de vrais musiciens étaient d'ailleurs disposés à plusieurs endroits des enfers, sur les champs Élysées, dans l'Erebe, dans le tartare. Il tournaient un peu partout en faisant entendre des morceaux plus ou moins inquiétants selon le lieu. Parce que, dans le fond, il ne faut pas oublier que les enfers n'étaient qu'une immense maison hantée. Tout reposait sur le décor, la poudre aux yeux, les créatures difformes préposées à effrayer les passants, le brouillard artificiel, ce genre de chose. Aussi n'était il pas rare d'y croiser une fillette squelettique aux yeux vides armée d'une flute, dispensant au gré de ses allées et venues une mélodie lancinante. Il y avait aussi toujours des musiciens, de très bons musiciens deux fois l'an, pour accueillir puis pour dire adieu à Perséphone.

Les musiciens ne manquaient donc pas, c'était certain ; mais selon Hadès, ils ne tenaient pas la comparaison. L'authenticité et la violence de la plainte ininterrompue des occupants des entrailles de la terre lui faisaient toujours la chérir tout particulièrement. Ça et la cruauté atroce démesurée évoquée plus tôt, évidemment.

Et le rapport entre la musique et notre affaire ce jour là, résidait en la personne d'Orphée. Orphée, musicien de son état, dont la renommée ne cessait, partout, de grandir et de se répandre, peut être plus que celle de tous ceux qui l'avaient précédé. Certes, Ceux là étaient effectivement aux enfers. Mais Hadès les conaissait déjà tous, et un musicien mort, aussi doué soit-il, n'égalait jamais ce qu'il avait pu être de son vivant.

Hadès n'ayant, par nature, aucune idée de ce que pouvait être un scrupule, et ne répondant jamais qu'à ses propres ordres, avait donc décidé de se faire une idée par lui même. Ce n'était pas compliqué, il avait envoyé Hécate cueillir l'oiseau. Elle avait grogné et pesté, comme d'habitude, mais un gentil sourire et un peu de persuasion maison l'avaient convaincue.

*Incroyable tout de même ce sale caractère. Il faudrait vraiment faire quelque chose à ce sujet.*

Mais il y réfléchirait plus tard. En attendant, il attendait le musicien avec impatience ! Héhé, il allait le cuisiner, lui faire  peur (on ne se refait pas), l'écouter, le renvoyer chez lui, et cette magnifique journée aurait été rentabilisée.

L’éternité était parfois un peu répétitive. C'est ce que se dit le seigneur des morts du haut de son trône.


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t706-pleased-to-meet-you-hope-y
avatar
Date d'inscription : 15/04/2013
Messages : 351
Double compte : Non

MessageSujet: Re: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin Sam 25 Jan 2014 - 15:32


Je me relevais, frappé par la réaction de la déesse. Une vague de colère perla un instant dans mon esprit, puis je me calmais. Les dieux avaient leurs raisons et leur caractère, ce n’était pas à moi d’en être juge. Mais avait-elle voulu dire que j’allais mourir ? Qu’elle m’amenait pour ça ? Je palissais un peu plus, mais je me relevais sans un mot, m’apprêtant à marcher à nouveau. Pourquoi étais-je là ? C’était idiot et présomptueux de penser que j’avais été amené uniquement pour mourir, cela ne se passait pas ainsi normalement. Avais-je offensé un dieu ? Je déglutis, continuant de marcher.

Hécate avançait dans les Enfers, il me semblait que nous étions toujours plus perdus dans ce monde qui me semblait si hostile. Tout n’y était sans doute pas laid, mais j’étais prêt à parier qu’elle m’avait fait emprunter le pire itinéraire imaginable. Enfin, nous arrivâmes devant un bâtiment… Et quel bâtiment ! Ce ne pouvait être que le palais d’Hadès. Je n’aimais pas la tournure que prenaient les choses ! J’étais trop jeune pour mourir ! Je n’avais pas fini de chanter !

Je tâchais de conserver un air digne en entrant, et je regardais autour de moi avec curiosité. Ainsi c’était à cela que ressemblait le monde des morts ? Eh bien je n’étais définitivement pas pressé. La dernière fois qu’un être divin s’en était pris à moi, c’était Aphrodite qui avait pris la mouche car tandis que j’étais éméché, j’avais chanté un peu trop fort ses exploits avec Arès. Sa vengeance avait été terrible, mais cette histoire n’avait pas sa place en ce lieu.
Nous semblions proches de notre destination. A quoi donc pouvait bien ressembler le Dieu des Enfers et de la Mort ? Je réfléchissais à toute vitesse pour savoir si ces derniers temps je n’avais pas laissé échapper quelques poèmes concernant son enlèvement de Perséphone. Non, cela ne me disait rien. Et la déesse était-elle ici ? Sur Terre on racontait qu’elle seule pouvait calmer son mari lorsqu’il enrageait, mais l’on racontait beaucoup de bêtises sur Terre…

Un porche se dessinait devant nous, et je me figeais en le contemplant. Ses dimensions étaient colossales, et je restais bouche bée devant. Je me repris vite en voyant l’air de la déesse sombre, mais j’étais impressionné. Les lieux commençaient à exercer sur mon imagination un peu trop débordante une fascination sans nom, et je rêvais d’histoires chaotiques et profondes dont le drame se tramerait ici-bas. J’avais l’irrésistible envie de franchir la porte afin de voir la salle qui se trouvait derrière et qui sais, les occupants qu’elle contiendrait. Je n’étais pas du genre à combattre toute intrusion mentale en opposant des boucliers savamment établis, au contraire, j’aimais me laisser déborder par les émotions, et l’attirance magnétique du palais m’emplissait peu à peu d’une fièvre peu commune.

Je tournais le visage vers Hécate et l’interrogeait du regard, étais-je supposé entrer ? Les traits de la déesse restaient silencieux, je ne parvenais pas à lire d’émotion dans ses yeux. Je frissonnais, et je fis un pas en direction de la porte…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t722-orphee
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 386
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: Re: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin Dim 16 Fév 2014 - 12:22

Ah ! La douce sensation d'être enfin rentré à la maison ! Quel bonheur ! Hécate se serait mise à rire d'une joie incontrôlée si le cher musicien n'était pas à ses cotés. Jeune musicien qui venait d'ailleurs de s'approcher de la porte qui menait à la salle la plus importante du lieu: la salle du trône.

La déesse connaissant bien Hadès, elle pouvait prédire qu'il ne les attendrait pas dans l'une des nombreuses salles inoccupée du palais et où ils seraient plus tranquille. On peut même dire qu'après tant de temps passé ensemble elle le connaissait même très bien. Après tout, elle le considérait désormais comme un grand frère, un cousin ou autre membre de sa famille. Ce n'est pas très important ce genre de titre car après tout,ce qui importe réellement c'est que les deux êtres divins étaient très proches, et que par conséquent tous deux se connaissaient, et se connaissent, très bien.
Et si Hécate assommait Hadès avec des "Monseigneur", "Mon supérieur le Maître des Enfers" c'était surtout une affaire de taquinerie (et d'ironie bien évidement, il ne faut pas oublier qu'il s'agit ici d'Hécate), un jeu instaurait entre eux deux avec pour seul but de trouver un surnom risible pour Hécate, pompeux pour Hadès.

Quoiqu'il en soit, Hécate savait très bien qu'Hadès les attendrait dans la salle du trône, et c'est pour cela qu'elle s'y était rendue directement.

"Pas la peine d'avoir peur tout de suite ! Tu n'es même pas encore entré dans la salle. Que vas -tu nous faire quand tu verras Hadès, t’évanouir ? Se serait ridicule tu ne crois pas ? Bon on y vas" (Effectivement, Hadès n'allait pas attendre toute la journée).

Sur ce, la déesse, ouvrit la porte et entra dans la salle. Ordinairement occupée par les habitants des Enfers, assez violents et peu raffiné au gout d'Hécate venus demander des audiences au roi des enfers, cette fois-ci, il n'y avait même pas l'ombre d'une de ces horreurs.
Certes, Hécate n'était pas la plus gentille des déesses que l'on puisse rencontrer ni celle que l'on souhaitait rencontrer d'ailleurs (elle laissait ce beau rôle à Perséphone et à Aphrodite) mais il ne faut rien exagérer. Cela ne voulait pas dire qu'elle appréciait la brutalité. La Mort n'est belle qu'avec un minimum de semblant de finesse que ces horreurs n'avait pas. Trahison, empoisonnement, complot et autres stratégies pour mettre en oeuvre la Mort étaient quand même de plus beaux et plus divertissants spectacles.

Bon bref, ils étaient enfin dans cette fichue salle.

"Votre Sainteté, Orphée est arrivé, je m'excuse du temps que ça a pris mais ...
Non je ne me suis pas amusée a compter les cheveux de chacune des âmes que j'avais à ramener, mes compagnons et moi n'avions pas que ça à faire."


En voyant la tête qu'avait faite celui que l'on appelait le roi des Enfers, Hécate avait tout de suite sentie venir la réflexion sur son retard et avait fini sur un ton assez sec. D'ailleurs elle attendait aussi une réflexion quant au nouveau surnom qu'elle lui avait trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j
Admintransigeant
Admintransigeant
avatar
Localisation : Eh oui, j'ai un trône en os. Qui dit mieux ?
Occupation : Je regarde vos petites mines déconfites et j'écoute vos doléances avec un air ennuyé
Date d'inscription : 21/05/2013
Messages : 1494
Double compte : Macaria

MessageSujet: Re: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin Jeu 20 Fév 2014 - 22:24

Hadès observait la porte.
Fermée.
Fermée.
Fermée...
Toujours fermée. S'il avait possédé une montre, il y aurait jeté un coup d'oeil. Seulement, d'une part, un cadran solaire n'aurait pas été très efficace aux enfers, et que d'autre part en tant que divinité, il se rendait très précisément compte de chaque seconde qui passait sans l'aide d'un quelconque instrument.

Hécate, dépêche toi ♫ Pourvu qu'elle ne se soit pas perdue. Est-ce qu'elle était encore capable de se perdre ? Oh non tout de même pas...

Ah, voilà, il entendait sa voix caustique ! Mouvement de la part de l'immense porte de marbre. Hadès leva la tête d'un air impassible, s'attendant franchement à voir en émerger Orphée ; mais evidemment, Hécate lui avait soufflé la politesse. Elle s'avança de son pas altier, visiblement contrariée. Parce qu'elle se savait largement en retard ? Allez donner une heure à une femme...

Oh. En fait elle avait l'air en forme. Ce devait être toute cette frustration qui ressortait...
Eh alors quoi, elle n'allait pas mourir d'un petit détour !

"Ma sainteté s'étonne de recevoir de si maigres excuses, remarqua-t-il. Tu t'es perdue en route, Princesse ?"


Le ton était moqueur, avec une note de menace un peu inquiétante. Même si à vrai dire, il n'y avait pas de menace qui tienne entre Hadès et Hécate. Leur ton formel était pure escroquerie. Une vaste blague.

"Si ça te tracasse tant que ça, tu pourras finir de compter plus tard !"
Il lui sourit franchement cette fois. Ce qui n'était pas moins inquiétant, loin de là.

Et, se désintéressant du coup d'Hécate, le roi des enfers reporta son attention sur celui qu'il avait tellement attendu d'avoir sous la main. Paradoxal, comme quelques heures pouvaient paraître longues à un être dont la naissance avait même précédé l'hiver.

Orphée avait la tête de l'emploi, rien à redire. Le fils d'une muse, c'était difficile à nier ; il partageait leur regard. La question étant, est-ce qu'il allait tomber dans les pommes ? Il n'aurait pas été le premier. Les précédents s'étaient réveillés dans le tartare avant même de comprendre ce qu'il leur arrivait ; Hadès n'avait pas trop apprécié de les voir lui fausser compagnie.

Il fixa deux yeux brillants sur le mortel que la chance semblait avoir un peu délaissé ces derniers temps. Et, suscitant de la main un genre de brise divine sortie d'absolument nulle part, il le poussa en avant, plus près de son trône.

"Hadès, Souverain des Ombres, Maître absolu des morts et seigneur des enfers, le seul et unique. Enchanté. Tout le plaisir pour moi, je suppose."
(Mais qu'il s'arrête de sourire, il fait peur aux enfants !)

"Orphée je présume ? La visite de mes jardins te fut-elle agréable ?"

Raisonnablement, c'était compromis.

[Un concert gratuit...? Mmmh, je préfère les espèces ]

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t706-pleased-to-meet-you-hope-y

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin

Revenir en haut Aller en bas

Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un musicien dans les Enfers, de quoi animer un peu le coin
» Caresses de la mer [Pv: Alban Chaos]
» MYTHOLOGIE GRECQUE : L'ODYSSÉE d'HOMÈRE
» Mouchons nous dans les doigts ♪ Quoi ? C'est pas ça la chanson ? ► Heathcliff E. Powells
» Un musicien dans la neige ♪ Snowball Fight !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: Archives :: Autour du RP :: Anciens RP :: RP inachevés-