Partagez| .

Morphééries [feat Momo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Morphééries [feat Momo] Jeu 22 Fév 2018 - 18:52

Flou, tout était flou. Autour de moi, la neige, les montagnes, le ciel, la terre, tout était intangible, le feu et l'eau, le noir et le blanc, la vie et la mort, tout se mélangeait. Je ne sentais aucune odeur, il n'y avait dans mes pieds aucune douleur, et mes lèvres sèches ne goûtaient aucune saveur. Tout était confus, des sortes de créatures humanoïdes que je n'avais jamais vu, des paroles incompréhensibles, et une immense impression de vide, tout autour de moi. Il manquait quelque chose à ce décor pour qu'il paraisse vivant.  

Cette scène dura quelques instants, quelques minutes, quelques heures peut-être, je ne sais pas vraiment, le temps semblait s'étirer comme les membres d'un mortel écartelé, mais soudainement, l'image changea. Elle devint plus nette, plus belle, plus artistique peut-être, je sais juste qu'elle changea. C'est à cet instant que je me rendis compte que l'image d'avant était floue, puis je compris que j'étais dans un rêve. Alors, comme par enchantement, mon âme s'éloigna de son rôle de spectateur, et entra dans une sorte de feu follet. Je compris que cette carcasse inanimée que je suivais depuis tout à l'heure était en fait mon corps, tel qu'il apparaissait dans mes songes, une belle petite flamme rouge. Après avoir pris possession de mon enveloppe corporelle, je me mis à observer tout autour de moi : un désert de neige tiède s'étendait à mes pieds. Tout était blanc, tout était affreusement blanc, tout était extrêmement lumineux, tout luisait de pureté, tout m'irradiait de sa légèreté, et mes yeux n'eurent aucun moyen d'y échapper. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je me suis assise au milieu de cet univers de lumière, comme si j'avais décidé d'attendre patiemment mon réveil. Aussitôt, à cette pensée, mon âme sembla s'éloigner, retourner à travers l'espace-temps, vers un autre univers, dans un autre continent, sur l'île d'Eéa, où je me vis, nue, coiffée de ma chevelure bleue, ma tête blottie dans mes bras fébriles et de mes yeux marrons endormis, mais pourtant, je restais comme ancrée dans cet univers enneigé, une part de moi restait là-bas, assise, ne parvenant pas à se réveiller. Et puis la vision d'Eéa s'étint, et ma pensée retourna dans le monde des rêves que je n'avais -au final- jamais quitté, ma vision de l'île faisait partie de mes songes, comme tout le reste. Toujours assise dans le désert, je blottis ma tête sur mes genoux et fis le plus grand effort pour me concentrer. Je pouvais sentir la neige se rafraichir autour de moi, c'est moi qui la rendait froide, je pouvais sentir mes pieds se geler. Je pouvais ressentir un vent qui n'existait pas auparavant souffler dans mes cheveux, mais je pouvais aussi ressentir l'étrange sensation d'être observée. Je ne savais pas pourquoi ni par qui, mais je l'étais. En fait si, je crois que je le savais ...       

- Morphée... C'est ... Toi  ? Qu'est-ce que ... tu ... fais ...  ici ?

Mon corps imaginaire se crispa, je n'avais pas vraiment envie de voir Morphée, si il était entré dans ce rêve  avec des intentions hostiles, j'allais sûrement passer une mauvaise nuit. Une brise me rappela que mon corps était nue, très vite, tout en cachant ma poitrine, je fis un grand effort, combinant magie et rêves pour me confectionner des habits, une sorte de robe de flammes, car c'était le premier élément qui m'était venu à l'esprit. Je n'avais pas envie que quelqu'un me voit nue, et surtout pas Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Mer 28 Fév 2018 - 21:24

Un rêveur isolé sur une île oubliée au milieu de l'océan, il n'en fallut pas plus pour attirer mon attention. Avouez qu'il est surprenant de trouver un être humain en ces lieux reculés, et l'événement était assez rare pour que je daigne m'approcher de la petite île rocheuse. De plus, je n'étais chargé d'aucune mission cette nuit : Zeus ne m'avait transmit aucun message, mon père ne m'avait confié aucune tâche "de la plus haute importance, à exécuter sans délais" comme il en avait l'habitude, et il me semblait qu'une divinité ne souhaitait ma mort en des heures si reculées, alors autant en profiter pour rendre visite aux rêveurs que moi seul aurais choisi. Je ne fus nullement déçu de ma décision puisque je semblais avoir jeté mon dévolu sur quelqu'un que je n'avais visité depuis de nombreuses années, mais qui mériterait plus d'attention : Circé. N'était-il pas dangereux de s'approcher d'une déesse qui avait pour réputation de transformer tous ses invités en porcs ? Bien sûr que non, pas quand elle était endormie.

Son rêve n'avait rien d'intéressant, ce n'était encore qu'un vulgaire croquis que son esprit somnolant tentait de tracer sur la toile vierge de ses pensées. Rien n'était net, comme si le subconscient de la jeune femme craignait que des détails imparfaits éveillent les soupçons sur la nature du paysage, comme s'il doutait pouvoir construire quoi que ce soit de cohérent. Heureusement que j'étais là ! Instinctivement, je commençai à changer l'univers qui s'étendait devant moi, transformer le sol en nuages de glace et le ciel en voile d'azur. Un paysage rudimentaire et pourtant bien plus élaboré que le brouillard dans lequel j'étais entré quelques secondes plus tôt. La simplicité faisait parfois du bien... Et puis, il y avait toutes ces odeurs, cette chaleur, cette sensation apaisante qui flottait dans l'air et rendaient à eux seuls ma création agréable.

Mes ailes s'agitèrent dans mon dos et mes pieds quittèrent le sol. Il ne me restait plus qu'à trouver la rêveuse pour donner un peu de vie à cette structure trop statique à mon goût. Je ne tardai pas à apercevoir celle que je cherchais, assise dans la neige tiède, et m'en approchai silencieusement. Je serais incapable de dire ce qui révéla ma présence, mais l'enchanteresse m’interpella avant que j'arrive à sa hauteur. Je m'arrêtai, davantage surpris par sa réaction que par sa question. Rares étaient ceux qui se rendaient compte de leur assoupissement lorsque je parcourais leurs songes, et encore plus ceux qui possédaient assez de volonté pour les maîtriser. J'esquissai un sourire avant de répondre :

- Bonsoir Circé. Ça fait longtemps que je ne me suis pas assuré que ton sommeil soit agréable, tes rêves sympathiques... le genre de chose qu'un Oneiro passe son temps à faire.

Je m'arrêtai un instant, prenant le temps d'observer la tenue qu'elle venait de confectionner. Plutôt pas mal !

- Et... les flammes, c'est pour me faire comprendre que tu es contente de me voir ?

Comme si quelques flammes pouvaient me tenir à distance... Mais peut importait, je n'étais nullement venu pour accomplir quelque vengeance, même si c'était fort tentant depuis que j'étais en froid avec sa grande amie Hécate. Je m'avançai pour arriver à la hauteur de la déesse avant d'ajouter avec enjouement :

- Tu as de la chance que je sois passé par là, ton rêve était pathétique avant que j'arrive. Je vais le rendre un peu plus... intéressant.

Je ponctuai ma phrase d'un sourire malicieux. Ce rêve s'annonçait bien plus passionnant que je ne l'aurais pensé, surtout si ma partenaire d'une nuit pouvait créer ce qu'elle voulait dans cet univers où je pensais avoir les pleins pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Jeu 1 Mar 2018 - 20:53

Ce fut à peu près au moment où je découvris la présence de Morphée que celui-ci apparut devant moi, comme par magie. Il était assez joli, avec ses longs cheveux rêveurs, ses yeux curieux et sa bouche en coin. Il y avait autour de lui une sorte d'aura apaisante. Je ne le voyais pas encore très bien, car une brume s'interposait entre lui et moi, mais nos pensées semblaient lentement la chasser. Morphée m'observa quelques instants, dans son regard, je parvint à lire un soupçon de stupéfaction, sans pour autant en comprendre l'origine, puis il m'adressa un sourire plutôt amical qui parvint à atténuer légèrement la méfiance et la crainte présentes dans mon regard. Le dieu des rêves resta songeur quelques instants, puis me répondit d'une voix douce :

- Bonsoir Circé. Ça fait longtemps que je ne me suis pas assuré que ton sommeil soit agréable, tes rêves sympathiques... le genre de chose qu'un Oneiro passe son temps à faire. Et... les flammes, c'est pour me faire comprendre que tu es contente de me voir ?


Mon visage prit pendant un court instant une expression amusée. Je ne savais pas comment je devais prendre sa dernière question, était-il sérieux ? Plaisantait-il ? J'aurais pû lui répondre quelque chose comme "non, c'est juste pour que tu évites de voir ce qu'il y a en dessous" mais c'était peut-être un peu trop direct et froid, et je n'avais pas vraiment envie de m'attirer les foudres du dieu du sommeil. Je décidai donc de répondre quelque chose de moins froid. Tout en arborant un sourire en coin, je lui dis :

- Oui, c'est pour t'offrir un accueuil chaleureux !

En parlant de chaleur, je me rendis compte que la neige à mes pieds commençait à fondre à cause da parure de flamme, et sous ma robe se déroba une sorte de néant dans lequel je m'apprêtais à tomber.  En plus sd'essayer de contrôler mes rêves, j'utilisai ma magie pour créer un mélange de diamants, de rubis, d'or, et d'autres pierres des couleurs de l'univers, qui vint remplacer les flammes de ma robe. Morphée me regarda faire tout en esquissant un sourire assez frimeur, et en me disant Tu as de la chance que je sois passé par là, ton rêve était pathétique avant que j'arrive. Je vais le rendre un peu plus... intéressant. Je me mis à le fixer, pas vraiment impressionnée, et un peu énervée par sa vantardise. J'étais aussi vêxée qu'il ait ainsi méprisé mon rêve, j'avais l'impression que c'est de moi qu'il s'était moqué. En fait, je crois que quand il m'a dit ça, tous les sentiments négatifs qui existent ont parcourus mon âme, pour qui se prenait-il ? Encore une fois, j'aurais pû lui répondre quelque chose comme "si c'est pour te vanter, tu peux le faire dans le rêve de quelqu'un d'autre, ça serait gentil", mais encore une fois c'était trop direct. Alors encore une fois, je lui exprimai quelque chose de moins glacial, qui parvint tout de même à exprimer mon opinion sur ce qu'il venait de le dire :  

- Au lieu de me dire à quel point tu es parfait, ça serait mieux que tu me montre ça, tu ne pense pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Dim 4 Mar 2018 - 22:32

Il semblait que la nature m'ait doté d'un talent hors du commun qui consistait à agacer n'importe lequel de mes interlocuteurs, Circé y compris. Je ne reconnaissais que trop bien ce regard noir qu'elle me jeta un instant, ce silence qui précédait une remarque cinglante, cette concentration pour rester maître d'elle-même et ne pas m'étrangler. Mais que faisais-je de mal ? Je me contentais de dire la vérité, crier haut et fort que - pour une fois - je représentais le dieu le plus puissant en de telles circonstances, et que même l'ensorceleuse ne pourrait rien changer à cela.

- Au lieu de me dire à quel point tu es parfait, ça serait mieux que tu me montre ça, tu ne pense pas ?


Sa réponse avait été nettement moins cinglante que ce à quoi je m'étais attendu, et je ne pus qu'admirer le sang froid de la jeune femme. Ne me croyait-elle pas lorsque je lui vantais mes pouvoirs ou s'impatientait-elle ? Peut-être pensait-elle que je n'étais pas capable d'échafauder un rêve à la hauteur de ses espérances ? Mais quoi qu'elle ait voulu dire, elle me poussait à lui montrer ce dont j'étais capable. Jamais elle n'aurait eu un rêve aussi fabuleux que celui que je lui préparais, à tel point que toutes les nuits à venir lui sembleraient sans intérêt et qu'elle me supplierait de venir errer dans ses songes pour y construire de nouvelles merveilles. Mon sourire s'élargit alors que je reculais de quelques pas : construire un univers nécessitait de la place.

- Alors, admire !

Mes yeux se fermèrent un instant, me permettant d'accéder un cet état d'esprit si familier dans lequel je me mettais lorsque je créais : j'ouvris mon esprit, oubliai le reste du monde et la réalité, fis tomber les barrières de la vraisemblance et quand mes paupières se levèrent à nouveau, ce fut pour apercevoir les bases de ce que j'avais imaginé : des coraux de cristal étaient apparus à nos pieds, tous de formes et de couleurs vives, chacun rayonnant d'une faible lueur irréelle. On ne voyait plus le ciel qu'aux travers de vagues qui ondulaient plusieurs mètres au-dessus de nos tête, donnant au décor des allures aquatiques, renforcés par des dizaines de poissons de races inconnues sur Terre, nageant dans l'air avec aisance. Le sol était recouvert de perles nacrées et, ça et là, se trouvaient d'immense coquillages qui se dressaient fièrement vers la surface. Les variations de lumières donnaient à l'endroit une ambiance reposante, complètement surréaliste mais qui ajoutait ce petit quelque chose qui donnait envie de s'allonger et simplement profiter du calme du lieu. Je ne savais pourquoi mon imagination avait donné naissance à un paysage aquatique, mais voilà ce que Circé m'inspirait : seule sur une île, à contempler chaque jour l'océan qui s'étendait à perte de vue. Je lui donnais enfin l'occasion de savoir ce qui se cachait sous les flots menaçants du royaume de Poséidon.

Calmement, je fis un pas vers la rêveuse, de petites perles se détachant du sol à chaque mouvement, gravitant dans l'air comme des bulles de savon et se dirigeant paisiblement vers la surface. Un dernier regard à mon œuvre précéda ma question :

- Alors ? C'est quand même mieux ainsi. Plus net. Maintenant, nous pouvons nous amuser un peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Lun 5 Mar 2018 - 15:36

Sérieusement, j'adore tes posts *u*

- Alors, admire !

Je n'avais jamais compris la fascination que les gens éprouvaient pour les rêves, surtout quand j'étais capable de faire la même chose moi-même dans le monde réel, mais là ... C'était magnifique ! Tout autour de moi, je voyais le monde se transformer, évoluer, vivre, je voyais l'air se bleuter, l'atmosphère s'aquatiser. Je voyais le sol se nacrer, le soleil s'éloigner, les poissons arriver et nager, la vie se dérouler, je voyais l'azur, je voyais le sable, je voyais la vie. Je voyais un monde aquatique, s'animer autour de moi, mais je n'ai rien fait ni dit. Je suis restée là, impressionnée et émerveillée pendant de longs instants, à observer tous ce détails de cet univers eaunirique, fait de rêves et de mer. Morphée était encore là, il me regardait m'extasier sur le moindre grain de sable de son décor, le sourire aux lèvres, et me dit.

- Alors ? C'est quand même mieux ainsi. Plus net. Maintenant, nous pouvons nous amuser un peu !

Je restai muette, absorbée par le parterre de cristal, mais la magie retombait déjà.
Le monde autour de moi était toujours aussi beau, mais il me vint un pincement au cœur, cela me refit penser à Poséidon. Cela me refaisait penser à lui, à son odeur de sel, à son regard de nacre, à sa peau confortable comme le sable fin. C'était lui en tout point. Il était la mer en tout point. Ma voix trainait, comme prisonnière du passé, quand je répondis à Morphée :


C'est magnifique ! Mais s'il te plait, je pourrais avoir quelque chose de ... Moins aquatique ?

Puis, je fis un sourire à Morphée, peut-être pour lui dire encore une fois que son rêve était magnifique, peut-être pour lui rappeler à nouveau que ce n'était pas parce qu'il avait raté son œuvre que je voulais qu'il la change, mais pour autre chose, peut-être aussi parce qu'en lui souriant c'est à la vie que je souriais, je ne sais plus vraiment, et je crois que je ne l'ai jamais su. Les reflets du sol de nacre vinrent illuminer mes yeux d'un éclat argenté qui m'éblouit. Je n'avais toujours pas changé d'avis sur les rêves, ils me semblaient toujours aussi inutiles, mais ceux de Morphée étaient pour moi une exception.
Ma robe prit une et une seule teinte, une et une seule texture, une et une seule matière, celle du nacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Mar 6 Mar 2018 - 16:43

On avait souvent critiqué mes pouvoirs, me narguant occasionnellement sur la faible espérance de vie de mes créations. Certains se moquaient de mon incapacité à matérialiser quoi que ce soit dans le monde réel, me contentant d'y user des illusions; d'autres, plus empathiques, me plaignaient de voir mes constructions détruites à chaque lever de soleil. Et pourtant, à cet instant, je me considérais comme l'un des dieux les plus indispensables, celui capable d'éveiller l'émerveillement en chacun, éloigner les mauvaises pensées l'espace d'une nuit, de les extasier grâce à des édifices improbables mais qui les inspireront bien après leur réveil. Je voyais le visage de Circé s'illuminer dès qu'elle posait le regard sur le paysage fantasmagorique que je lui avais créé, et j'aurais aimé être capable d'une telle fascination pour ma création. Malheureusement pour moi, je créais des songes depuis des siècles et la magie s'en était allée peu à peu. Les songes étaient devenus ma réalité, avec tout ce que cela impliquait.

- C'est magnifique ! Mais s'il te plaît, je pourrais avoir quelque chose de... moins aquatique ?

Mon sourire s'évapora et toutes ma fierté avec lui. Quelque chose avait changé chez l'enchanteresse sans que je puisse en deviner la cause. Le sourire qu'elle m'adressa avait-il pour but d'atténuer la peine que me procurait sa remarque ?

Je voulais partir.

Quitter son rêve et la laisser à ses songes ennuyeux et troubles puisqu'elle ne semblait pas apprécier ma création, elle qui semblait époustouflée quelques secondes plus tôt.
À nouveau, son apparence changea pour couvrir son corps d'une robe nacrée, à l'image des perles qui s'étalaient à nos pieds. Étrangement, ce changement me permit de changer de point de vue, d'observer la jeune femme différemment : mon rêve lui plaisait, mais un élément ici lui rappelait de mauvais souvenirs. Avais-je, sans le vouloir, touché un point sensible ? Je m'apprêtais à balayer le décor pour en créer un nouveau, mais une pensée arrêta mon geste :

- Si ça ne te convient pas, tu n'as qu'à changer de décor.

J'avais prononcé ces mots doucement et s'ils laissaient transparaître une pointe rancune, ce n'était nullement mon intention. J'esquissai un petit sourire en m'approchant de la déesse, me demandant si elle serait à la hauteur de l'exercice que je lui proposais.

- Tu peux influencer tes rêves comme peu en seraient capables, ta robe en est la preuve. Maintenant, essaie de faire pareil avec le décor. Ce songe est le tien, tu peux le modifier à ta guise si tu te concentre. Il te suffit de fermer les yeux, voir ce que tu souhaite construire et ton esprit fera le reste.

Rares étaient ceux à qui j'avais proposé cela. J'avais longtemps considéré les rêves comme mon domaine, un endroit où je possédais les pleins pouvoirs et dont l'exclusivité m'appartenait. Mais les siècles s'étaient écoulés et ma mentalité avait changé : il est bien plus beau de créer un rêve à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Mar 6 Mar 2018 - 21:56

- Si ça ne te convient pas, tu n'as qu'à changer de décor.

C'était glaçant, très glaçant même. D'une façon, j'en voulais un peu à Morphée de ne pas comprendre ma demande, d'un autre, je crois que je le comprenais. Il avait mal interprété ma dernière réplique et avait cru que j'étais déçue de son œuvre, alors il s'était refermé sur lui-même, et avait comme un enfant triste qu'on critique son dessin, il s'était mis à bouder. Son regard semblait triste, et d'ailleurs, son œil droit brillait plus que le gauche. Cela lui donnait un petit air excentrique et attachant qui se combinait parfaitement à sa chevelure en bataille. Il me faisait de la peine, je n'aimais pas vraiment blesser les gens. Bon en vrai si, j'adore ça, mais pas cette fois-ci, je n'avais pas envie d'être méchante avec Morphée, pas sur son terrain de jeu en tout cas. J'allais m'excuser, dans ma tête, je formulais déjà les quelques mots que je pourrais lui présenter comme antidote aux blessure que je lui avais infligé, mais il me devança :

- Tu peux influencer tes rêves comme peu en seraient capables, ta robe en est la preuve. Maintenant, essaie de faire pareil avec le décor. Ce songe est le tien, tu peux le modifier à ta guise si tu te concentre. Il te suffit de fermer les yeux, voir ce que tu souhaite construire et ton esprit fera le reste.


Je poussai un léger soupir amusé, c'est comme si il se sentait obligé d'atténuer ses propos, comme si son amertume était presque totalement partie, et qu'il regrettait déjà. C'était émouvant, il semblait si loin de me comprendre, et c'est comme si à chaque fois qu'il s'approchait, une main d'obscurité m'attirait en arrière, toujours plus loin de lui. Non Morphée, je ne peux pas influencer mes rêves. Je me mis un peu à nager en sa direction, avant de lui répondre, le sourire aux lèvres :


- Tu sais Morphée, je ne sais pas contrôler mes rêves. Je parviens juste à me rendre compte que je suis dans un songe, et à contrôler mes actions. Je n'ai pas changé ma robe comme toi tu as changé le décor, j'ai utilisé la magie dans un rêve voilà tout, mais changer un décor entier, c'est beaucoup trop compliqué.


J'avais dit cela avec une pointe de naïveté volontaire, je ne sais pas vraiment pourquoi, même en cherchant bien. Mais sa proposition semblait pourtant alléchante, et j'avais l'impression qu'il m'avait fait un honneur unique, que je ne devais absolument pas manquer. Alors j'utilisai comme tout à l'heure un simple mélange de magie et de contrôle de rêve (parce que oui, j'arrivais quand même un peu à les influencer) afin de transformer l'univers autour de moi. Au contact de mon simple regard, les coquillages se transformèrent en une sorte de coton, puis s'assemblèrent afin de créer des nuages matériels. Je montai sur l'un d'entre eux avant d'en envoyer un vers Morphée. Au final, nos deux pouvoirs n'étaient pas si différents. Certes, le sien est éphémère, et le mien -mes cochons en sont témoins- est éternel. Certes, Le sien peut changer l'essence même de l'univers alors que le mien est beaucoup plus modeste. Certes, le sien ne peut servir à rein d'autre qu'à rêver, et le mien peut changer des vies. Mais les deux ne viennent que d'une chose, que d'un dieu anonyme, muet, mais omniprésent : Imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Jeu 15 Mar 2018 - 20:20

Ma proposition pouvait paraître insensée aux yeux de la magicienne qui me faisait face, et c'est sans doute pour cette raison qu'elle laissa échapper un petit rire. Et quand elle m'expliqua son point de vue, je ne lui répondis que par un sourire amusé. Comme il est difficile d'ébranler les préjugés... Je ne lui aurais pas proposé si je n'avais pas été absolument certain de ce que j'avançais, mais il fallait se rendre à l'évidence : chaque dieu avait son domaine et il était dangereux d'empiéter sur celui des autres. Je n'avais jamais eu l'occasion de pratiquer une magie autre que celle liée au sommeil, bien que j'eusse subtilisé plusieurs potions à divers dieux et déesses pour palier à cette restriction. Cependant, j'étais convaincu que quiconque possédant une part de divinité en lui était capable, avec un peu d'entraînement, de maîtriser l'art de l'enchantement. Artémis n'était pas née en sachant tirer à l'arc, Arès ne connaissait rien à la guerre avant qu'on la lui enseigne : tout n'était qu'une question de pratique. Et dans le cas des songes, même les mortels pouvaient accéder à ce pouvoir normalement réservé aux divins. J'étais capable de changer un homme en dieu lorsqu'il fermait les yeux.

Je me contentai de fixer Circé, quelque peu déçu qu'elle ne se donne pas la peine d'essayer de changer le monde environnant. À moins que ... ? Je sentais du mouvement dans la toile onirique que j'avais tissée, et mon regard suivit celui de l'enchanteresse. Mon sourire s'élargit lorsque je vis ce qu'elle parvenait à faire aux quelques coquillages disséminés un peu plus loin. J'attrapai celui que la jeune femme me lança et me pressai de l'imiter en montant dessus. Je devais admettre que c'était plutôt confortable !

- Pas mal pour quelqu'un incapable de modifier un décor entier... Il ne te reste plus qu'à faire pareil avec le reste du monde et tu auras réalisé l'impossible !

Je ne comptais pas lâcher l'affaire aussi facilement. Pourtant, je mourais d'envie de changer l'environnement, repartir de zéro pour créer une nouvelle construction encore plus impressionnante que la précédente. Mais ce serait m'avouer vaincu bien trop facilement et nombre de dieux pouvaient le confirmer : je pouvais me montrer extrêmement têtu lorsque je le voulais. D'une simple pensée, je fis s'élever dans les airs les deux nuages de soie, nous emmenant haut, toujours plus haut, vers la surface et ses vagues qui ondulaient quelques mètres au dessus de nos têtes.

- Aller, laisse libre cours à ton imagination ! Ne te prends pas la tête, je sais que tu peux y arriver. Alors change moi ce décor ! Tu peux trouver toutes les excuses que tu veux, je ne te lâcherai pas tant que tu n'auras transformé cet océan en quelque chose de plus... circéen.

Sur ce, je m'affalai sur le nuage confectionné par mon interlocutrice et profitai de l'atmosphère sous-marine qui - je l'espérais - ne tarderait pas à laisser place à quelque chose de plus grandiose.


Dernière édition par Morphée le Mar 27 Mar 2018 - 2:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Sam 24 Mar 2018 - 10:26

Morphée me lanca un regard très encourageant quand je commençai à modifier le rêve, comme si c'étais ce qu'il attendait : modifier chaque élément un par un. J'étais à peu près sûr qu'il ne faisait pas du tout comme ça, sinon ça serait beaucoup trop long pour lui de créer chaque rêve, mais grisée par ses quelques paroles flatteuses, je continuai encore et encore mon travail. Bientôt, tous les coquillages furent transformés en nuages, tous les poissons en oiseaux, toutes les algues en esprit de l'air, turbulents dans le ciel. Il ne me restait plus que le sable, et l'eau à changer. Pour le sable, en une poignée invisible, je les firent se disperser bien plus haut, dans le ciel, et briller d'une étrange lumière, intense et protectrice. C'est ainsi que mon décor reçut la voie lactée, visible comme un rêve en plein jour. Pour la mer, il me suffisait juste à modifier sa consistance, le rendre toujours plus intangible, toujours plus haut, toujours plus bleu, toujours plus infini. J'avais enlevé à l'eau toute sa consistance, et elle était devenu maintenant un beau ciel azur. Seul mon nuage me permettait encore de tenir, dans cet environnement aérien. Une fois le jeu terminé, je lançai un regard satisfait un direction de Morphée, encore impressionnée par tout ce que j'avais réussi à faire. J'espérais que lui aussi il l'était. Toujours éblouie par mon œuvre, je répondis à Morphée, non sans une pointe de vantardise :

- T'as raison en fait, le rêve, c'est un peu comme la magie !

Sauf que le rêve s'éteignait chaque nuit et au final, c'est ça qui le rendait si beau. Nous permettre d'oublier tout, le temps d'une nuit, seul avec son imagination, prendre le temps, créer, s'amuser, utiliser une magie éphémère sans s'en servir pour se venger d'un autre dieu, seulement pour le plaisir de l'art. Je crois que j'ai compris pourquoi la nuit, on se repose. Notre âme a de quoi s'émerveiller, alors, bercée par la beauté du lieu en laquelle elle git, elle dort, elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Mar 27 Mar 2018 - 2:22

L'espace d'un instant, les rôles s'étaient inversés : j'étais devenu rêveur dans un rêve qui ne m'appartenait pas. Mon esprit pouvait enfin se reposer, se laisser porter par le flot de mes idées sans que j'eusse à produire quelque effort. La quiétude m'enlaçait tendrement et je craignais, si je ne prenais pas garde, de succomber aux caresses du sommeil. S'endormir dans un rêve pour en créer un nouveau. Mais alors, quel serait l'intérêt du songe si un autre m'attendait à mon réveil ?
Mes pensées m'avaient emmené loin, tellement loin du rêve ou de la réalité, que je ne m'aperçus pas du changement autour de moi. J'avais volontairement oublié où je me trouvais, délaissé ma toile onirique pour laisser agir Circé selon sa guise, être d'autant plus ébloui lorsque viendrait l'heure de soulever mes paupières. Ce fut le son de la voix enjouée de l'enchanteresse qui m'extirpa de mon repos, et j'ouvris les yeux sur un monde bien différent de celui dans lequel je m'étais assoupi. Je me redressai sur mon nuage pour mieux contempler le ciel qui s'étendait à perte de vue. Des étoiles au-dessus de nos tête et l'infini sous nos pieds, ce paysage regroupait tous les éléments dont un rêve avait besoin, à mon grand étonnement. Et je restais là, bouche bée, à contempler le spectacle qui s'offrait à moi. Circé... avait-elle vraiment fait cela ? Après quelques instants, je me ressaisis, affichant un air détaché que seul un petit sourire en coin venait contrarier.

- Pas mal... Pas mal du tout même !

Pour dire vrai, je n'aurais jamais pensé qu'elle soit capable de telles transformations. C'était la première fois qu'elle changeait l'un de ses rêves et ses résultats dépassaient toutes mes espérances ! Il ne lui manquait plus que l'entraînement et elle pourrait, un jour, concevoir des songes aussi complexes que les miens.
Cette idées fit naître en moi un sentiment d'inutilité dans le panthéon grecque, me fit prendre conscience que les autres dieux avaient raison à mon sujet : je suis remplaçable, et nombreux sont les candidats pour reprendre mon poste. Mon sourire vascilla à cette pensée, et je fis tout mon possible pour éloigner ces idées noires lorsque je me tournai vers Circé.

- Tu vois ? Ce n'était pas si compliqué finalement.

Qu'il était difficile d'échapper à une idée, cette graine qui prenait racine dans un esprit et qui refusait de s'en détacher.
J'étais dispensable. J'avais toujours été meilleur que mes frères, eux qui possédaient des capacités semblables aux miennes. Mais jamais un être autre qu'un Oneiro n'avait été si proche de me faire de l'ombre. Je restais le meilleur dans mon domaine, mais à quoi bon être le meilleur quand les autres divinités étaient uniques ?

Mon sourire avait disparu, je ne m'en étais pas rendu compte. Le monde extérieur n'importait plus, mes démons obstruaient ma vision. Le décor pris des teintes crépusculaire alors qu'une mer de nuages se formait autour de nous. C'était moi qui faisait cela, mais je n'en était pas conscient, comme si modifier les rêves se faisaient de manière instinctive. Quand je me rendis enfin compte des changements qui se produisaient, je n'imaginais pas en être à l'origine. Je laissai mon subconscient achever son œuvre pour en admirer la beauté lorsqu'il eut fini. La voix lactée illuminait toujours le ciel alors qu'un soleil couchant déclinait derrière un horizon invisible. Cette vision m'arracha un sourire : je restais le dieu des rêves, et personne ne pourrait m'enlever cela.

- C'est mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Mar 27 Mar 2018 - 20:47

Morphée semblait s'extirper lentement de la plénitude dans laquelle il s'était plongé quelques instants plus tôt, afin de me laisser seule avec mon rêve. Il semblait s'accrocher à son palais mental comme à la vie, mais pourtant, parvint à ouvrir les yeux afin d'observer l'humble décor que j'avais imaginé comme il me l'avait demandé. Je crois que quelque chose sonnait faux, je ne veux pas parler des débris de rêve que j'avais et recollé dans le simple but d'impressionner Morphée, mais justement dans l'expression du dieu. Il y avait quelque chose d'indescriptible dans son regard, quelque chose d'absent, comme si mon décor avait siphonné son âme, et qu'à présent, l'esprit de Morphée était devenu le rêve. Je ne saurais pas vraiment dire si il était déçu de moi, triste ou ...

- Pas mal... Pas mal du tout même ! Tu vois ? Ce n'était pas si compliqué finalement.

... Ou si il était tout simplement en pleine admiration de mon rêve pourtant si simpliste, je pense juste que je ne l'avais pas laissé indifférent. Malgré ses paroles admiratives, j'avais l'impression de comprendre quelque chose, que je ne devrais pas lire ce mystérieux sentiment dans ses yeux. J'étais si concentrée sur son regard, ses mimiques et à essayer de penser à ce qu'il pense que je ne portai presque aucune attention au décor qu'il changea à nouveau tout autour de moi. En temps normal, j'aurais vraiment été vêxée, mais là, je me doutais que quelque chose n'allait pas. Je n'avais pas la réputation d'être très amicale, et, bien que les poètes en rajoutaient un peu, ils avaient un peu raison quand même quand ils disaient que je transformais en cochon tous les voyageurs ayant le malheur de mettre un pied sur mon île. Tout ça pour dire que je ne suis pas vraiment très amicale, mais assez pour me préoccuper de quelqu'un. et puis, Morphée, je l'aimais bien, je n'avais pas envie de le blesser, ou du moins de le laisser seul, avec ses malheurs ...


- C'est mieux ainsi.


Morphée parlait tout seul depuis tout à l'heure, je ne prêtais qu'une demi oreille distraite à ses courtes phrases vides d'intérêt, j'étais occupée à essayer de connaître la source de ses maux. J'imaginais la scène amusée, un peuple de mots, dans lequel des maux étaient cachés, afin de m'éviter, et c'étaient les mots qui les avaient trahis. Je crois que cette scène, je ne sais comment, s'était projetée dans le rêve, pendant que, déjà, j'avais trouvé ce que je devais faire : Pour connaître les maux de Momo, il me fallait entendre ses mots. Je crois qu'en prononçant cette phrase, ma voix intérieure à elle-même trébuché. Enfin bref, c'est ce que je fis, je lui demandai, d'un ait assez tendre :

- Ca va Morphée ? Tu m'as l'air ... Triste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Ven 30 Mar 2018 - 10:48

La mélancolie s'était insinuée en moi telle un poison, se répandait lentement dans mes veines et mon âme sans que je puisse l'en extraire. Elle m'enlaçait tendrement et je ne pouvais échapper à son étreinte, malgré tous mes efforts pour me défaire de cet ennemi intangible. Et Circé m'observait, silencieuse, son regard plus offensant que n'importe quel mal intérieur. Je détestais afficher mes faiblesses, je haïssais ça, peut-être parce que mes interlocuteurs lisaient en moi comme dans un livre ouvert. Je n'avais jamais su cacher mes émotions, pas de manière crédible en tout cas, et la couleur changeante de mes iris n'aidait en rien à dissimuler mes pensées. Rares étaient ceux qui me connaissaient assez bien pour déchiffrer mon humeur en fonction du ton que prenait mes prunelles : noir pour la colère, orange pour le désir, bleu glacial pour la peur... Artémis avait appris à connaître leur signification, bien malgré moi : face à elle, je ne pouvais cacher mes faiblesses. À cet instant, mon regard évitait celui de l'enchanteresse pour qu'elle ne remarque pas cette particularié, mais le rêve donnait les informations que je tentais de garder en moi. Mon corps me condamnait à montrer la vérité quand ma parole voulait la taire.

- Ça va Morphée ? Tu m'as l'air... triste.

Je ne pourrais en connaître l'origine, mais le fait d'entendre mon prénom me fit le plus grand bien. Depuis combien de temps ne l'avais-je pas entendu prononcé de façon aussi douce et inquiète ? Je m'étais habitué aux surnoms blessants, au dégoût ou à la haine avec laquelle on prononçait mon nom, le cruel plaisir qu'avaient les gens de m'appeler "papillon". Pour dire vrai, lointaines étaient les circonstances où quelqu'un s'était enquit de mon ressenti. Je tournai la tête vers Circé, la regardai dans les yeux en lui adressant un sourire faux :

- C'est juste que ta création me laisse sans voix.

Pouvais-je trouver moins crédible comme réponse ? J'en doutais. Et je doutais également que l'enchanteresse se contente d'une telle réplique. Je détournai à nouveau le regard, incapable de soutenir celui de la jeune femme après une telle réponse. Alors, je me mis à rire légèrement, car c'était la seule manière que j'avais trouvé pour avoir la force de dire ce qui suivait :

- Rien, c'est juste qu'en te voyant créer tout ça, je me sens un peu... inutile.

Je ponctuait la phrase d'un petit sourire et regardai à nouveau dans sa direction. J'avais dit cela sur le ton de la plaisanterie, cela aurait même pu passer pour de l'ironie. Mais qu'elle le comprenne ou non, je lui avais avoué la peine qui habitait mon cœur. Je regrettais déjà d'avoir fait cela car les rares personnes à qui je m'étais ouvertes s'étaient toujours moquées de mes problèmes, avaient ri de ma naïveté ou de mes réflexions, m'obligeant encore et toujours à me renfermer sur moi-même, protégé par mon attitude moqueuse et détachée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Sam 31 Mar 2018 - 10:32

- C'est juste que ta création me laisse sans voix. Rien, c'est juste qu'en te voyant créer tout ça, je me sens un peu... inutile.

Au début, j'ai cru que Morphée se moquait de moi quand il me dit "c'est juste que ta création me laisse sans voix", il faut dire que le puissant rire qu'il sortit juste après me fit un peu de peine. Mais en fait, il se rattrapa vite en me donnant la vraie raison, cela me fit de la peine pour lui. Il se sentait inutile, et ça le rendait tout tristounet.  Le pauvre, je voulais vraiment le réconforter, mais je ne savais pas vraiment comment faire, je ... Je suis restée là, sans vraiment rien faire, sans vraiment oser parler ni m'approcher de lui, de peur que ça ne fasse qu'aggraver les choses. J'étais sincèrement triste pour lui, moi aussi des fois je me sentais un peu inutile dans le panthéon, sauf que moi, je m'en fichais pas mal, tant que je pouvais vivre ma petite vie, mais je comprenais totalement ce sentiment. Pauvre Morphée, c'était sûrement un peu de ma faute tout ça, et rien que d'y penser, ça me rendait triste moi aussi. C'était de la compassion je crois. Je n'avais pas trop l'habitude d'éprouver des sentiments positifs envers les gens, mais je connaissais quand même ce qu'étais l'affection, et je savais à quel point il était dur de voir quelqu'un que l'on aime bien souffrir, et cette nuit-ci en fut pour moi une nouvelle confirmation. Je ne savais toujours pas quoi faire, je regardais Morphée, peinée, tout en essayant de m'approcher prudemment de lui, regardant son expression, si cela ne le rendait pas encore plus triste. Comme ça semblait aller, je m'approchais jusqu'à arriver à sa hauteur, où je mis ma main sur son épaule, avant de lui dire, droit dans les yeux, en lui tendant un regard plutôt réconfortant :  

- T'es pas inutile Morphée, regarde tout autour de toi, ce que tu as fait, c'est magnifique !

C'est en disant cela que je pris seulement le temps de regarder sa création, c'était vraiment réussi. Il avait repris mon décor, et l'avait ... Sublimé. Le soleil couchant, la vague de crépuscule, c'était vraiment beau. Je ne comprenais pas comment il pouvait se trouver inutile, surtout après avoir créé cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Dim 8 Avr 2018 - 22:19


"The noblest art is that of making others happy" - P T Barnum


La soirée avait pourtant si bien commencé : un simple rêve de routine, bien que la rêveuse soit loin d'être habituelle. Il aurait dû s'agir d'un simple songe destiné à montrer l'étendue de mes pouvoirs, ou simplement m'échapper de la réalité. Quelle tournure étrange cette nuit avait-elle prise, et quelle étrange interlocutrice j'avais choisie pour me confier. Je devrais apprendre à tenir ma langue et garder l'image de petit Oneiro tranquille et taciturne que tout le monde voudrait me voir adopter. Je ne pourrait dire pourquoi je m'étais confiée à Circé, elle n'avait vraiment la réputation d'être une magicienne compatissante, bien au contraire. C'est sans doute pour cette raison que je fus tant surpris par son geste, sa main qu'elle posa avec tendresse sur mon épaule.

- T'es pas inutile Morphée, regarde tout autour de toi, ce que tu as fait, c'est magnifique !

Sa voix, ses paroles réconfortantes, son regard apaisant... Tout cela chassa mes idées noires et la lumière se fit à nouveau dans mon esprit. Rares étaient ceux qui avaient réagi d'une telle manière face à mes lamentations, et cela me fit le plus grand bien. J'esquissai un sourire, remerciai Circé du regard avant de prononcer un mot que je n'avais que rarement prononcé avec honnêteté :

- Merci beaucoup. Vraiment.

Je laissai planer un petit silence, renforçant encore la solennité de ces paroles. Je finis par rire faiblement en affichant un sourire moqueur :

- Je ne te savais pas aussi... compatissante. Disons simplement que ce n'est pas le trait de caractère auquel on pense lorsqu'on fait mention de Circé la magicienne.

Beaucoup de rumeurs circulaient à propos de cette enchanteresse isolée sur une île, loin de tout et de tout le monde, qui transformait les malheureux s'échouant sur son ban de sable en cochon. Les gens connaissaient-elle cette facette de sa personnalité ? Je n'avais pas dit ces paroles méchamment, j'avais simplement voulu détendre l'atmosphère à ma manière. J'étais redevenu moi-même, un dieu des songes malicieux, remplaçable mais pas inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Sur Eéa
Occupation : Changer les gens en cochons
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 17/02/2018
Messages : 49
Double compte : Les cochons de Circé

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Sam 28 Avr 2018 - 8:26

- Merci beaucoup. Vraiment.

C'était vraiment touchant. Il me semblait sincère, j'avais l'impression d'avoir aidé quelqu'un et c'était vraiment ... Je ne sais pa comment expliquer ça. Je ressentais une sorte de félicité, et de sérénité à avoir été gentille avec lui. Bien sûr, j'avais déjà été gentille, et j'avais déjà ressenti cela, mais là, c'était différent, c'était plus fort, ça me donnait envie de continuer de consoler Morphée, ça me donnait envie de rester endormi pour l'éternité, et même l'éternité ne suffirait pas à finir notre discussion. Le garçon rit en une sorte de hoquet plutôt désagréable et provocateur avant d'ajouter :


- Je ne te savais pas aussi... compatissante. Disons simplement que ce n'est pas le trait de caractère auquel on pense lorsqu'on fait mention de Circé la magicienne.


Je ne savais pas comment le prendre, si c'était de la provocation, une maladroite tentative de compliments, ou tout simplement une remarque brute, sincère, qui lui est venue comme cela sans arrière-pensée ni bonne ni mauvaise. Etrangement, cette dernière suggestion ne fut pas celle que je choisis. J'étais vêxée par ce qu'il venait de me dire, mes lèvres tremblaient légèrement, mes yeux firent barrages à mes larmes montantes et ma tête se baissa. Pourquoi je devais toujours jouer la méchante ? C'étaient eux qui étaient arrivés sur mon île, eux qui avaient voulu me vendre en esclave, eux qui avaient essayé de s'emparer de mon domaine par la force, eux qui m'ont ciblé avec leurs arcs, eux qui m'ont manqué de respect, eux qui m'ont giflé, eux qui m'ont mise en colère. Et c'est moi qui les ai transformé en cochon, et c'est bien normal, ils le méritaient. Alors ainsi l'histoire se souviendra de moi comme d'une entité maléfique, au service du mal et des ragouts, qui prend un plaisir sadique et dominateur à asservir tous ceux qui empiètent sur mon territoire ? Soit. Maintenant qu'elle me laisse vivre ma crénom de vie tranquilement cette histoire de grognasse à moustache !

- Ah bon ? Les gens parlent de moi ? Et qu'est-ce qu'ils en savent de moi ? Ils sont jamais venus sur mon île !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t800-termine-en-tout-homme-il-y
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 132
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo] Lun 21 Mai 2018 - 20:07

Je n'aurais pu affirmer si j'avais toujours été ainsi, un dieu espiègle et moqueur, ou si je m'étais simplement adapté à la personnalité de mes interlocuteurs. Non, pas de mes interlocuteurs. De mes frères et sœurs. Avec un millier d'Oneiroi pour fratrie, il avait fallu trouver quelque chose me faisant sortir du lot. À défaut de posséder un physique ou des pouvoirs hors du commun, je m'étais vêtu d'une personnalité rayonnante, le genre qu'il est difficile d'ignorer. Je n'avais jamais regretté mon caractère jusqu'à ce jour, car des paroles prononcées avec le plus grand naturel semblaient avoir touché un point sensible. Circé détourna le regard alors que mon sourire s'effaçait. Je n'avais pas pensé à mal, mais la magicienne ne semblait pas l'avoir perçu ainsi. Je tentais de capter son regard, en vain. Quelque chose s'était cassé en elle.

- Ah bon ? Les gens parlent de moi ? Et qu'est-ce qu'ils en savent de moi ? Ils ne sont jamais venus sur mon île !


Les gens, c'étaient moi. C'étaient les dieux qui parlaient d'elle comme d'une curiosité à voir une fois dans son existence; C'étaient les mortels qui murmuraient des histoires sanglantes sur cette île que les marins évitaient; C'était tous ces gens qui croyaient que les ragots étaient véridiques. Mais ils ne savaient rien de Circé, pas plus que moi.

Je détournait le regard à mon tour, terriblement embarrassé. Je m'en voulais de ne pas avoir tenu ma langue, fait nouveau pour moi qui ne regrettait jamais rien. J'aurais voulu me retrouver sous terre, ce qui s'annonçait plutôt compliqué étant donné l'altitude à laquelle nous nous trouvions. Les couleurs du décor féérique que nous avions créé me semblaient moins vives, plus triste tout à coup...

Le silence s'éternisait et je ne pouvais fuir. Pourtant, il aurait suffit d'arrêter le rêve, partir avant que la jeune femme ne se réveille et j'aurais échappé à cette situation délicate. Mais je n'en avais pas envie. Bien entendu, je ne voulais pas lui répondre mais la laisser ainsi, sans même lui dire un mot... Ce n'aurait pas été correct après la gentillesse dont elle avait fait preuve avant moi. Je pris une grande inspiration.

- C'est vrai, les gens ne savent rien de toi. Et les gens ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas, c'est ainsi.


Un début froid, quelque peu distant. Un constat. Je repris, sur un ton plus doux et que j'espérais sincère :

- Pourtant, s'ils prenaient la peine de venir jusqu'ici, de passer du temps avec toi... ils se rendraient compte que tu es une personne avec un grand cœur, bien plus sympathique et compréhensive que la plupart des dieux ayant une meilleure réputation.

Je me tournai à nouveau vers Circé, lui adressai un sourire compatissant. Je pensais chacun de mes mots, chose rare pour un dieu comme moi qui mentait comme il respirait. Je lui devais la sincérité, et je savais qu'elle ne se moquerait pas de ce que je prenais pour une faiblesse. Les rôles s'étaient inversé : je voulais remonter le moral de celle qui avait fait la même chose pour moi quelques minutes plus tôt.

- Et si les mortels ont peur d'échouer sur ton île, moi, je suis content d'y avoir atterri.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Morphééries [feat Momo]

Revenir en haut Aller en bas

Morphééries [feat Momo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: Les limbes :: RP Onirique (Rêves)-