Partagez| .

Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Localisation : Loin du monde
Occupation : Trouver un moyen de réduire cet idiot d'Oneiros en poussière...
Humeur : Exaspérée par Morphée...
Date d'inscription : 19/08/2016
Messages : 72
Double compte : Magéia

MessageSujet: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Dim 10 Sep 2017 - 15:26

Vous l'ai-je dis belle dame,
Je suis tombé d'un seul coup sous le charme
Vous avez mis le bonheur en mon âme
Et mon cœur en émoi...
Et vous ?
Vous l'ai-je dis cher ami,
Vous réveillez une flamme endormie
Quand je voulais maîtriser l'incendie
De mon corps en émoi...
Et vous ?



Artémis ne réussissait par à fermer l’œil cette nuit là. Elle était trop bouleversée, trop apeurée pour pouvoir ne serait-ce que s'allonger dans son grand lit princier. Elle se sentait sale... indigne de ces draps que son père lui avait fait installer dans ses appartements du palais de l'Olympe. Elle n'avait pas le droit d'avoir ce genre de pensées ni ce genre de sourire quand naissent ces pensées. Elle se haïssait de... de... en réalité, elle ne savait même plus pourquoi.
De telles chimères la faisait frissonner d'horreur, elle se répugnait tout seule et s'en rendait malade chaque jour depuis quelques temps. Cela avait même finit par inquiéter Apollon et elle se sentit obligée de lui mentir... il ne comprendrait pas, personne ne comprendrait. Mais mentir à son frère rajoutait une couche de souffrance à son mal-être déjà bien présent. Artémis se sentait seule. Affreusement seule. Et ce sentiment la tuait à petit feu.
D'un autre côté... si elle n'avait pas pris cette décision, elle n'aurait pas à se torturer ainsi. Si elle avait laissé faire son père, si elle avait accepté sa décision au lieu de jouer les ados rebelles, peut-être qu'elle n'en serait pas là aujourd'hui. Mais sa vie aurait été bien différente, aurait-elle été assez sage pour se contenter de faire ce qu'on lui demandait ? Artémis aimait sa liberté, elle la chérissait plus que tout et au fond d'elle, elle savait qu'elle avait pris la bonne décision. Alors pourquoi voudrait-elle changer de vie d'un coup ?

Prise au piège entre ses désirs et ses obligations, Artémis se sentait étouffer. C'est pourquoi elle décida de sortir au beau milieu de la nuit par la fenêtre de sa chambre pour être sûre de ne réveiller personne au palais. Elle se dirigea vers la forêt, uniquement guidée par l'astre rassurant que faisait briller Séléné. La déesse n'avait pas vraiment d'objectif, elle erra donc plusieurs minutes, plusieurs heures peut-être. Les bois l'apaisait. Ici, elle oubliait les problèmes posés sur l'Olympe. Elle oubliait les conflits des dieux, les siens, elle oubliait les règles, les mœurs, elle oubliait tout. Artémis huma l'air frais et calme qui l'entourait et s'assit contre un arbre. Elle choisit une branche au sol et entreprit de la tailler comme il se doit en une blèche flèche bien droite.

_________________





Love is sensation, love is pleasure, love is pure, but
I don't need love
I am strong and independent, I don't need a man in my life.

signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t620-quand-l-astre-lunaire-desc
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 135
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Dim 10 Sep 2017 - 18:30

Une autre nuit, le même manège. Des mille Oneiroi à prendre leur envole cette nuit-la, je fus le dernier à quitter la grotte qui nous servait de repère. J'aurais dû rester, retourner sur l'étendue de coquelicots qui me servait de lit et reprendre ce si beau rêve que je faisais avant d'être éveillé par mon père. Car quand le sommeil frappe, les rêves ne tardent pas. Mon père voulait me confier un message à transmettre au roi de Thèbes, mais j'aurais été incapable de m'en souvenir, encore trop endormi pour pouvoir prêter attention à quoi que ce soit. J'avais pourtant hoché la tête lorsqu'il m'avait demandé si tout était clair et j'avais pris la route du monde des mortels. Mes ailes battaient l'air en silence et si elles pouvaient m'amener à planer à des vitesses inconcevables pour de simples Humains, je préférais prendre le temps d'observer ces forêts, ces mers et ces montagnes qui me fascinaient tant, octroyant d'agréables songes aux voyageurs endormis que je rencontrais sur le bord des chemins. Thèbes se trouvait à l'opposé de l'itinéraire que j'empruntais actuellement, je le savais bien, mais je m'en moquais. Père me réprimanderait, Zeus encore plus, mais c'était bien ainsi, car j'avais décidé que rien ni personne ne gâcherait cette nuit étoilée.

Je m'approchai du sol pour endormir un énième mortel, seul au beau milieu des bois. Une jeune femme ? Que faisait-elle en un lieu si éloigné de toute civilisation ? Mais plus je m'avançais, plus le sourire qui était apparu sur mes lèvres s'élargissait. Bien sûr que non, ce ne pouvait être une simple mortelle, c'était bien plus que cela. Qui pouvait bien s'égarer en ces coins reculés autre que la déesse la plus têtue que j'ai jamais rencontrée : Artémis ? Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes de se balader dehors, elle qui dormait généralement profondément à cette heure avancée de la nuit. Je m'arrêtai à quelques mètres du sol, observant silencieusement la chasseresse l'espace d'un instant. Ignorer une mission donnée par Zeus pour passer du temps avec sa fille, voilà une chose qui risquait de ne pas lui plaire. Mais n'était-ce pas en partie le but de la manœuvre, tout l'intérêt de cette relation si spéciale qui s'était créée entre Artémis et moi : embêter les personnes que je détestais le plus ? Les interdits rendent les actions bien plus intéressantes.

Je me positionnai juste au-dessus de la déesse avec toute la discrétion dont le dieu des rêves puisse en être capable, assez haut pour qu'elle ignore ma présence. Puis, la tête en bas, je descendis jusqu'à arriver à hauteur de son propre visage.

- Bouh !

Un simple son prononcé sans méchanceté mais avec assez de brutalité pour faire sursauter une personne non avertie. Je souriais fièrement, un éclat de malice dans le regard. Tous mes problèmes semblaient bien loin désormais : Zeus, Hypnos, tous ces idiots qui me prenaient pour leur larbins à longueur de journée. Au moins, ici, j'étais considéré comme l'égal d'une autre.

- Tu es insomniaque maintenant ?

Voir une personne que l'on connait bien sous un autre angle de vue - la tête en bas en l’occurrence - est une chose aussi surprenante que déstabilisante. Aussi décidai-je de revenir à une vision normale et de me poser face à la déesse, les deux pieds bien ancrés au sol cette fois, mais n'ayant pourtant pas perdu mon sourire narquois lors de la cabriole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Loin du monde
Occupation : Trouver un moyen de réduire cet idiot d'Oneiros en poussière...
Humeur : Exaspérée par Morphée...
Date d'inscription : 19/08/2016
Messages : 72
Double compte : Magéia

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Lun 9 Oct 2017 - 11:04

La déesse avait déjà taillé trois flèches, elle commençait même à fabriquer un arc. Ses pensées noires s'étaient peu à peu évaporées grâce au calme rassurant de la nuit. Pour son arc, Artémis avait choisit une belle et longue branche de boulot. Ainsi, l'arme serait d'un magnifique blanc et les flèches, brunes. Tout comme elle ! Une déesse à la peau blanche et aux cheveux bruns... elle esquissa un sourire à cette pensée, comme si elle s'amusait de cette ressemblance. Tout en taillant, elle pensait aux plumes qu'elle allait pouvoir mettre au bout des flèches. Oiseau mortel ou créature magique ? Cygne ? Harpie ? Pourquoi pas une plume de pégase ? Quoiqu'elles semblaient plutôt lourdes et il ne s'agissait pas de les lester, ses flèches.
Perdue dans ses pensées, elle ne remarqua pas l'oneiros qui s'approchait. Heureusement d'ailleurs, elle perdrait son sourire, si peu apparu ces temps-ci... Elle en était à un tel point qu'elle n'arrivait même plus à s'amuser pendant une chasse auprès de ses compagnes. La dernière chose dont elle avait besoin était de le croiser cette nuit. Et puis comment pouvait-elle imaginer qu'il vienne la voir en pleine nuit ? Il n'était pas censé travailler ? Elle sursauta donc en entendant sa voix et comme on l'avait prédit, son sourire s'envola.

« Tu es insomniaque maintenant ? »



Artémis fronça les sourcils en penchant la tête sur le côté. Le voir sous cet angle offrait une toute nouvelle approche du personnage... plus enfantine pour ne pas dire plus idiote ! Etait-ce donc ainsi qu'il se présentait aux autres pour qu'Artémis soit la seule (ou presque) à sentir une once d'intelligence en lui ? Elle attendit qu'il repose les pieds au sol puis haussa les épaules en guise de réponse. Formuler une phrase à l'oral aurait sûrement engendré d'autres questions concernant la cause de son éveil tardif et il était hors de question pour elle de lui en parler. Elle ne devait, de toute manière, en parler à personne car il faut étouffer la flamme pour éteindre un feu.

« Et toi alors ? Trop fatigué pour travailler ? Parce que je suppose que me déranger n'était pas dans ta liste de choses à terminer avant de te faire de nouveau foudroyé... ! »

Elle afficha un sourire moqueur, sachant très bien qu'elle l'attaquait à une endroit sensible. Avec un peu de chance, il se vexerait et repartirait aussi vite qu'il était venu.

_________________





Love is sensation, love is pleasure, love is pure, but
I don't need love
I am strong and independent, I don't need a man in my life.

signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t620-quand-l-astre-lunaire-desc
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 135
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Lun 9 Oct 2017 - 15:28


"Et toi alors ? Trop fatigué pour travailler ? Parce que je suppose que me déranger n'était pas dans ta liste de choses à terminer avant de te faire de nouveau foudroyer... !"

Mon sourire vacilla un instant et pour cause : elle n'avait pas tort... Je devrais peut-être me rendre à Thèbes finalement, histoire d'éviter d'inutiles représailles de la part de Zeus ?... Hors de question ! J'avais pris ma décision, je ne délivrerais pas son message ce soir ! Du moins... pas tout de suite. Et si Artémis croyait pouvoir me faire déguerpir en faisant miroiter la menace de son père, elle se trompait grandement. Je haussai les épaules nonchalamment, comme si sa remarque ne m'avait pas touché, et pris place à ses côtés en soupirant :

- Pourquoi tout de suite parler de sujets qui fâchent ? La nuit est encore longue, il me reste encore du temps pour accomplir ma mission. Et dans le pire des cas, j'ai un milliers de frères qui seraient ravis de délivrer ce message à ma place.

L'avantage de n'être qu'un parmi tant d'autres. Je plains les Olympiens, ces divinités qui représentent à elles seules un concept. Ils ne se reposent donc jamais ? Et quand ils souhaitent se reposer, oublier le monde extérieur ? Qui les remplace ? Personne, évidemment, ce qui ne les empêche pas de passer le plus clair de leur temps à festoyer plutôt qu'à prendre leur rôle de dieu au sérieux.
Je jetai un œil à l'arc - ou plutôt l'ébauche d'arc - qu'Artémis tenait entre ses mains. Je ne pus retenir un sourire en désignant l'arme :

- Tu n'en avais pas assez ?

J'avais déjà essayé de créer un arc, il y a quelques temps déjà. Ma conclusion avait été qu'il était bien plus aisé de façonner une arme en rêve plutôt que dans la vraie vie : l'arc était déséquilibré, trop lourd et bien trop rudimentaire pour que je puisse l'offrir à Artémis... Enfin, lui prouver que je pouvais également créer des arcs sans difficulté. Inutile de préciser que j'avais passé sous silence cette veine tentative et que je m'étais empressé de détruire ce bout de bois qui ne méritait même pas de porter le nom d'"arc".

- Je peux t'aider à éloigner ton insomnie si tu veux. Et puis, pourquoi pas une partie de chasse onirique aussi ? Je me suis un peu amélioré au tir à l'arc, la partie devrait donc être plus équilibrée. Mais si tu préfères autre chose, ça me va aussi.

"Je t'en prie Artémis, fais un effort pour une fois, je m'ennuie à mourir et je n'ai pas envie de retourner jouer les larbins de Zeus..." Oui, j'avais envie de m'amuser et la présence de la déesse de la chasse en ces lieux et à une heure si avancée ressemblait fortement à un signe du destin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Loin du monde
Occupation : Trouver un moyen de réduire cet idiot d'Oneiros en poussière...
Humeur : Exaspérée par Morphée...
Date d'inscription : 19/08/2016
Messages : 72
Double compte : Magéia

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Lun 9 Oct 2017 - 20:29

Bien qu'il essayait de cacher sa frustration, Artémis remarqua qu'elle avait réussi à le toucher. Il ne partait pas, tant pis, mais au moins elle gagnait ce combat.

« Pourquoi tout de suite parler de sujets qui fâchent ? »


Elle fut tentée de répondre que tout son être se résumait à « sujet qui fâche » mais il le lui laissa pas de temps.

« La nuit est encore longue, il me reste encore du temps pour accomplir ma mission. Et dans le pire des cas, j'ai un milliers de frères qui seraient ravis de délivrer ce message à ma place. »


En réaction, elle leva les yeux au ciel et reprit son œuvre. Evidemment, monsieur pouvait déléguer le travail. Monsieur pouvait cacher ses entorses. Mais elle, non. Pourtant elle avait elle aussi une multitude de frères et de sœurs, bien plus nombreux que ceux de Morphée, elle en était certaine ! Ca ne suffisait malheureusement pas pour lui laisser le répis dont elle avait besoin en ce moment. Il était libre lui... s'en rendait-il compte ? Beaucoup de divinités, des plus importantes aux plus insignifiantes, enviaient la place des Olympiens. Artémis leur cédait volontiers son siège si cela lui permettait de pouvoir vivre une vie normale...
Elle avait presque oublié Morphée lorsqu'il reprit.

« Tu n'en avais pas assez ? »


Elle se contenta de secouer doucement la tête en testant la souplesse de la branche. Il fallait pouvoir la tordre sans qu'elle ne se brise pour supporter la pression sur la corde. Le secret, c'était de laisser un creux au milieu lorsqu'on taillait. Ainsi, la courbe serait mieux dessinée et l'arme plus puissante.

« Je peux t'aider à éloigner ton insomnie si tu veux. Et puis, pourquoi pas une partie de chasse onirique aussi ? Je me suis un peu amélioré au tir à l'arc, la partie devrait donc être plus équilibrée. Mais si tu préfères autre chose, ça me va aussi. »


L'archère lâcha un rire moqueur. C'était adorable comme il avait confiance en lui...

« Tu as conscience que même lorsque je me mesure à Apollon, je gagne ? Tu t'es peut-être amélioré mais je doute que le combat soit plus équilibré... »

Elle laissa planer un silence sans clairement répondre. Il lui fallait le temps de la réflexion. Il était vrai que ces moments imaginaires lui plaisaient et la détendaient plus que n'importe quel instant tangible mais devait-elle se laisser aller en s'approchant encore plus de lui... ? Finalement, elle posa l'ébauche de nouvel arc sur le sol et fixa Morphée dans les yeux.

« Si tu veux. »

_________________





Love is sensation, love is pleasure, love is pure, but
I don't need love
I am strong and independent, I don't need a man in my life.

signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t620-quand-l-astre-lunaire-desc
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 135
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Mar 17 Oct 2017 - 11:27

« Tu as conscience que même lorsque je me mesure à Apollon, je gagne ? Tu t'es peut-être amélioré mais je doute que le combat soit plus équilibré...

Je me contentai de hausser les épaules, comme pour signifier "un seul moyen de la savoir...". Évidemment, je ne pouvais pas la battre, pas dans la vrai vie du moins. Mais en rêve, rien de plus facile que toucher une cible en mouvement, j'en serais capable les yeux fermés : l'un des seuls avantages à être le dieu des rêves. J'espérais désormais que la déesse relève le défi que je lui avais lancé : qui de nous gagnerait ce concours, dans un domaine où elle excellait mais dans un endroit où j'étais imbattable ? Je fixais Artémis avec insistance, intimement convaincu qu'elle finirait par accepter. Dès qu'il était question de chasse, elle ne doutait de rien et se pensait la meilleure, alors pourquoi refuser de massacrer ce "petit Oneros prétentieux" ?

« Si tu veux.»

Bingo ! Mon sourire s'élargit alors que l'excitation m'envahissait. Quel rêve allais-je bien pouvoir créer pour rendre cette partie de chasse plus intéressante ?...

- Parfait ! Bonne nuit alors...

Je n'avais pas la capacité d'endormir un dieu, mais je pouvais l'amener aux portes du sommeil, en lui laissant le choix de la franchir ou pas. C'est ce que je fis pour Artémis, jouant de mon aura soporifique pour rendre ses paupières lourdes et l'envie de dormir presque irrépressible. Je ne tardai pas à succomber à mon tour pour rejoindre le monde des rêves dans lequel je me sentais si à l'aise.

Quand je gagnai le songe d'Artémis, il avait encore un aspect brouillon, basique et ennuyeux au possible. Heureusement que j'étais là ! Commençons par changer la gravité, ce sera bien plus drôle si la plupart des objets flottaient dans les airs, nous y compris. Roches, végétaux et matériaux aux couleurs vives commençaient déjà à s'arracher du sol, s'élevant vers un ciel d'or mouchetés de nuages aux teintes variées. Des bulles d'eau flottaient ici et là dans cet espace sans dessus-dessous alors que quelques oiseaux sortis tout droit que mon imaginaire volaient avec aisance au-dessus de nos têtes. Un éclat de passion illuminait mon regard. Plus rien d'autre n'existait, ne restait plus que la création.
Quand le décor fut à mon goût, je me tournai enfin vers Artémis. Un arc d'argent se matérialisa dans ma main alors qu'apparaissait dans celle de la rêveuse l'arc en bois qu'elle avait commencé à fabriquer dans la réalité. Bien entendu, cette version de l'arc était finie, mais semblait pitoyable face à l'arme que je m'étais attribuée.

- Pour équilibrer la partie.

Je ponctuai ma phrase d'un léger sourire en coin avant d'enchaîner par un signe du bras vers l'univers qui s'étendait devant nous.

- Je te laisse choisir l'épreuve.

Quel que soit la nature du défi, celui-ci serait bien plus complexe dû à l'appesenteur que j'avais installé : contrôler ses déplacements constituait un véritable défi à lui seul, alors chasser une proie dans un tel environnement... La compétition n'en serait que plus distrayante !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Loin du monde
Occupation : Trouver un moyen de réduire cet idiot d'Oneiros en poussière...
Humeur : Exaspérée par Morphée...
Date d'inscription : 19/08/2016
Messages : 72
Double compte : Magéia

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Jeu 11 Jan 2018 - 10:59

« Parfait ! Bonne nuit alors... »

Encore une fois, son ton enjoué fit intérieurement enrager Artémis. Pourtant, elle n'eut pas le temps de s'attarder sur son ressentiment que ses paupières se fermaient déjà. Elle s'adossa confortablement contre le chêne au pied duquel elle s'était assise et se laissa aller au sommeil.

Ses rêves commençaient presque toujours de manière identique. Ils étaient ternes et gris, brouillons, ils ressemblaient à tout et à rien en même temps. Ce n'était pas parce qu'elle n'avait pas assez d'imagination pour planter un décor digne de ce nom... secrètement, elle aimait voir Morphée à l'oeuvre. Il avait toujours l'air aux anges (peut-on s'exprimer ainsi dans un monde païen ?), concentré sur ce qu'il entreprenait, une douce lueur de passion au fond de ses iris mystérieuses. Par habitude, elle resta sagement derrière lui durant la confection du rêve. Elle ne grogna même pas lorsqu'elle senti son poids considérablement faiblir et ses pieds décoller. Après tout, ce n'était pas une faible gravité qui allait l'empêcher de gagner cet énième pari. Bientôt, l'environnement se fit plus net. Tout flottait autour d'eux. Les roches, les plantes, les animaux... Artémis esquiça un sourire amusé. C'était original ! Pour finir, l'Oneiros plaça un arc en bois dans sa main et s'attribua une arme d'argent. Il tentait de prendre l'avantage...

« Pour équilibrer la partie. »

La déesse lança un sourire faux. Il fallait être décidemment idiot pour croire à de telles paroles.

« Je te laisse choisir l'épreuve. »

« Comme c'est gentil de ta part ! »

Répondit-elle du tac au tac. De suite, l'esprit de la chasseresse se mit en marche. Elle analysa les environs, les proies possibles, imaginait un tas de situations intéressantes. Cependant, il lui fallait tester cette gravité avant de prendre toute décision. Elle tenta donc un pas... mais dégringola de quelques mètres. Nul doute que son partenaire de jeu jubilait à cette vision ! Elle lui lança un regard assassin avant de remonter (difficilement, il fallait l'avouer) jusqu'à lui. Dans ce monde, on devait se déplacer très lentement. Noté. Elle tira alors une flèche dans le vide mais celle-ci dévia sur un angle large. Noté. Enfin, la déesse fit un tour sur elle-même en comptant le nombre d'animaux présents. Noté.

« Bien. Chacun de nous devras tuer dix oiseaux, peu importe la race de l'animal et... puisque tu as décidé qu'on allait avoir du mal à tenir au sol, chaque proie devra y rester. On doit trouver un moyen de les faire tenir. »

L'épreuve allait être compliquée autant pour Morphée que pour elle et voire même plus pour elle que pour lui mais que serait une compétition s'il n'y avait aucun challenge ? Il restait cependant encore une question sans réponse :

« A toi de choisir ce qu'obtient le gagnant. »

_________________





Love is sensation, love is pleasure, love is pure, but
I don't need love
I am strong and independent, I don't need a man in my life.

signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t620-quand-l-astre-lunaire-desc
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 135
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Sam 3 Fév 2018 - 23:17

Il était absolument adorable de constater qu'Artémis croyait sincèrement avoir une chance face à moi dans mon monde. Quoi qu'il en soit, je lui laissai le temps de tester ce nouvel environnement, l'observant avec amusement sans dire un mot. À quoi bon la narguer quand elle se ridiculisait suffisamment toute seule ? Ses premiers pas dans cet univers sans gravité furent des plus mémorables et malgré ma volonté de rester silencieux durant sa "préparation", je ne pus m'empêcher d'éclater de rire. Je remarquai à peine le regard noir que ma partenaire me jeta, mais ses tentatives pour revenir à ma hauteur ne calmèrent pas mon fou rire, bien au contraire. Je me passai néanmoins du moindre commentaire et essayai de me calmer lorsque la déesse arma son arc, peut-être en pensant que la flèche m'était destinée. Après tout, ce ne serait pas nouveau qu'elle me tue une nouvelle fois en rêve, un type d'expérience très peu agréable auquel je m'étais malheureusement habitué. Mais non, la flèche fila vers le néant et disparut bientôt de notre champs de vision. J'espérais simplement que l'objectif d'Artémis ne consistait pas à faire une première victime, dans quel cas elle aurait grandement baissé dans mon estime. Néanmoins, le chemin emprunté par la flèche me permis de connaître les déviations du projectile dans cet univers que je pensais connaître pas cœur, mais il je devais avouer que je ne m'étais jamais amusé à tirer des flèches dans ce monde-ci puisqu'il y avait bien plus intéressant à faire.

Mon fou rire avait fini par se dissiper et c'est impatient que je fixai Artémis lorsqu'elle annonça les règles du défi. Et quel défi ! Faire tenir dix oiseaux au sol dans un monde sans gravité, voilà qui s'annonçait compliqué. Je commençais déjà à réfléchir à un moyen d'accomplir cet exploit lorsque la déesse m'interpella à nouveau :

- À toi de choisir ce qu'obtient le gagnant.


Je me tournai vers elle avec un large sourire et un éclat de malice dans le regard. Enfin quelque chose d'intéressant ! Mes ailes s'agitèrent dans mon dos, rapidement et par à coups, me faisant avancer lentement vers mon adversaire. L'avantage de posséder des ailes de papillons dans un tel environnement : aucun mouvement brusque n'était nécessaire pour se déplacer et je pouvais me rendre d'un point à un autre sans éprouver les mêmes difficultés qu'Artémis pour me mouvoir. Les autres dieux avaient beau se moquer de mes ailes, ils rêveraient d'en posséder d'identiques dans de telles circonstances. Je m'arrêtai à deux mètres de la chasseresse avant de lui annoncer :

- Le gagnant pourra réclamer ce qu'il veut au perdant et celui-ci devra s'exécuter dans l'heure, et avec le sourire de préférence.


Bien sûr que j'avais une idée derrière la tête. Bien sûr que je comptais tout mettre en œuvre pour gagner ce défi, car ce n'était pas tous les jours que je pouvais réclamer n'importe quoi à la fille de Zeus. Quant à elle, j'étais certain qu'elle ne refuserait pas à tel lot, car celui-ci était bien trop tentant pour être ignoré et elle était trop sûre d'elle pour prendre les risques en compte. La compétition s'annonçait d'autant plus féroce.

Un dernier sourire provocateur à mon adversaire et je m'éloignai dans la direction opposée, analysant le paysage face à moi. Comment faire tenir une dizaine d'oiseaux au sol ? En les embrochant ? J'avais beau me trouver dans mon élément, l'épreuve était avant tout un duel d'archerie, et je n'étais pas assez bon dans ce domaine pour prétendre embrocher des oiseaux en vol. Il fallait donc trouver une autre solution, plus ingénieuse et qui me permettrait de combler mes lacunes de chasseur. Puis, mon sourire s'élargit, tout signe de concentration s'évaporant de mon visage : je savais comment gagner.

Fixant les îlots de roches, je me concentrai pour faire jaillir du sol un type de plante que nulle n'aurait pu trouver dans le monde de l'Éveil; À mi chemin entre la fleur et l'arbre fruitier, le végétal n'était pas plus grand qu'une fleur des champs, mais ses pétales étaient remplacés par de petites baies ocrées alignés le long de la tige. Trop petites pour être emmenées par les volatiles, ceux-ci n'avaient d'autre choix que de se poser sur la terre ferme pour goûter au met de choix qui s'offrait à eux. Or, les baies juteuses laissaient échapper en permanence un sirop translucide extrêmement collant qui ne tarderait pas à maculer le sol, emprisonnant toute créature qui succomberait à l'envie de goûter ces fruits divins. Et je savais qu'elles ne pourraient pas résister, ma plante était prévue pour attirer à elle quiconque s'en approcherait de trop près. Suivant ma volonté, de tels végétaux apparurent aux points stratégiques de chaque rocher ou parcelle de terre présent dans mon champs de vision. Il ne restait plus qu'à attendre que les oiseaux tombent dans le piège, ce qui ne saurait tarder.

Je me tournai à nouveau vers Artémis qui se tenait quelques mètres plus loin, et lui adressai ce sourire qu'elle avait déjà vu tant de fois sur mon visage :

- Que le meilleur gagne !



Dernière édition par Morphée le Dim 10 Juin 2018 - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Loin du monde
Occupation : Trouver un moyen de réduire cet idiot d'Oneiros en poussière...
Humeur : Exaspérée par Morphée...
Date d'inscription : 19/08/2016
Messages : 72
Double compte : Magéia

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Jeu 31 Mai 2018 - 13:20

La lueur de malice dans les yeux de son adversaire lui fit regretter ses mots en un éclair. Ils étaient sur son terrain, il gardait tout de même l'avantage malgré l'épreuve ! Les muscles d'Artémis se contractèrent lorsque l'Oneiros s'approcha nonchalamment d'elle. Elle était clairement dans une mauvaise position. Mais soit, un pari est un pari : elle savait qu'elle pourrait se venger dès leur réveil de la plus machiavélique des façons.

« Le gagnant pourra réclamer ce qu'il veut au perdant et celui-ci devra s'exécuter dans l'heure, et avec le sourire de préférence. »

Bien sûr... elle aurait pu s'en douter. Son visage n'exprima aucune émotion alors qu'elle se demandait ce que le « papillon » avait en tête. Le connaissant, cela risquait d'être très désagréable. Surtout s'il fallait s'exécuter « avec le sourire » !  L'avait-il déjà vu sourire autre que lorsqu'elle le torturait ? Non. Ce n'était pas aujourd'hui qu'elle commencerait. En attendant, l'idée de ce qu'elle demanderait en échange de sa victoire quasiment certaine germa dans son esprit. Quitte à nourrir l'ego de son frère, elle forcerait Morphée à admettre qu'il leur était soumis, à tous les deux, devant Apollon. Qu'il essaye donc d'agir « avec le sourire » !

Tandis que ce dernier s'éloignait, Artémis préparait ses flèches. Le but n'était pas de tirer celles qu'elle aurait pu trouver dans le monde réel mais d'en fabriquer de nouvelle, lestées de façon à ce que son tir soit droit malgré la gravité. Heureusement, Morphée avait eu la sotte idée de lui expliquer comment fonctionnait son royaume. Ainsi, bien qu'Artémis lui restait inférieure, elle pouvait s'en sortir sans trop de dégâts humiliants. Quand elle eut fini sa préparation, elle hésita à tester son arme sur son adversaire. Non, pas tout de suite : elle pourrait en avoir besoin s'il gagnait.
Pour garder ses proies au sol, elle imagina un stratagème composé de lourdes balles de plombs tenant – miraculeusement – à terre, auxquelles elle lia des cordages : elle n'aurait plus qu'à nouer les liens autour des animaux et le tour était joué.

Elle jeta un œil à Morphée. Celui-ci s'adonnait... à la botanique. Drôle d'occupation. La déesse tenta alors de comprendre son idée mais rien ne lui venait. Peut-être allait-il commander aux plantes d'attraper les oiseaux pour lui ? Cela lui ressemblait bien, fainéant comme il était... ! Il se tourna alors vers elle pour lui adresser un de ces sourires irritants.

« Que le meilleur gagne ! »

« La meilleure ! » rétorqua-elle du tac au tac.

Malgré le lieu, cette compétition restait de son domaine, il était hors de question qu'elle le laisse avoir l'avantage. Elle se le promettait.

_________________





Love is sensation, love is pleasure, love is pure, but
I don't need love
I am strong and independent, I don't need a man in my life.

signature par littleharleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t620-quand-l-astre-lunaire-desc
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 135
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis) Dim 10 Juin 2018 - 19:49

J'observais avec attention les pièges que j'avais mis en place et ne prêtai qu'un regard distrait à la stratégie qu'Artémis avait choisie. Des flèches lestées si je comprenais bien ? Pourquoi pas. Comme si ça allait l'aider à gagner... J'encochai une flèche et attendis, me concentrant sur la toile qui je venais de tisser. Au moindre mouvement de mes plantes, je le sentirais et je pourrais agir en conséquence. En attendant, je voyais les oiseaux s'assembler autour mes plantes, les regarder avec curiosité et commencer à en picorer les baies. Encore quelques instants de patience et le piège se refermerait sur eux. Puis je sentis enfin du mouvement un peu plus loin dans le monde. Mon regard se porta vers l'oiseau englué et ma poigne se resserra sur l'arc.

- Bonne chasse.

Il s'agissait plus d'un signal de départ que d'un réel encouragement. Je n'avais même pas regardé mon adversaire en prononçant cette phrase, restant concentré sur ma proie. D'une impulsion puissante, je fondis vers le rocher flottant sur lequel se trouvait le volatile. Durant mon vol, je tendis la corde de mon arc avant de me stabiliser à quelques mètres de ma cible. Je pris le temps de viser, expirai longuement et laissai filer la flèche. Celle-ci se planta à quelques centimètres de l'oiseau paniqué et je jetai instinctivement un regard vers Artémis pour m'assurer qu'elle n'avait pas vu mon échec. En encochant une nouvelle flèche, je me rapprochai légèrement de ma cible, me concentrai davantage pour parvenir à mes fins. Cette fois-ci, la flèche transperça le corps de l'animal qui se figea, et mon sourire réapparut. Nouveau regard à Artémis, cette fois pour m'assurer qu'elle m'avait vu. Mais je n'eus pas le temps de savourer ma victoire bien longtemps : un autre oiseau venait d'être attrapé par mes plantes. Je volai jusqu'à son emplacement et l'embrochai à son tour, ainsi de suite jusqu'à comptabiliser six volatiles.

À ce stade, je me permis une pause et tentai de repérer la déesse dans cet amas de roche. Ce serait tellement drôle si je la retrouvais exactement à l'endroit où je l'avais laissée, incapable de se déplacer dans ce monde sans gravité. Je finis par la voir, prête à tirer sur un des nombreux oiseaux volant dans l'environnement. Je bandai mon arc et tentai de repérer celui qu'elle visait, le pris également pour cible et décochai ma flèche avant qu'elle n'en ait l'occasion. J'insufflai de la magie dans le projectile afin de m'assurer qu'il atteigne son but. La flèche frôla l'animal, le faisant subitement changer de direction. Quelques instants plus tard, il disparaissait derrière un des imposants blocs de pierre. Je lâchai un rire et observai la réaction d'Artémis. Voilà qui devrait l'énerver et ainsi lui faire perdre ses moyens et du temps pendant que les autres oiseaux continueraient à se faire prendre dans mes arbustes. Et pour renforcer encore plus cet agacement, je lâchai simplement à l'intention de la chasseresse :

- Oups ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis)

Revenir en haut Aller en bas

Défendu qui me tue, et vous ? (Morphémis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Simpsonisez vous
» Georges Saati, vous avez raison mais ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: La Terre :: Les forêts-