Partagez| .

Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Localisation : Sur la terre, à Corinthe essentiellement
Occupation : je ne sais pas trop, ça dépend de mon humeur je pense.
Humeur : changeante.
Date d'inscription : 31/03/2018
Messages : 13
Double compte : Circé

MessageSujet: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite] Jeu 23 Aoû 2018 - 23:09

Hermès a écrit:
J'aurais été ton pantin,
Je t'aurais ouvert comme une boite de pandore,
je t'aurais emmené voir des pantonimes,
J'aurais été vraiment le meilleur amant, je pense
Si seulement je t'avais aimé pendant plus d'un instant.

Ce jour là, j'étais parti voir Arya, retranchée dans son palais. Enfin techniquement, ça n'était pas le sien, mais celui du roi d'athènes, mais ça m'amuse de me dire qu'elle a un palais à elle, des servantes, un trône et une couronne. Elle aurait fière allure avec une couronne, Arya. Un jour je lui offrirais, je suis sûr que ça lui fera plaisir. Une couronne d'olivier, elle aurait fière allure avec une couronne d'olivier ma petite Arya. Si elle le voulait, elle pourrait l'avoir cette couronne, ce trône et ce palais, mais elle n'en a rien à faire. Je crois sincèrement que ça m'impressionne, cette humilité en elle, qui l'éloigne du luxe et du pouvoir. Elle est comme ça Arya, c'est peut-être pour ça que c'est ma protégée. Enfin Icare est un peu de ce genre aussi, c'est pour ça que j'ai voulu le prendre sous mon aile. J'aimerais bien qu'ils se rencontre un jour, mes deux amis, ils pourraient bien s'entendre. Enfin, je pense que ça se fera le moment venu ... Je percutai un homme dans la rue sans le vouloir, excusez-moi monsieur. Cela me fit reprendre le cours de la réalité. Du monde ; Partout. Cela m’oppressait grandement, mais j'avais l'habitude. Si tu savais comme je haïssais Athènes, d'habitude, je préférais y aller de nuit, quand il n'y avait personne et qu'Arya m'attendait, mais là, j'ai du venir de jour. Pour quelle raison d'ailleurs ? Ah oui, je m'ennuyais juste je crois, ou alors j'avais un message à apporter. De la part de papa. Ah oui, je me rappelle pourquoi je n'avais pas envie ! C'était pour l'autre fille, je n'avais pas envie de la voir. En soit, ça me laissait indifférant en fait, mais j'avais peur que de la revoir me rappelle de trop bons souvenirs, et me fasse plus mal que maintenant. Comment elle s’appelait déjà ? La déesse de l'amour ... Mais du coup, ça n'était pas pour Arya que j'étais venu ... Mais alors pourquoi j'avais pris une amphore pleine de vin si ça n'était pas pour le boire avec elle ? Remarque, je pourrais peut-être le boire avec Aphrodite mais ... Ah oui, c'était ça son nom, Aphrodite. J'avais fait exprès d'appeler note fils Hermaphrodite en plus, pour me souvenir de son nom, mais il est un peu pourri quand même son nom. Pas plu qu'Arya, ou d'Icare tu me diras ... Quoique, Icare j'aime bien. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi, Icare, il me fait penser à un dieu en particulier, mais je ne sais plus vraiment lequel. Après, c'est possible que le dieu n'existe pas, ça m'arrive des fois d'imaginer des dieux quand je m'ennuie. J'ai inventé le dieu des émotions une fois, il peut contrôler la tristesse, la colère, la joie et plein d'autres émotions chez les gens. Je crois qu'avec ce dieu, on a fini par se disputer, un peu comme avec aphrodite en fait. Ah oui, c'est vrai !  Elle est où encore celle-là ?  

En vrai, je me suis toujours demandé comment j'étais censé faire pour reconnaître les personnes à qui je dois porter mes messages. Il croit que c'est facile Zeus, mais en vrai je n'ai aucun moyen de retrouvé le dieu de la flute à bec dans tout le farfouilli Athénien, ils changent éternellement de forme. Personnellement j'y vais au feeling. J'essaye d'écouter mon instinct. Par exemple, pour Zeus, j'ai les mains qui tremblent quand je suis devant lui. Pour Maïa, c'est plutôt une sorte de fou-rire, comme si le fait qu'elle existe me fasse rire. Et enfin, pour Aphrodite, j'ai des sortes de papillons dans le ventre. Je rigole, j'ai pas de papillons dans mon ventre, les pauvres zoizeaux ! Pour aphrodite, ça me gratte la nuque, c'est tout. D'ailleurs, quand on parle du loup ... Ma nuque me fit signe que ma cible se trouvait en face de moi. Enfin ! J'ai vu Hélios prendre le relais sur Séléna trois fois depuis le début de ma recherche ! Il était temps que je la trouve !

- Ça faisait longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t805-termine-regardeeeeeez-j-ai
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 71
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite] Ven 24 Aoû 2018 - 22:31

Athènes étant la Cité la plus importante de toute la péninsule grecque, elle comptait une démographie assez positive et un  nombre d'habitant qui nécessitait un gouvernement assez strict et organisé. Les dieux s'arrangeaient forcément pour garder la Cité en paix. Elle représentait le pouvoir de toute une nation.

Dans cette Cité, il y avait bon nombre de couples, d'amants, de maîtresses… Vu le nombre d'habitants, Aphrodite avait de quoi s'amuser… Enfin s'amuser est un bien grand mot puisqu'elle ne fait que son travail. Et ces quelques derniers jours, la déesse survolait la Métropole Athénienne afin de faire son devoir: répandre l'amour, le créer, former des âmes sœurs, sauvegarder des couples en péril… C'était sa raison de vivre ! Et puis pour le moment, personne ne s'est jamais plains. Enfin les mortels trouvent toujours à redire: "je l'aime mais elle est trop moche, mais il est trop machiste, elle est ceci, il est cela." Et alors ? L'amour c'est aussi faire des compromis, des concessions.

Alors pendant des jours, Aphrodite a marché dans Athènes, s'est fondu dans la masse populaire et elle a observé. Elle a observé la jeune fille admirative du soldat, l'homme qui n'ose pas aborder la femme qu'il aime, ne voulant pas contrarier sa virilité. Alors la déesse se donnait comme but de réunir tous les couples qu'elle observait, tels des coups du destin. Ainsi le soldat s'intéressait désormais à la jeune fille qu'il avait rencontré par hasard au marché et l'homme trouvait enfin le courage d'aller trouver sa tendre amie.

Satisfaite de son travail acharné, la belle Aphrodite se balada dans les rues bondées d'Athènes, admirant son œuvre. Autant celle des derniers jours ou encore celui des mois et années précédents. Alors elle prenait du bon temps. Mais apparemment cela ne devait pas durer puisqu'un picotement qu'elle ne connaissait que trop bien, la dérangea. Elle se retourna, laissant voler ses cheveux blonds autour d'elle et s'exclama, la voix glaciale:

"Hermychou chériii ! Ca faisait longtemps ! Que fais-tu ici ? Je n'ai pas pour habitude de te croises à Athènes quand j'y suis."

La Belle s'approcha du dieu et lui fit une accolade relativement chaleureuse.  Elle ne voulais pas montrer trop d'émotions en sa présence.

_________________

I'm love, I'm pleasure
One of these days
Gonna tell him I dream of him every night
One of these days
Gonna show him I care, gonna teach him a lesson alright. (⚡️) ABBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Localisation : Sur la terre, à Corinthe essentiellement
Occupation : je ne sais pas trop, ça dépend de mon humeur je pense.
Humeur : changeante.
Date d'inscription : 31/03/2018
Messages : 13
Double compte : Circé

MessageSujet: Re: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite] Lun 27 Aoû 2018 - 15:42

"Hermychou chériii ! Ca faisait longtemps ! Que fais-tu ici ? Je n'ai pas pour habitude de te croises à Athènes quand j'y suis."

Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais j'ai souvent du mal avec aphrodite quand je la rencontre dans un lieu public. Déjà, elle m'appelle Hermychou, sans aucune se soucier de révéler mon identité à tous les passants qui auraient la fabuleuse idée de nous écouter, mais c'est aussi très ridicule. Enfin, après, Hermès, c'est pas forcément plus beau, mais venant de Zeus, je ne m'attendais pas forcément à mieux ... il a toujours fait preuve d'une inventivité exceptionnelle pour les noms de ses fils. Héphaïstos. Héraclès. Il aurait du être le dieu des bûcherons tant il a l'air d'aimer les H. Enfin, "Hermaphrodite" n'étais pas plus inspiré non plus. C'est le mélange d'Hermès et d'Aphrodite quoi, ça fait Hermaphrodite. C'est parti d'un délire je crois, et au final on a fini par l'appeler comme ça. Ce que je ne comprends pas, c'est pas comment on a pu l’appeler comme ça, mais comment j'ai pu avoir un enfant avec Aphrodite. il est où d'ailleurs lui ? Il doit traîner sur la terre, comme d'habitude. Je le reverrais bien un jour quand il aura fini de m'éviter. Quelque chose m'enveloppa ; c'étaient les bras d'aphrodite. Je n'étais pas rassuré, je n'aimais pas les contacts, et d'elle, c'était pire. Je fermai les yeux. Je sais qu'il n'y avait rien de sentimental, mais en moi revinrent toutes ces douleurs qui ne s'étaient jamais manifestées, toutes ces fois où on était ensemble. Tous ces jours, toutes ces nuits, j'avais l'impression d'avoir été drogué. Mieux, j'avais l'impression de m'être moi-même drogué. Quand elle se décolla de moi, je tremblais je crois, et tout ce qui se trouvait dans ma tête brûlait en une sorte de feu de joie. Elle me regardait, attendant une réponse, mais quelle était la question déjà ? Je ne sais plus. Il fallait que je lui donne le message de Zeus, mais je ne le savais plus non plus. Mon coeur brûlait aussi, de frustration de ne plus se souvenir de ce que je voulais faire. je n'arrivais plus à réfléchir, mon âme était trop étroite pour mes pensées, il fallait que je me calme, c'était juste une crise d'angoisse, voilà tout, il fallait juste que je me calme. Respirer, écouter son cœur battre, et l'entendre ralentir, écouter le sifflement de ses oreilles, voilà. Ca allait mieux.        

- Viens, il y a trop de monde ici, tu veux aller où ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t805-termine-regardeeeeeez-j-ai
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 71
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite] Jeu 6 Sep 2018 - 19:31

Après cette salutation, le dieu Hermès prit une pause verbale. Une trèèèès longue pause. Aphrodite se sentit très seule l'espace d'un instant. Voire même l'espace de beaucoup d'instants. Alors la blonde croisa les bras et le fixa, les yeux plissés, se demandant ce qu'il se passe.

Durant leur relation passée, Aphrodite avait prit l'habitude des absences du dieu. Parfois, elle commençait à parler et finissait par se rendre compte qu'il ne la suivait pas. Elle tentait de faire des efforts, bien sûr, et elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour comprendre ce qui traversait l'esprit du dieu qui avait partagé sa vie. Mais ce n'était pas toujours simple. Parfois, le dieu se mettait en pause. Totalement en pause… ! C'est-à-dire qu'il à l'air de rester suspendu dans le vide l'espace d'un instant. Ce n'était pas spécialement effrayant ou inquiétant mais bien qu'elle ne le montre pas vraiment, la jeune femme l'appréciait vraiment.

Oui, elle l'appréciait vraiment ! Il a quand même fait partie de sa vie, ils ont eu un enfant ensemble, malgré le peu dont ils s'en occupent. Et maintenant que c'est terminé, les deux dieux se sont bien éloignés. Mais Aphrodite se sent obligé d'être sympa avec lui.

Finalement, Hermès reprit la parole:

" Viens, il y a trop de monde ici, tu veux aller où ?"

Aphrodite soupira puis lui fis un clin d'œil avant de lui faire un geste de main pour l'entrainer avec elle.

"Allez ! Suis-moi"


Elle lui fis traverser un dédale de rues avant d'arriver près d'une petite maison. Elle se tourne vers lui.

"c'est mieux là… ?"

Elle lui lança un grand sourire suivi d'un clin d'œil séducteur.

_________________

I'm love, I'm pleasure
One of these days
Gonna tell him I dream of him every night
One of these days
Gonna show him I care, gonna teach him a lesson alright. (⚡️) ABBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Localisation : Sur la terre, à Corinthe essentiellement
Occupation : je ne sais pas trop, ça dépend de mon humeur je pense.
Humeur : changeante.
Date d'inscription : 31/03/2018
Messages : 13
Double compte : Circé

MessageSujet: Re: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite] Dim 7 Oct 2018 - 10:21

Un soupir, j'ai eu le droit à un soupir. Je ne sais pas trop ce que cela veut dire. De al lassitude ? Je ne pense pas, le clin d’œil qui suivit m'indiqua que non. J'ai l'impression que chez elle, c'est plus comme un jeu. Elle soupire, c'est comme ça, et je ne sais pas vraiment pourquoi, j'aime bien l'entendre soupirer. C'est comme si elle faisait attention à moi. Parfois, quand je vais mal, je me surprend à soupirer comme elle, et ça me rend un peu nostalgique. Ou mélancolique, je ne connais pas vraiment la différence entre les deux mots. Enfin je soupir, ça me rappelle un peu notre histoire. Je crois que je ne regrette pas cet "écart", ça m'a fait du bien. Mais je ne pense pas que ça serait à recommencer.

"Allez ! Suis-moi"


Elle pressa le pas, zigzaguant à l'intérieur des ruelles labyrinthiques e la belle athène ; on passait par des boulevards, des rues et des routes ; des petites chemins de traverse, des sentiers campagnards au sein même de la cité ; d'étroits passages noircis par le manque de lumière et par la crasse. Je commençais à mieux respirer. Ça m'arrive parfois de perdre la raison, à force de monde, ça m'arrive parfois de devenir incontrôlable quand la foule devient trop oppressante. Mais là, c'était un peu mieux. On était dans une sorte de place perdue, au cœur de la citadelle ; deux filles étaient assises sur un banc tournant le dos à la fontaine qui ruisselait paisiblement, accompagnée par le gazouillis d'un oiseau dont les mélopées m'étaient vaguement familières. J'ai autrefois entendu parler d'un demi-dieux nommé Orphée, qui savait envoûter par sa musique. Je crois qu'un de ses airs les plus connus ressemblait à cela. Peut-être que l'oiseau lui-même est tombé sous le charme. Je me suis toujours demandé si les animaux pouvaient ressentir quelque chose, ne serait-ce que la plus simple des pensées. Enfin, bien sûr que non, mais je repense à toutes ces fois où les dieux de l'olympe ont transformé des mortels en animaux : Calysto, Actéon, Arachne, Io. Et si les animaux étaient tous des êtres transformés par les dieux ? Ou leurs enfants. Après tout, je me suis bien amusé un jour à faire croire à Morphée que j'ai transformé tous les habitants de Delphes en papillons, peut-être qu'un dieu en aurait fait de même. Et si j'étais le dieu des animaux ? Personne n'y pense aux animaux. Enfin si, il y a bien Pan, mais lui son truc c'est plus la nature, et puis on pourrait se partager le rôle. J'aimerais bien vivre sans humains, sans dieux, sans être intelligent. Si les animaux sont conscients, ma rédemption viendra d'eux, ils n'ont pas l'intelligence nécessaire pour être mauvais, mais ils ont la sensibilité nécessaire pour être sincères. Un peu comme Aphrodite j'imagine.


- Quoi de neuf depuis tout ce temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t805-termine-regardeeeeeez-j-ai
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 71
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite] Jeu 25 Oct 2018 - 18:36

La déesse de l'amour avait emmené son ancien amant sur une petite place très peu fréquentée d'Athènes. Elle savait très bien qu'Hermès avait besoin de se sentir protégé, ou du moins hors de danger. La place qu'elle lui montrait aujourd'hui était un havre de paix pour tous ceux qui le désiraient, coincée entre une demi-douzaine de ruelles étroites et effrayantes. Mais les ruelles effrayantes ne repoussaient pas la Blonde Déesse. Elles étaient même propice à quelques spectacles des plus érotiques, pour les plus téméraires des grecs, et cela, Aphrodite ne pouvait pas nier trouver cela attractif.

"Quoi de neuf depuis tout ce temps ?" lui demanda-t-il.

Depuis tout ce temps ? Comment ça ? Qu'entendait-il par là ? Leur relation ne date pas d'il y a si longtemps… Si ? Le temps semblait avoir passé si rapidement… Il faut dire qu'Aphrodite était bien occupée, malgré ce qu'en disaient les autres dieux. L'amour prend du temps, autant chez les mortels que chez les dieux. Elle se devait de gérer cela d'une main de fer. L'amour ne doit pas échapper à son emprise, afin d'éviter que l'amour devienne de la haine, les deux étant des sentiments si proches…

Elle secoua la tête et répondit:

"Le temps est une vision tellement subjective… Je ne sais que te répondre. Ma routine est tellement ancrée en moi que je ne m'en sors pas. Je me complais dans mon travail et ce travail dicte ma vie. Donc en soi, rien de réellement nouveau chez moi. De nouveaux alliés, des amis en moins… Une vie de déesse, en somme. Et toi, dis-moi. Que fais-tu ces derniers temps ? De qui t'entoures-tu ? Racontes-moi, que fais-tu ici, toi qui rechignes à t'entourer d'autant de monde ?"

Aphrodite lui tendit un grand sourire, jovial. Elle appréciait cet homme qui avait partagé sa vie un certain temps, et à qui elle serait à jamais loyale.

_________________

I'm love, I'm pleasure
One of these days
Gonna tell him I dream of him every night
One of these days
Gonna show him I care, gonna teach him a lesson alright. (⚡️) ABBA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Localisation : Sur la terre, à Corinthe essentiellement
Occupation : je ne sais pas trop, ça dépend de mon humeur je pense.
Humeur : changeante.
Date d'inscription : 31/03/2018
Messages : 13
Double compte : Circé

MessageSujet: Re: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite] Ven 9 Nov 2018 - 10:34

- Le temps est une vision tellement subjective… Je ne sais que te répondre. Ma routine est tellement ancrée en moi que je ne m'en sors pas. Je me complais dans mon travail et ce travail dicte ma vie. Donc en soi, rien de réellement nouveau chez moi. De nouveaux alliés, des amis en moins… Une vie de déesse, en somme. Et toi, dis-moi. Que fais-tu ces derniers temps ? De qui t'entoures-tu ? Racontes-moi, que fais-tu ici, toi qui rechignes à t'entourer d'autant de monde ?

     Aphrodite voulait que je parle de moi, comme si ça avait un importance. Je fermai les yeux ; elle semblait disparaitre. Je commençais à na pas apprécier la manière dont tournaient les évènements, ça devenait trop linéaire, et je craignais de me perdre dans la nostalgie. Quand je fermais les yeux, je voyais du noir autour de moi, et quelques tâches blanches s'évanouir peu à peu dans les méandres du néant. Les tâches dansaient, elles s'agitaient et elles changeaient de forme. Elles étaient si abstraites que je ne pouvais m'imaginer de quel élément ont-elles pu prendre la forme. J'aurais pu croire à une aile, puis peut-être à un flamme ; et enfin, à un visage. Un visage lointain et impersonnel. Qu'est-ce que je devais donc dire à Aphrodite ? Que je préparais une rébellion pour la dégager du trône, elle et tout le reste de ma famille ? De toute façon, elle ne me croirait pas. Pourquoi personne ne me croit quand je dis quelque chose ? Enfin ... Je ne vais quand même pas lui dire ça.

- Je suis venu pour te livrer un message de la part de papa. Je ne sais plus vraiment ce qu'il disait, mais si tu veux je peux l'inventer, ça sera du pareil au même.

     Pendant que je lui parlais, je détournais les yeux ; je ne voulais pas qu'elle lise dans mon regard que je lui cachais la vraie raison de ma présence : Arya. Je me fais du soucis pour elle, elle est une mortelle ; son destin est si fragile. Je n'ai pas envie qu'un dieu se venge de moi en lui faisant du mal, elle n'a rien fait, elle. Je ne voulais pas lui en parler, et je ne voulais pas non plus qu'elle le devine, alors je regardais ailleurs. Les amoureux, qui s'embrassaient sous l'arbre.

     Dans l'arbre, un oiseau. Il n'était pas beau, avec ses plumes grises et sa patte abimée, mais il me faisait rêver. Il s'envola, et lâcha une fiente en dessous d'un homme qui marchait seul. Celui-ci pesta, et lui lança une pierre. Une pierre qui toucha de plein cœur l'animal, qui tomba au sol. Quelques temps plus tard, un enfant passera, horrifié de voir un oiseau mort, il le récupèrera, et le mettra à l'abri des regards, dans cette ruelle où les femmes vendent leur honneur, où les hommes pissent et où les chats se livrent à des combats à mort. Athènes. Je détournai les yeux vers Aphrodite une nouvelle fois ; j'avais envie de lui parler, mais je ne savais pas tellement de quoi.  


- Aphrodite ? Tu crois qu'on est si différents des mortels ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t805-termine-regardeeeeeez-j-ai

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite]

Revenir en haut Aller en bas

Deux dieux qui ne manquent pas de Pannache [Feat Aphrodite]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: La Terre :: Athènes :: Acropole-