N'oubliez pas de consulter le dernier post admin de Songe ! :D Au programme : des zombies coursent des jeunes filles sans défense. Euh, je veux dire, VOUS coursez des jeunes filles sans défense.

Partagez| .

Euryale, Reine de la cité de Pierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Date d'inscription : 09/04/2017
Messages : 17
Crédits graphiques : SMITE
Double compte : Astérion - Lyssa - Toxon

MessageSujet: Euryale, Reine de la cité de Pierre Lun 10 Avr 2017 - 18:52


  Euryale


I- Carte d'identité
 


Nom: Euryale
Surnom: « La Grande » par ses sujets, « Le serpent » par ses ennemis.
Type, sous-type : Gorgone
Âge: Difficile à dire, à cause de son visage monstrueux.
Cité d'origine: Aucune il me semble
Dieux vénérés: Moi seule
Pouvoirs et/ou attributs atypiques ou magiques : Un regard pétrifiant et elle est immortelle.
Particularités:  Elle possède un masque en bronze aux bordures dorés. Cet accessoires lui permet de regarder les gens sans les changer en pierre, tant qu’elle le porte. Elle sait manier l’arc.






II- Vous, votre vie, votre oeuvre.


HISTOIRE

Vous voulez vraiment connaitre mon histoire ? D’ordinaire, tout le monde s’intéresse davantage à celle de ma sœur Méduse. On entend rarement parler à travers les légendes et autres récits de ses deux sœurs, Staella et moi-même. Pourtant, nous avons bien existé. Mais soit, ce sera un plaisir pour moi de devenir le personnage principal de cette histoire pour changer. Mais bien évidemment, mon récit sera lié à ma célèbre sœur Méduse. On ne peut y faire autrement. Comprenez-le, j’aime beaucoup mes sœurs, mais souvent, elles peuvent devenir vite énervantes. Vous le comprendrez bien assez vite.

Pour commencer, nous sommes les filles de deux divinités marines. Rien que cela, nous méritions déjà notre rang de déesses. Le plus étrange dans tout cela, c’étaient que nous fassions partie de toute une immense famille de monstre, un peu comme avec Échidné et Typhon. Tous les autres furent connus pour leur laideur, nous, nous étions les Grâces des monstres. Trois belles créatures aux corps de nymphes. Nous avions eu de la chance à ce moment-là, je vous l’accorde.

Nous étions donc trois sœurs inséparables dont il était difficile même d’imaginer l’une sans l’autre. On pouvait nous voir sur un même piédestal, enfin presque. Oui, car même si Staella et moi-même étions toutes les deux des créatures de rêves au corps parfait, Méduse nous dépassait toutes les deux. Elle était avantagée par sa belle et longue chevelure blonde. Moi jalouse ? Un peu, car elle devenait déjà à cette époque la référente de notre groupe. On en parlait que d’elle. Même ceux qui venaient pour me courtiser, changé d’avis en voyant notre sœur qui ne se gênait pas de se venter. Elle alla même se comparer aux olympiens, tu m’étonnes qu’il lui soit arrivé des bricoles après.

Je restais donc une anonyme, une simple figurante dans la tragédie de Méduse. Pourtant, j’avais mené une vie intéressante. Je m’étais orienté vers l’art de la musique où je jouais de la flûte et de la lyre. J’étais doué, j’aurais pu même devenir célèbre pour ça, mais tout ce talent fut rapidement gâché. Vous aurez compris pourquoi. Quand on était belle comme une nymphe, il était tout naturel qu’un dieu soit attiré un jour ou l’autre. Encore, cela aurait pu nous tomber dessus, à Staella et moi. Mais comme Méduse était la plus belle et le faisait savoir, c’était sur elle que Poséidon jeta son dévolu.

Les avances d’un dieu pouvaient toujours faire peur, et pour la personne avertit, il arrivé toujours malheurs aux amours d’un dieu. Méduse le savait et elle préféra rejeter le maître des mers pour s’épargner un funeste destin. Mais nous savons aussi que ceux disant non à une divinité le regretter à chaque fois. Méduse prit ses jambes à son coup et chercha refuge. Apprenant son malheur, je lui conseillais de rejoindre le temple d’Athéna. La déesse était l’ennemi juré de Poséidon et une déesse de la protection. J’étais persuader que dans son sanctuaire, Méduse serait en sécurité. Mais non. Poséidon ignora le lieu où se cachait ma sœur, ou bien il le savait et en profita pour provoquer sa nièce. Il attrapa la malheureuse et en fit ceux qu’il désirait. Athéna aurait pu être en colère contre Poséidon et le chasser de son temple et aidé ma sœur. Il ne fallait pas y compter.

Notre sœur, déshonorer par le dieu des poissons, se mit à pleurer et à appeler sur le sol en marbre glacé du temple. Nous courrions pour l’aider et la réconforter, mais le malheur ne fut point fini. Athéna nous est apparu et elle afficher un air de dégoût. Nous lui demandions pourquoi n’a-t-elle rien fait pour protégé Méduse de l’attaque de son ennemi. Elle se mit à nous injurier, nous traitant de dévergondé et que Méduse avait souillé son temple. Elle nous envoya un sort qui nous fit devenir ceux que nous sommes à présent. Nos cheveux prirent vie et s’agitèrent pour devenir des serpents, notre peau fut recouverte d’écailles, nos jambes fusionnèrent pour devenir une longue queue et nos ongles devinrent de longues griffes de bronze. Mais le pire, fut que qui qu'onques croiserait notre regard, sera changer en pierre à tout jamais.


Nous prîmes peur toutes les trois et nous nous enfuyons le plus loin possible pour nous éloigner de la civilisation. Nous nous cachions de grottes en grottes, de ruines en ruines et espérions que personne ne parvienne à nous retrouver. Nous pouvions compter sur l’aide de nos sœurs Grées qui devinrent nos gardiennes et devaient donc garder le secret. Elles nous expliquèrent également que Staella et moi étions immortelles, contrairement à notre sœur Méduse. Mais en contrepartie, elle serait également immortelle dans le sens où, elle restera la plus célèbre de nous trois. On se souviendra d’elle à chaque fois qu’on parlerait des gorgones et que nous deux, finiraient très vite dans l’oubli. Il y avait de quoi être jalouse.

Nous restions donc cacher dans notre misérable repère, changeant en pierre les intrus qui devenaient un peu notre distraction préférer. Cela dura des années, jusqu’au jour où Staella nous revint… Changer. Elle avait retrouvé son visage humain et des cheveux magnifique. Elle nous expliqua ceux qui lui était arrivé. Cette petite sotte s’en était allé pour trouver un moyen de rompre la malédiction. Une bonne idée sur le coup, mais en réalité, elle était allée passer un pacte avec Hécate la déesse noire. En échange de son immortalité, elle retrouva une partie de son ancienne beauté et devint sa servante. Et elle croyait que nous suivrons le même dessin qu’elle. Qu’elle idiote. Je ne manquais pas avec Méduse de lui reprocher son action crétine. C’était à cause des dieux que nous étions dans cette situation. Et elle voulait qu’on remette ça avec une déesse encore plus maléfique. Il en était hors de question de remettre ça. J’étais persuader que cela cachait quelque chose. Et puis, je devais avouer que je commençais juste à aimer être immortelle et à apprécier ma nouvelle nature. Je me sentais puissante et un peu comme une déesse. Une autre raison de décliner la proposition de Staella. Cette dernière fut vexer et nous abandonna. Elle comprendra bien vite son erreur, j’en étais sûr.

Les années qui suivirent ne furent pas de tout repos. Nous n’étions plus que deux et vivions une routine horrible, je devais supporter seule Méduse qui passait son temps à se plaindre et à se venter. Avec la prophétie des Grées, elle avait la tête encore plus grosse que celle d’un Titan. A la longue, j’en eus assez de me sen tir si rabaisser et décida de prendre un moment à moi. Je partais donc de notre repère la nuit. De toute façon, Méduse était tellement célèbre que personne ne remarquera l’absence de ses deux sœurs. Je me mis à voyager un moment, profitant de répandre la terreur par ici et par là, profitant de mon immortalité pour me mesurer aux adversaires les plus coriaces. Les paroles des Grées ne faisaient que me hanter et je désirais vaincre cette prophétie.

Mon voyage me mena jusqu’au nord de la Lybie, dans une colonie grecque. Là-bas, je trouvais refuge dans un vieux temple abandonner. Mon arrivé fut rapidement remarqué. Les habitants qui voulurent venir au temple ou dans ses environs pour telle ou telle raison, tombèrent sur moi. Et les survivants partirent prévenir les leurs dans leur cité. Alors il fut envoyé toute une série de héros, ainsi qu’une armée pour me chasser de mon nouveau chez moi. Mais aucun ne revenait de sa mission suicidaire. C’était amusant, je jouais au chat et à la souris avec eux sans risque de perdre. C’était incroyable de voir que les morts qui me dégoûtaient au début de ma malédiction m’amusaient comme si j’étais une enfant. À la longue, les habitants de la ville prirent une décision. Ils formèrent un cortège pour venir jusqu’à moi, ayant à leur tête, un groupe de prêtre.

Sortant de mon petit chez moi, je comptais agrandir ma collection. Mais à ma grande surprise, je les vis tous se prosterner à ma vue. Que se passait-il ? Eh bien, voyant que j’étais invulnérable et capable d’anéantir facilement des armées, on voulut me faire une offre. Les habitants voulurent que je devienne la protectrice de leur cité. Que je changeais en pierre tous ceux qui oseraient venir s’en prendre à eux. Et en retour, je gardais le temple, je ne serais pas trop dérangée et je serais traité comme une reine ou une déesse. Cette proposition me plaisait beaucoup et j’acceptais.

Très vite, tout une organisation religieuse s’organisa autour de moi. J’étais la reine ou la déesse bien entendu, mais également, la gardienne de la cité et du royaume des morts. Le temple fut considéré comme une porte des enfers où, tel Cerbère, je veillé sur elle. Tout se passait à merveille et dès que des ennemis approchaient, je sortais de mon antre pour les chasser. Lors d’une cérémonie, on m’apporta un présent, un masque en bronze avec des reliures d’or. Il servirait plus pour les rituels, mais en réalité, il me permettait d’éviter de changer en pierre par « accident » mes fidèles. À la longue, pendant que je veillais sur eux et recevais leur cadeau, je sentais un changement en moi. La crainte et l’appréhension que nous éprouvions les uns pour les autres s’effaçaient peu à peu. Et à la longue, je commençais à éprouver un certain attachement pour eux.

Les gorgones étaient connues pour leur cruauté. Mais nous gardions une partie d’humanité en nous. Et qui sait, je deviendrais finalement célèbre entant que gorgone bienveillante. Bon d’accord, je gardais aussi un côté sadique en moi. Je trouvais toujours plaisir quand je devais changer en pierre ou transpercer quelqu’un de mes flèches, que ce soit un soldat ennemi ou un criminel condamné. Mais à part cela, je pouvais me montrer aux autres avec douceur, sans mauvaises intentions et eux, me voyant comme l’une des leurs. Et ça, c’était quelque chose que je n’avais plus ressenti depuis bien longtemps.

Autre petit détail qui peut avoir son importance, faite très attention quand elle cri. Son hurlement so aigu peut rendre sourd et faire atrocement souffrir. Pour vous donner une petite idée de ce que cela donne, soufflait très fort dans une flûte sans boucher les trous. Soufflait à vous faire exploser les poumons et vous aurez une petite impression de la puissance de son cri.


PERSONNALITÉ

Inutile de se mentir, Euryale est tout sauf un être de vertu. Étant une gorgone, elle est quelqu’un pouvant se montrer monstrueux. Elle prend à chaque fois plaisir à administrer la mort. Que ce soit pour vaincre une armée ennemie ou juste une personne condamnée à mort et livré dans son temple, elle ne pleurera jamais du sort qui les attend. Elle se montre froide et cruelle, additionné à un sadisme pour les changer en pierre ou les transpercer de flèches. On le sait, car à chaque fois, elle joue en le faisant, traquant sa proie et poussant un ricanement à faire glacer le sang.

Elle est aussi une personne jalouse. Vivant depuis longtemps sous l’ombre de sa sœur Méduse, elle ne supporte plus d’être une laissée-pour-compte, à qui on accorde que peu d’intérêt. Si elle ressent cela, un moment, elle peut se mettre dans une effroyable colère et faire regretter la personne qui lui aurait manqué de respect. Euryale est aussi quelqu’un de très autoritaire qui aime commander et qui ne se laisse marcher sur la queue. Dotée d’un certain charisme, elle n’hésite pas à hausser le ton pour rappeler à l’ordre et s’imposer comme meneuse, ce qui lui est profitable pour sa position.

Avec le temps, elle a fini par aimé ceux qu’elle est devenue. Son apparence ne la dérange plus, au contraire, elle se vente de ses avantages physiques et de ses dons, qui selon elle, la rende supérieurs aux autres. Elle se sent au-dessus des problèmes que peuvent rencontrer les mortels qui ne sont que des absurdités bonnes à les divertir eux ou bien des dieux ennuyeux.

Après il serait faux de croire qu’Euryale n’est qu’un monstre sans cœur. Bien que son isolement l’est rendu un peu « folle », elle retrouva grâce au peuple sur qui elle veille, des sentiments positifs. Elle arrive à nouveau à éprouver de l’attachement et de l’intérêt pour autrui. Bien qu’elle puisse trouver souvent leurs problèmes sans intérêt, elle peut venir aider dans un souci d’inquiétude. Mais attention, cela a des limites. Elle ne répond pas à chaque fois à leur demande et elle peut vite s’énerver si on insiste trop selon son goût. Et si vous venez d’une terre étrangère qui ose venir l’importuner, priez !



PHYSIQUE

Comme toutes les gorgones, Euryale est un monstre féminin, à la chevelure de serpent. A la place des jambes, elle possède une longue queue de serpent également, et son corps est recouvert d’écaille. Son visage monstrueux ressemble à la face d’un serpent, avec deux yeux brillant pouvant changer en pierre, une langue fourchue, et deux gros crocs qui ressemblent à deux petites défenses de sanglier. Comme pour tous les serpents, elle n’a pas de nez ou de museau, mais juste deux fentes qui sont ses narines. Ses longues griffes sont faites en bronze, pouvant déchirer aussi bien la chaire que le métal d’une armure. Revenant sur ses écailles, ils sont d’un vert foncé qui peuvent donner l’impression de changer de couleur, allant d’une teinte très foncée à clair.  

Elle compte sept serpents aux yeux brillant de malice sur la tête et qui aiment mordre toutes personnes s’approchant d’un peu trop prêt. Elle porte souvent des vêtements richement décoré qui lui sont offert. Elle porte également une paire de bracelet en or, un collier avec une pierre brillant de mille feu à la poitrine, une tenue d’un style oriental avec un voile clair pour protéger la poitrine et le niveau des reins.  



III- Hep, vous là bas, avec le clavier ! Papiers.


(Bienvenue ♫ ! Tout est facultatif, bien sûr.)
Petit nom: Iskaras
Pourquoi avez vous choisi ce personnage ? Car je trouve les gorgones trop belles^^
Comment avez vous découvert le forum ? Déjà inscrit
Avez-vous lu le règlement ? MOI, je vote pour HADES, eh oui, eh oui Madame, je n'ai pas peur des mots, moi
Un commentaire sur le forum ? Très beau comme toujours Wink

N'oubliez pas d'entrer le lien de votre fiche dans votre profil sans plus attendre !!!

Fiche codée par Umi sur Epicode.
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t737-euryale-reine-de-la-cite-d
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Imprévisible
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 88
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Euryale, Reine de la cité de Pierre Mer 12 Avr 2017 - 23:07

Une jolie fiche et un personnage trop classe, comme d'habitude ! Ne tue pas trop de monde s'il te plait, les Enfers sont déjà bien remplis. Je ne te montre pas le chemin, tu connais déjà Wink

Ah oui, n'oublie pas de mettre le lien de ta fiche dans ton profil ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras

Euryale, Reine de la cité de Pierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Libre] La cité de pierre
» L'hostellerie de Fondcombe
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: Administration :: Fiches de présentation :: Fiches validées-