Partagez| .

Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Jeu 21 Mar 2013 - 0:01

Edit Orphée, La Mer, la plage


La nuit était tombé sur la magnifique Mer Égée. Les étoiles scintillantes dans le ciel bleu marine éclairaient faiblement la Plage d'Ithaque. Le mer était d'une couleur sombre, les vagues faiblardes s'échouaient sans but sur le sable fin, qui semblait être un infime résidu broyé d'or tellement que le sable paraissait aux yeux du Divin, éclatant.

Hypnos était allongé sur le côté, le torse face à la mer. Ses yeux gris argentés profondément ancrés dans le domaine de Poséidon. Le fils de Nyx ne tenait pas le frère de Zeus haut dans son estime. Aucun membre du canon Olympien ne montait très haut dans son estime, depuis l'ultime punition du roi des dieux, Hypnos s'était totalement éloigné des dieux et de leurs desseins. Notamment ceux d'Héra qui l'avaient conduits à sa perte. Le seul à pardonner était Dionysos que le Sommeil n'avait toujours pas revu depuis sa libération mystérieuse du sombre palais de Lemnios.

Seul sur cette plage, l'esprit du dieu alla de part en part, s'orientant sur de nombreuses choses et de nombreuses personnes. Il ne dormait jamais, veillant sur le sommeil des mortels. Morphée devait déjà s'aventurer dans leur sommeil onirique, bientôt il chuchoterait à l'oreille de son père quelques rêves savoureux.

L'insomnie paralysait profondément Hypnos, une nouvelle soirée commençait sur cette plage d'Ithaque, et c'était dans ses pensées que le divin du sommeil allait passer le temps... À moins que... Discrètement une mortelle approchait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humeur : Friv..-Non mais ho !- Enjouée
Date d'inscription : 07/03/2013
Messages : 108
Double compte : Non

MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Jeu 21 Mar 2013 - 2:03

La nuit était tombée sur ces belles contrées en effet. Pénélope avait toujours aimé la nuit. Si elle peinait à se passer de la lumière du soleil, elle avait passé bien des nuits à converser avec cet astre qui conserva la pâleur de son teint alors que le temps lui luttait pour débuter son lent travail de dégradation du reste de son corps. Elle ne lui répondait pas ; bien entendu, les astres ne répondent pas. Il n'y a que les Dieux qui peuvent répondre aux prières des mortels, et souvent ils se gardent bien de le faire. Pouvoir grisant. Rêves déçus.

Cette nuit, Pénélope n'était pas accompagnée. C'était bien rare. Bien trop rare. Elle savourait chaque instant de solitude à sa juste valeur. Il y avait toujours quelqu'un pour lui voler une heure, un rendez vous. Et elle ne refusait que rarement. Ce n'était pas en restant enfermée à penser qu'elle apprendrait quelque chose ! Le bon sens lui avait toujours conseillé de s'armer de connaissance tout autant que de connaissances, les deux étant liés très fortement. Et la Raison était l'avis que Pénélope suivait le plus souvent. Et jusque là cela ne lui portait pas tord. Pas du tout. Mais elle n'en demeurait pas moins humaine et avait besoin de se retrouver en tête à tête avec la nature. Besoin vital.

Ce soir, l'appel de la mer fut plus fort que celui de la forêt. Sentir le vent dans ses cheveux, goûter à l'écume volatile et salée, voir le reflet de la lune sur la danse des vagues. Elle avait toujours aimé, depuis toute petite. Son père l'y avait amené plusieurs fois et lui avait parlé de ces mondes par dela les mers. Ces mondes donc l'existence est encore plus ou moins prouvée. Et Pénélope se prenait à rêver. Parfois, lorsque la mélancolie l'étreint, Pénélope revient rêver. Mais ce soir c'était différent, ce soir, elle allait à l'encontre de son Destin.

Elle ne s'attendait pas à croiser une quelconque divinité. Et certainement pas celle la. Poseidon passe encore, mais il devait en être autrement. Il était là, sur le sable, allongé avec nonchalance. Elle ne l'avait jamais vu. Ni de Chronos Ni de Gaïa. Seulement, ce fut la curiosité qui l'emporta sur les reste des sentiments qui agitaient son esprit. Voila donc que la douce Pénélope, dans sa robe bleu ciel ornée d'une ceinture dorée s'avançait vers le Dieu peut être endormi.


Il ne semblait pas enclin à bouger. Elle se voulut respectueuse. Il aurait pu être prince de Chypre ou d'une quelconque Ile importante, elle se devait donc d'observer quelques règles de politesse élémentaire. Elle n'imposerait pas sa présence, elle se présenta à ses côtés, garda le silence un instant avant de laisser sa voix naître pour couvrir les embruns .

« La nuit promet d'être belle.... »

Silence.

« Et elle tient toujours sa parole. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t503-penelope-pas-morte-mais-am
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Jeu 21 Mar 2013 - 13:20

Discrètement elle prit place, jetant quelques coups d’oeils interrogateurs sur Hypnos, elle ne devait pas avoir remarqué qu’il n’était pas mortel comme elle pouvait l’être, qu’il était divin, fils de Nyx, issue même de Chaos, le grand créateur… Peut être pouvait-elle en avoir l’arrière pensé. En temps normal, Hypnos aurait jeté sur la mortelle un sommeil profond et serait parti. Il n’avait que faire d’une mortelle. Mais, la dure solitude dernièrement éprouvé le laissa faire, laissant s’approcher cette femme au doux parfum enivrant.

Pourquoi donc ne dormait-elle pas ? L’insomnie l’avait-elle gagné aussi ? Dressant son puissant drapeau sur deux yeux qui ne rêvaient que de se fermer, lentement. Ou peut-être avait-elle peur, peur de la nuit et de l’obscurité, peur de s’abandonner aux doux jeux de Morphée. Pourtant Hypnos veillait, il veille sur tous les mortels qui sommeillent…

Elle s’assit, sans un mot, elle laissa quelques moments duré avant de, d’une voix fluette, dire :

- La nuit promet d'être belle...

Hypnos ne releva pas, se plongeant dans le mutisme, il savait que d’autres paroles viendrait, cela n’avait rien de divin, l’humain se plaisait de poétiser a la vitesse du moment, à celle des vagues, si lentes en cette belle nuit.

- Et elle tient toujours sa parole.

Cette dernière remarque fit sourire Hypnos qui répondit d’une voix calme, au ton mielleux et grave :

La déesse de la nuit est bien plus belle qu’Aphrodite et tous ses enfants réunies… Si sa beauté reste discrète aux yeux du monde, c’est pour la seule raison qu’elle ne jouit pas de la possibilité d’être l’amante de tous les divins, elle n’est pas objet duquel tout le monde dispose. Elle est simplement symbole de pureté, et sa parole sait toujours en nos sommeils nous guider. N’est ce pas ?

L a question du divin ne quémandait pas obligatoirement de réponse, à la manière des mortels il divaguait… Après un court silence il ajouta :

Pourtant vous ne dormez pas. Morphée, dieu du monde onirique vous aurait t-il offensé au point que vous ne vous laissiez séduire par l’envie de rêver ? Quitter pour une nuit sa condition de mortel et naviguer à travers le temps, à travers l’espace…

Patiemment il attend la réponse de la mortel, qui étais-ce donc ? Son visage inspirait à Hypnos quelque personne qu’il avait du oublier…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humeur : Friv..-Non mais ho !- Enjouée
Date d'inscription : 07/03/2013
Messages : 108
Double compte : Non

MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Sam 23 Mar 2013 - 1:01

La lune n'en finissait pas de briller. Astre délicieux s'il en est. Si les jardins demeuraient de jour son coin de prédilection, la nuit à elle seule était son instant de réconfort. Alors que tout le monde était endormi, elle pouvait rêver éveillée à ces vies qu'elle aurait pu vivre. Nymphe, Déesse ou Amazone, centaure ou Erynie. Mais elle n'était qu'une simple mortelle. Heureusement, elle n'avait pas à se plaindre de sa condition. Bien que les esclaves ne soient pas si mal traités que ça -nous ne sommes pas des barbares!- Elle aurait très bien pu en être. Les Dieux lui avaient épargné ce désagrément.

Mais la condition importe peu face aux éléments. Les jours de tempête personne n'était à l'abri. Lorsque Poseidon réclamait son tribut, il prenait au hasard parmi les hommes. Rois ou humbles agriculteurs, il noyait la vie. Il était un Dieu terrible et tout le monde le savait. Il ne tremblait devant personne, on pensait même qu'il pouvait, lors de fortes colères détruire des montagnes sans avoir à attendre l'érosion. Elle ne le craignait pas. Après tout, il était peut être un Dieu mais il n'en restait pas moins un homme. Et a ce titre, elle n'était pas tout à fait impuissante.

Elle était à mille lieues de se douter de qui lui tiendrait bientôt compagnie. Certes elle le trouva bien grand pour un grec, mais après tout, toutes les tailles sont dans la nature. Il n'est utile de s'étonner de rien. Elle restait courtoise et maniérée. Il n'y avait pas de quoi être agressive. Après tout, elle n'aurait jamais la force de se défendre, alors pourquoi chercher gratuitement les ennuis. Il l'avait laissé parler tout aussi poliment, la conversation serait certainement très courtoise. Parfait.

Finalement, après un silence, une autre voix brisa le silence en douceur. Une voix profonde et douce. Une voix qu'on pourrait écouter toute la nuit sans jamais s'en lasser, qu'on pourrait s'endormir rien qu'en l'écoutant. Une voix qui servirait de couette et d'oreiller à l'homme Las. Et des paroles sensées. Voila qu'il ne lui en faudrait pas plus pour se piquer au jeu de la conversation. Pénélope ne se départissait pas de son sourire d'apparat. La nuit serait grande, si elle n'était déjà belle.

« Certainement »

Répondit elle, rêveuse. C'était une réponse bien peu construite par rapport à la tempête qui naquit en son esprit suite à cette question. Il ne savait bien beaucoup pour un être humain sur le lyrisme et la poésie dans la prose. Contemporain d'Homère il n'avait pas beaucoup de mérite, certainement bien moins de talent, et pourtant. Cette voix ferait tout accepter. Finalement, elle se piqua définitivement au jeu. Elle étendit ses jambes sur le sable et pris un appui vers l'arrière, les mains délicieusement enfoncées dans cette couche granuleuse de sol.

« Je n'ai pas besoin de la nuit pour quitter ma condition de mortelle ! Il suffit pour ça aux hommes de posséder une bonne disposition de l'esprit. Ne sous estimons pas le rival principal du rêve qui est l'imaginaire. Le rêve peut se faire éveillé, et je soutiens que la porte en demeure dans les yeux de cette même Déesse nocturne. »

Un bref soupir de contentement se heurta contre le bruit des vagues.

« Vous me semblez bien poète, Monsieur. Et bien renseigné. Seriez vous en quête d'inspiration ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t503-penelope-pas-morte-mais-am
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Sam 23 Mar 2013 - 13:29

La mortelle n'eut pour simple réponse qu'un "certainement". Puis s'asseyant dans le sable, allongeant de douces jambes sur le sable rendue obscur par les ténèbres épais de la nuit. Hypnos, particulièrement curieux posa un regard de côté dans sa direction.

Elle était peu grande, fine, elle ne devait pas être plus lourde qu'une fillette, et ces traits se confondaient d'ailleurs à ceux d'une fillette. La peau légèrement ambré, elle semblait être d'une douceur infinie, elle possédait un visage simple mais magnifique. Ses cheveux ramenés en arrière, découvrant un large front lui donnait un rang bien plus élevé que celui d'un mortel banal sans importance. Cette femme était-elle une princesse, ou bien une reine ? Tout du moins, on pouvait se prêter à cette idée vu l'odeur parfumé qu'elle dégageait.

Hypnos, resta un moment, le regard vide sur les yeux de la belle mortelle. Il était d'un bleu sans égal, en à peine un coup d'oeil on pouvait se croire perdu en les profondeurs marines de Poséidon, ou en les contrés abyssales d'Océan. Ce bleu, sombre, mais scintillant aussi, envoûtait totalement Hypnos. Le divin, longuement admira les yeux de la mortelle. N'étais-ce pas la reine d'Ithaque ? Celle, marié au stratège, rusé et malin, Ulysse ?

Alors qu'Hypnos méditait sur la question, elle protesta face aux dernières paroles du sommeil :

- Je n'ai pas besoin de la nuit pour quitter ma condition de mortelle ! Il suffit pour ça aux hommes de posséder une bonne disposition de l'esprit. Ne sous estimons pas le rival principal du rêve qui est l'imaginaire. Le rêve peut se faire éveillé, et je soutiens que la porte en demeure dans les yeux de cette même Déesse nocturne.


Ce point de vue était intéressant ! L'imagination humaine serait donc plus créatrice, plus puissante, plus réel, que les rêves ?! L'esprit dépasserait la conscience ? La mortelle semblait être en voie de philosopher, malheureusement pour elle, Hypnos n'en avait que faire de cela, ou tout du moins, pour philosopher il fallait savoir confronter deux idées, hors, le divin ne rejetait point du tout celle proposé par la jeune femme.

- Vous me semblez bien poète, Monsieur. Et bien renseigné. Seriez vous en quête d'inspiration ?


Le Sommeil évalua bien les paroles de la femme avant de répondre ceci :

" Il m'arrive, d'avoir l'âme d'un poète lorsque l'envie me prend, lorsque l'inspiration prend part de mon corps pour créer une symbiose époustouflante que moi même je ne comprend. Bien renseigné je ne peut que l'être, car moi même je suis divin, immortel parmi les mortels. Mais n'en dites rien, mon existence en aucun cas ne doit se savoir. "

Il y eut un cours silence pendant le quel Hypnos réfléchit à l'inspiration, finalement, ayant bien choisi ses mots il expliqua :

" En quête d'inspiration, l'homme est toujours à la recherche d'inspiration, sinon il serait semblable à un insecte, animal sans cerveau dont le but est définis et poussé par l'automatisme? L'inspiration n'est que l'image d'un esprit faisant naître la création. Que nous soyons divins ou mortels, nous avons ce point en commun, nous sommes toujours poussé à créer, à provoquer les étincelles créatrices qui prendront ampleur dans nos vies, réchauffant nos coeur de créateurs, car la création provoque que de bien être... Peut être l'avez vous remarqué.

Hrp : Je suis désolé je me suis beaucoup égaré sur certains moments.


Dernière édition par Hypnos le Ven 5 Avr 2013 - 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humeur : Friv..-Non mais ho !- Enjouée
Date d'inscription : 07/03/2013
Messages : 108
Double compte : Non

MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Ven 29 Mar 2013 - 14:05

(J'aime ça donc c'est pas grave:D Par contre, vu que j'ai personne pour le jouer, pour le moment je suis encore princesse, et je n'ai pas encore épousé mon cher mari ! )

Les dieux s'étaient bien gardés d'intervenir dans sa vie jusqu'alors. Certainement qu'ils l'avaient façonnée de bien plaisante façon pour leur bon plaisir mais une fois la création achevée ils l'avaient laissé se débrouiller, admirablement d'ailleurs. Parfois elle était allée adresser ses prières cependant elle n'avait jamais eu de véritable réponse, d'action divine en sa faveur. Elle n'était cependant pas si rancunière. Ils avaient beaucoup à faire sans s'occuper de ses affaires.

Lorsque parfois ca devenait un peu trop lourd, elle fuyait dans l'immensité. La nature avait toujours été là pour apaiser ses malheurs et elle n'avait de plus grand plaisir que celui de marcher pieds nus dans l'herbe. Sentir l'humidité, la fraîcheur. Un réconfort qu'on ne peut retrouver que dans les bras ou dans le cœur d'une mère. La mère nature n'a pas écopé de son surnom gratuitement.

Elle se sentait en sécurité. Ignorant avec qui elle était, et ne prenant pour elle que la douceur du vent et la fraîcheur des embruns elle ne jugea pas nécessaire de rester sur ses gardes. Les divinités de l'obscurité ne sont pas si mauvaises qu'on se plait à le penser, elle en était persuadée. Et il semblait poète. Ce qui n'était en rien pour lui déplaire. Orphée lui aurait il murmuré quelques idées avant même son arrivée ? Rien de moins certain. D'une main distraite, elle laissait filer le sable entre ses doigts d'ivoire. A la manière de la vie et du temps, il filait sans qu'on puisse le retenir, causant de minuscules fissures dans la peau. Traces éternelles et indélébiles.

Absorbée par cette tâche qui n'en était pas une, elle n'avait pas vraiment remarqué qu'elle était passée au crible en cet instant précis. Par le tamis aiguisé de l'observation divine. Elle ne s'en souciait pas, elle se savait assez jolie pour ne pas s'en soucier. Après tout elle ne voulait pas qu'Apollon puisse prendre ombrage de sa création, elle préférait donc l'humilité aux vaines vanités dont on se pare alors que l'esprit s'y est égaré. Il prenait le temps pour répondre, elle prenait le sien pour rêver.

Finalement sa voix s'éleva de nouveau pour couvrir une partie du bruit des vagues. Tais toi, Poseidon, laisse Hypnos me bercer plus certainement que Morphée.

« L'âme d'un poète le prend sans se soucier de son envie propre. La poésie nous élève à un rang bien différent que la volonté ! Elle nous choisit et nous berce. Nous ne pouvons que la subir et l'envier.  En cela nous sommes tous égaux. Il est des choses qui nous outrepassent. La raison a ses limites que l'âme ignore. »

Voila que son morceau était défendu. Et si elle passa sous silence la révélation de sa divinité, son esprit, lui, refusa de passer outre. Ses joues s'empourprèrent. Humilité, couvre mon visage d'un masque de honte.

« Ainsi donc, voilà d'où vient tant de sagesse. Des étoiles. Quelle est donc votre constellation ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t503-penelope-pas-morte-mais-am
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Ven 5 Avr 2013 - 12:09

Hypnos se tut, laissant la belle femme qui était à ses côtés prendre la parole. Elle protestait les paroles du divin, donnant son propre point de vue. Selon elle, la poésie n'était pas une chose que l'homme choississait de créer, mais que celle-ci poussait l'homme à créer. Contre ou non sa volonté. Un discours qui haussa un sourcil du fils de Nyx. Ce point de vue était intéressant... plus qu'intéressant même car Hypnos, l'avait, il y a longtemps adopté. Lui aussi avait pensé que la poésie s'exemptait de l'envie de l'homme pour se manifester. Mais, en sa condition de divin, il avait pu débattre de ce sujet auprès d'autre et peu à peu sa vision de la chose s'était modifier. Lorsqu'elle eut fini et qu'elle paru satisfaite de ses mots, Hypnos exposa calmement à son tour ce qu'il en pensait.

Oui, la poésie sait agir sans la volonté d'un homme, elle peut se manifester en un instant sussurant à l'oreille du poète quelques mots enchantés venant braver les plus doués. En cela ma vision du domaine poétique s'apparente à vos mots. Néanmoins, l'homme n'est pas proprement soumis à cette poésie, ou bien contre la volonté de cette dernière. En une volonté de neutralité, elle peut être essence de beauté, mais contre sa volonté elle ne peut en aucun cas murmuré rien qu'une seule syllabe et faire du non volontaire, poète. Cela pour l'unique raison que l'homme est orgueilleux. Si il n'a pas l'âme à vouloir poétiser, il demeurera muet comme la roche. Par contre, si celui-ci veut, ou bien, est sans prononcement devant le vouloir de poétiser, il pourra être envahi par les rimes et les allitérations car il est orgueilleux et que grâce à cette poésie il sait montrer son talent.

[color=darkred]L[/scolor]e divin passa sa langue sur ses lèvres qui avaient à présent un arrière goût de sel projeté naturellement par le vent marin. Puis il reprit, voulant à la fois débattre comme le voulait la ravissante femme mais aussi lui exposer son point de vue, car selon lui, la beauté de débat réside en l'expression nette et distincte de deux idées plus ou moins opposées.

L'homme est poète, pour dans la plupart du temps être reconnu à sa juste valeur. Peu de poète deviennent maître dans l'art lyrique rien que l'unique plaisir de ce dernier. Certains ont ce plaisir, mais poétiser n'est pour eux que moyens pour un but pré-destinés. Je parle, ici, des illustres poètes qui ont su par leur adresse gagné bien plus que la reconnaissance et l'admiration. Ceux-là n'ont pas été envahi par la poésie contre leur volonté. Ils l'ont invité pour pouvoir être reconnue d'une quelconque façon et d'y gagner au change. Peu d'humains sont attirés par le plaisir unique et personnel, car tous ont une raison de poétiser. En cela l'homme est orgueilleux, c'est qu'il voit à travers l'art lyrique, la possibilité d'y gagner quelque chose si il se prononce un talent particulier. Cette vision est simple, un homme est doué pour la poésie, alors il cherchera à se faire connaître pour ces dons et donc tentera d'y gagner récompense. Prôner vous, accord ou non ? Et par la suite, quelle est le but de tout poète exerçant son art selon vous ?

Cette thèse, qu'Hypnos avait pris du temps à exposer n'était pas très difficile. Elle se résumait par l'anticipation, tout simplement. L'homme anticipe toujours tout, et cherche toujours à gagner quelque chose, que ce soit l'or ou bien la gloire, ou encore même des buts qui sont tout à leur honneur. Mais presque jamais celui-ci ne se laissera emporté par un don tel la poésie. Son existante promulgue la volonté de tirer toujours récompenses de ses actions. En cela l'homme anticipait et se jouait de tout.

Le dieu du Sommeil avait laissé la belle répondre, si elle le désirait puis elle avait demandé :

Ainsi donc, voilà d'où vient tant de sagesse. Des étoiles. Quelle est donc votre constellation ?

Aucune constellation ne s'offre à moi, moi qui suit le gardien du sommeil, observateur même de la nuit et du ciel constellé de ces étoiles. Ma sagesse est d'ailleurs, aucunement tirée des étoiles, car celles-ci m'ont abandonné. Il n'y a aucune, ou presque, aucune étoile me souriant car je suis rejeté des dieux de l'olympe, ces être amers plus imparfaits que les mortels eux-mêmes. Je tient ma sagesse des rêves et des discussions que je sais entretenir avec des humains...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Humeur : Friv..-Non mais ho !- Enjouée
Date d'inscription : 07/03/2013
Messages : 108
Double compte : Non

MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos) Ven 10 Mai 2013 - 21:56

[Je suis désolée pour tout ce temps!]

La douce Pénélope savait que le temps passait, mais cela ne l'inquiétait pas plus que ça. Elle se sentait assez bien pour ne pas prendre ombrage de l'emprise de plus en plus pressante de la vieillesse. Pour une fois il lui sembait que son avenir était protégé. Comme si ces instants en présence d'un Dieu rattrapait tous les outrages de la vie. Comme si oui, cette divinité neutre la protégeait. Elle ne craignait ni le sommeil ni la mort. L'un et l'autre n'étaient qu'une perte de contrôle de la raison durant un laps de temps plus ou moins élevé. Il n'y a que ceux qui ne contrôlent pas assez leur vie pour craindre de la perdre en un battement de paupière. Si elle avait su depuis le début, son attitude n'aurait en rien changé. Elle ne faisait pas de distinction particulière entre ceux des cieux et ceux de la terre, après tout ils étaient supposément logés à la même enseigne. Et en parlant de ça, cette conversation serait très certainement riche en enseignements.

Conformément à ses pronostics, Hypnos ne la priva pas du fond de sa pensée. Pensive, la douce Pénélope ouvrit ses oreilles, noyant son regard dans l'horizon. Son avis provenait d'autres cieux, quelle que soit son idée sur la question, elle serait étoffée par milles autres dimensions qu'il lui était même impossible de concevoir. Certainement serait-elle en retard sur leur réalité, mais cela ne devait pas l'empêcher de taire le flot de ses pensées pour autant. Elle écouta avec patience, certainement aurait-il des arguments qui lui auraient échappé.

Il ne lui laissa pas le temps de rétorquer que déjà il poursuivait son argumentaire. La demoiselle resta silencieuse. Il y avait des muses pour la Poésie, elle devait donc nous être étrangère, et pourtant, il lui avait toujours semblé sentir en son cœur cette étincelle de rêve qui se nourrit d'alexandrins. Et pourtant, il avait raison , c'était surtout extérieur. Il fallait une union consentie par les deux partis. Une union belle, douce et indéfectible. Une union presque amoureuse sans qu'aucun des partis ne se jure une entière fidélité. Chacun dépendant l'un de l'autre et cependant capables de trouver mieux ailleurs. Les aléas du direct, les aléas de la vie. L'orgueil perd l'artiste tout autant que son silence. Pénélope garda le sien pour le moment.

Il évoqua l'art lyrique, essence même de l'art, ses enfants des rimes ou des notes lés à lui plus fortement encore. Elle sourit vaguement. Il évoqua l'idée de destin et les paroles d'Hestia concernant son futur époux tournèrent dans sa tête, plus rapidement qu'elle ne l'aurait voulu. Il souligna qu'il n'y avait pas d'amour de la poésie par simple amour de la poésie. Elle voulut l'interrompre mais jugea plus sage de s'abstenir. Il lui explosa placidement que toute ambition artistique avait pour but la renommée. Il demanda ensuite son avis, elle prit un instant pour répondre.

« Et bien, une partie me souffle que vous avez tord et l'autre vous donne entièrement raison. J'ai connu des hommes qui se sont servis de leur talent uniquement dans le but de soulager leurs proches. Que faites vous de ces saints hommes qui ont sacrifié des heures pour un sourire ? Que faites vous de tous ceux qui ont négligé les récompenses, de ces oracles qui auront préféré s'isoler que de proférer leurs prémonitions. Pour moi, un poète n'est que l'instrument de sa destinée, et en cela je vous rejoins. Seulement, une chose me chagrine plus que tout au monde. L'art de la guerre. Quel serait son but en tant qu'art ? Pourquoi donc considérer Arès comme un artiste ? Vous qui connaissez certainement tous ces Dieux, éclairez moi donc je vous en supplie , cette idée m'est insupportable.»

L'art de la guerre. L'expression était charmante mais la réalité derrière intolérable. Et pourtant...Il rétorqua qu'il n'avait aucune constellation particulière, elle s'en chagrina un instant. Il était donc le Dieu du sommeil, lui même qui veillait certainement sur ses nuits tant elles étaient agréables. Seulement, son discours manquait de cette lumière qu'on aime recevoir des étoiles.

« Ainsi donc, les Dieux sont aussi cruels que les hommes...Seriez vous trop sage pour leur compagnie ? Je ne peux que vous comprendre cependant. Mieux vaut mille fois exprimer son sage avis que de souffrir leur compagnie dans un silence hypocrite »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t503-penelope-pas-morte-mais-am

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos)

Revenir en haut Aller en bas

Nocturne Réflexion (PV : Pénélope ; Hypnos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» réflexion sur la musique haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: Archives :: Autour du RP :: Anciens RP :: RP inachevés-