Partagez| .

Fou de la folie humaine [ft Lyssa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mer 2 Nov 2016 - 0:07


On se rappelle généralement que l'on possède une famille lorsqu'on a un service à lui demander. Et effectivement, j'avais un grand service à demander à ma chère demi-sœur, que j'évitais généralement comme la peste. Je me serais volontiers passé de cette entrevue qui s'annonçait quelque peu dangereux pour ma santé mentale, mais si j'allais la voir en ce jour, c'était bien parce que je n'avais d'autre choix. Il se trouvait que Zeus avait envoyé plus tôt dans la journée une adorable missive dont seul lui seul avait le secret, exigeant de la part de Lyssa qu'elle use des ses pouvoirs sur une demoiselle de la ville de Corinthe ayant résisté aux charmes du roi des dieux. Or, la ravissante Danaë n'avait absolument rien fait pour mériter le sort qui l'attendait, et j'étais bien résolu à empêcher ma demi-sœur d'exécuter les ordres du dieu de la foudre. Il suffirait de lui expliquer que je la côtoyais en rêve depuis bien des années désormais, que sa présence m'était agréable et que je serais fort contrarié qu'il lui arrive malheur. Lyssa ne pourrait pas rester insensible à ces paroles, elle m'écouterait, elle... Bien sûr que non, ce beau discours ne lui ferait absolument rien. Si elle décidait de maudire la jeune corinthienne, rien ni personne ne pourrait l'en dissuader, surtout pas moi. Il me faudrait compter sur mes talents d'orateurs, mais surtout sur ma bonne étoile pour que je sorte indemne de cette histoire, de même pour ma protégée.

Lyssa se trouvait déjà à Corinthe lorsque je l'aperçus sur le toit du palais de la ville. Elle devait chercher sa future proie. Espérons que cette interruption ne la mette pas de mauvaise humeur... J'apparus aux côtés de la déesse primordiale, attendis quelque peu avant de prendre la parole. Étais-je réellement prêt à risquer ma peau pour une humaine ? J'inspirai longuement, cherchant dans cet instant de calme avant la tempête, le courage nécessaire pour l'affrontement qui se préparait. Bientôt, toutes mes craintes et appréhensions furent chassées par ma volonté de sauver cette humaine, défendre ma protégée et surtout, me dresser contre l'autorité de Zeus. Il n'aurait qu'à me foudroyer à nouveau si cela lui chante, il ne ferait que renforcer mon envie de lui tenir tête. Je pris un air plein d'assurance, affichai mon sourire habituel et commençai ma tirade sur un ton enjoué :

- Bien le bonjour très chère tante, voilà des siècles que nous ne nous sommes plus vu. Il faudra penser à organiser une réunion de famille un de ces jours, je suis persuadé que cet événement en ravirait plus d'un...

La dernière phrase fut énoncée sur un ton profondément ironique. Les enfants de Nyx tous réunis pour un souper de famille ? Le repas tournerait au massacre, des villes seraient rayées de la surface de la Terre et il se pourrait que bon nombre d'entre nous ne finisse pas la soirée. Et comme je me trouvais être un dieu primordial dénué de capacités de combat, il était plus que probable que je périsse au cours dudit repas, et je possédais trop de projets pour que mes efforts soient réduits à néant à cause de ma famille parfaite. Parmi ses membres les plus éminents, nous pouvions compter la Mort en personne, le sarcasme, la folie... Des explications supplémentaires sont-elles réellement nécessaires pour justifier le chaos que cette réunion engendrerait ?

- Je connais ton sens du devoir, mais serait-il possible que tu... fasses abstraction de la mission que t'a confiée Zeus en ce jour ? Vois-tu, la mortelle que tu es sensée frapper de tes malédiction est en quelque sorte sous ma protection, et j'aimerais qu'elle reste saine d'esprit encore quelques années, vois-tu.

Ma voix avait beau paraître enjouée, elle n'en était pas moins lourde de menaces. Je ne tenais absolument pas à me confronter à Lyssa, essentiellement parce que je possédais peu de chance de victoire. Mais je refusais de la laisser détruire l'esprit de Danaë, une des seules en ce monde à apprécier le monde des rêves autant que moi.

Hors RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mer 2 Nov 2016 - 20:22

Marchand – Oh mes dieux ! Ces poules attaquent mon chien !
Femme paniqué – Quelle horreur ! Elles le dévorent !

Quelle panique. De simples poulets sur une place de marché se sont mis à attaquer et à dévorer vivant le chien d’un marchand voisin. Le spectacle fut si horrible que les mortels autour prenaient peur, certains fuyaient et appeler de l’aide divine. Une si belle matinée qui avait commencé sans problèmes lorsque tout à coup, alors que le marché battait son plein en cette belle ville de Corinthe, la volaille s’est très vite agiter et à attaquer le chien qui était juste à côté. Tout le monde paniquait et ne savait quoi faire. Quant à moi… Invisible à leur œil… J’étais plié en deux en train de rire comme une démente. J’étais sur le toit d’une maison juste au-dessus de ce combat épic, essayant de retenir mes cotes tellement j’en riais. La douleur fut forte, mais plaisante.

Rendre fou n’importe quoi était toujours plaisant. Et les voir prit de folie meurtrière et aller manger leur voisin était ce que je préférais. Une telle folie qui poussait à faire les choses les plus inattendues créant des situations cocasses ou absurdes, avouait qu’il n’y avait rien de plus drôle. Pour quoi j’avais fait cela ? Mais je n’en savais rien moi ! J’avais envie voilà. Les poules caquetaient fort, ça m'a attiré pour faire une gentille petite blague bien vilaine. Oh et voilà qu’après le chien, elles s’attaquaient aux humains… Voilà qui était mieux ! Hahaha ! Que je m’amusais. Elles se jetaient sur les gens pour leur arracher les yeux et les entailler. Mais rassurez-vous, le sort prendra fin… Quand elles seront mortes ! Hahaha ! Ah ben mince, elles le sont. On les a tuées avec différentes armes…. Une grande tristesse m’envahit, c’était comme la fin d’un jeu et qu’on devait rentrer. J’avais une envie de pleurer. Mais en fait plus maintenant, je n’avais qu’à trouver d’autres victimes, et une occasion s’offrit à moi.

Dans un bruit de tonnerre, un message me vint de la part de Zeus, le roi des dieux. D’ailleurs, cela faisait longtemps qu’il ne m’avait pas demandé quelque chose. Il avait une mission pour moi, de la plus haute importance. Enfin, pour lui tout était de la plus haute importance quand cela le concernait. Il me donna plein de détail de la mission, un discours bien assez long à mon goût, je fis mine d’écouter, m’ennuyant à tel point que je laissais mon esprit vagabonder en imaginant n’importe quoi. Mais pourquoi dire tant de choses ? Il n’avait qu’à dire qui je devais frapper et puis c’était tout. Voilà que j’ai perdu deux minutes de ma vie d’immortelle à écouter tout cela. Et puis, cela concernait une femme. Donc Zeus plus femme ne fallait pas chercher bien longtemps. Quand il me disait que me cible se trouvait à Corinthe, je ne pus m’empêcher de dire de façon amuser comme une gamine :

Lyssa – Oh je connais ce n’est pas très loin.

Bon, la personne à frapper s’appelait Danaë. Elle vivrait au Palais. Soit. Ayant enfin une cible précise et l’occasion de laisser libre cours à mon imagination, mes yeux s’enflammèrent comme ceux d’Arés ou Eros, je sais plus, et un sourire maléfique vint compléter le portrait. Dégainant mes armes, je fis un bond gigantesque jusqu’au Palais, poussant un cri hystérique comme une amazone partant au combat.

Je vins atterrir sur les toits du Palais, attendant un signe de la belle. Je pouvais attendre longtemps, cherchant toujours une bonne occasion de frapper et aussi, trouver une idée bien drôle pour la tourmenter. Danaë vivait au Palais, ce qui laissait penser que Zeus aurait encore eut le coup de foudre pour… Super jeu de mots ! Pour une princesse. J’aimais rendre fou n’importe qui, mais un membre de la famille royale ou qui vivait juste dans le Palais se faisait facilement remarquer quand il ou elle devenait cinglée. Cela restait même dans les mémoires pour être inscrit sur les murs, les poteries, jouer dans des pièces, j’adorais le théâtre, conter par des philosophes ou des prêtres, tartiner par…

Morphée - Bien le bonjour très chère tante, voilà des siècles que nous ne nous sommes plus vu. Il faudra penser à organiser une réunion de famille un de ces jours, je suis persuadé que cet événement en ravirait plus d'un...


Je me retournais violemment et fut surprise de la personne qui m’avait vue et qui venait me parler. Il s’agissait juste de mon demi-frère Morphée, le dieu de l’ennui. Sommeil, rêve ou des coups de marteau sur la tête, pour moi c’était pareil. Je fis quelques bonds en le voyant, curieuse de le voir ici.

Lyssa – Mais les papillons de nuit ne sortent-ils pas la nuit ? Haha !

Que venait-il faire ici ? Il désirait jouer ? Non, ce n’était pas son genre, enfin, nous n’aimions pas les mêmes jeux. Ah, je sais, lui aussi il voulait que je rende fou quelqu’un. Qui donc ? Un mortel trop énervé ? Une sirène qui chante faux tous les matins et la nuit ? Une femme boulangère qui a perdu son chat ? Un cyclope bourré ? Non… Il voulait sûrement que je soigne la folle d’Héra, mais pour moi, c’était un cas désespéré.

Morphée - Je connais ton sens du devoir, mais serait-il possible que tu... fasses abstraction de la mission que t'a confiée Zeus en ce jour ? Vois-tu, la mortelle que tu es sensée frapper de tes malédiction est en quelque sorte sous ma protection, et j'aimerais qu'elle reste saine d'esprit encore quelques années, vois-tu.

Bon sang, rien qu’à l’écouter parler, j’avais une envie de dormir. Je manquais de m’écrouler. Il avait un don ce grand frère, il devrait l’exploiter à une foire. Où en étais-je ? Ah oui ! Tuer Danaë ! Euh non la rendre folle. Mais attendez, il venait de me demander de l’épargner ? Il était attaché à elle, c’était adorable. Mon visage changea pour devenir comme ceux de ces petites bestioles à poil toute mignonne. C’était trop mignon, mes yeux devinrent mouillés. Je rengainais mes armes pour les futures secondes qui allaient passer.

Lyssa – Tu veux sauver la jolie princesse ? C’est chou. Aller, si tu veux, je peux la rendre folle d’amour ! Je ne peux le faire comme Aphrodite, mais je peux faire qu’elle soit si folle de toi qu’elle désirerait t’arracher la peau pour en faire un manteau et ainsi, te garder près d’elle à jamais.

Rien qu’imaginait ça m’émouvait. Je trouverais cela si romantique… On en parlerait pendant des millénaires. Je me mis à y danser comme les nymphes dans la natures, heureuse pour… N’importe quoi. Une fois mes petits pas terminer, je me retournais vers mon frère ayant une autre idée en tête.

Lyssa -Si tu veux, je peux épargner son esprit. Il n’y a aucun souci. J’aurais qu’à rendre une servante ou un homme passant par-là fou qui la métrait en pièce. Cela te conviendrait mon petit papillon soporifique ?

_________________



Dernière édition par Lyssa le Mer 9 Nov 2016 - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mer 9 Nov 2016 - 22:23


Non pas que je doute de mes talents en matière de persuasion, mais je savais que Lyssa n'accepterait pas aussi facilement ma proposition pour la simple et bonne raison qu'elle adorait faire ces basses besognes, tourmenter les mortels qui ne représentaient à ses yeux que de vulgaires pantins dont il était si tentant de couper les fils. Je ne fus donc guère surpris qu'elle tourne ma demande en ridicule ou, plus précisément, en une alternative qui n'avait rien pour me plaire. Je souris en entendant les propositions, sachant qu'il s'agissait sans doute de la meilleure réaction, mais mes iris pâles trahissaient une profonde inquiétude. Comment dissuader la déesse de la folie de laisser ces innocents tranquilles ? Je fis l'effort de rigoler faiblement :

- C'est gentil de proposer, mais l'idée de finir en carpette ne me tente pas vraiment...

Mais alors, quelle solution pouvais-je accepter ? Lyssa trouverait toujours le moyen de contre-carrer mes plans, même si je la menaçais, même si je la suppliais, même si je lui offrais tout ce qu'elle souhaitait en échange.
Une idée un peu folle me traversa l'esprit. Une idée folle pour la déesse de la folie ? Mon raisonnement paraissait totalement stupide, mais je n'avais absolument aucune autre proposition à l'heure actuelle. Et comme je ne pouvais repartir dans de longs discours, comme j'en avais l'habitude, puisque mon interlocutrice ne semblait pas sensible à ce genre d'argumentation, je devrais m'en contenter. Non, Lyssa était une joueuse. Alors nous allons jouer.

- Que dirais-tu d'un concours ? Si tu arrives à tuer Danaë avant que le soleil n'atteigne son zénith, tu auras accompli ta mission et je ne tenterai aucune représailles. Mais si je parviens à la protéger, tu devras abandonner cette mission que t'a confiée Zeus.

Je jetai un regard à coin à ma sœur, faisant mine d'observer la grande cité de Corinthe. Aphrodite serait furieuse de savoir que sa très chère ville servirait bientôt de terrain à un jeu des plus sordides. Je regardai brièvement la position de l'astre solaire dans le ciel grec. Il me faudrait tenir approximativement deux heures, et elles seraient très certainement les plus longues de mon existence. Je m'apprêtais à affronter la déesse de la folie meurtrière, une guerrière aussi redoutable qu'imprévisible. Et moi, Morphée, était chargé de défendre une simple humaine, moi qui ne savais me battre qu'avec les mots, seulement endormir les gens. Si seulement nous étions dans un rêve, les choses seraient bien différentes... Mais je refusais de plonger la cité dans un sommeil surnaturel, il me faudrait me débrouiller avec ce que je possédais actuellement comme capacités. Je reportai à nouveau mon attention sur Lyssa, un éclat malicieux brillait dans mes prunelles alors que je lui annonçais les règles de la partie.

- Pour arriver à ton but, tu ne pourras envoûter directement Danaë, ce serait bien trop simple. Alors, use de tes pouvoirs sur qui te le souhaites tant que Danaë n'est pas directement touchée. Si tu perds, tu devras guérir tout ceux que tu auras frappé de folie.

Mes idées se bousculaient dans mon esprit. Pour l'heure, il me suffirait de m'introduire dans le palais, tâche aisée pour un dieu se déplaçant silencieusement à la vitesse de la lumière, et me métamorphoser en un des gardes de la princesse. Elle n'y verrait que du feu, et ce serait un bon prétexte pour la sauver d'un "complot d'origine divine". Elle comprendrait, on n'oublie pas Zeus aussi rapidement, surtout lorsque l'on avait attisé sa colère.  Mais par quel miracle parviendrais-je à déjouer les machinations de mon adversaire ? Grâce à des plans plus complexes que ceux qu'elle aurait imaginés, en usant de ruse et d'audace, un domaine dans lequel j'excellais. Un sourire inquiétant se dessina sur mon visage. Je comptais bien gagner ce défi, quitte à utiliser tous les moyens mis à ma disposition pour parvenir à mes fins.

- Alors, tu relèves le défi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Ven 11 Nov 2016 - 14:06

Morphée - C'est gentil de proposer, mais l'idée de finir en carpette ne me tente pas vraiment...

Voilà qui était bien dommage. Je lui proposais des solutions alternative et Morphée faisait le difficile. Je voulais bien faire des efforts pour aider, mais s’il n’y mettait pas du sien… Je devrais me contenter de finir mon travail et puis voilà. S’il n’était pas content, il n’avait qu’à choisir. Tiens, je vis au loin un petit écureuil qui venait de grimper sur le toit, ayant passé par les arbres du jardin pour y arriver. Ces adorables petites boules de poiles me mirent en horreur ! Le voyant, je sentais la rage me montait, car elle devait sans doute être enrager cette bestiole. Ce qui devrait être drôle car normalement moi, c’était moi qui insuffler la rage à hommes et bêtes. J’avais une de ces envi de la lui donner et la faire dévorer par un lion, un tigre ou bien…

Morphée - Que dirais-tu d'un concours ?


Un concours ? Mon soporifique frère parvint à capter mon intention. Mes yeux devinrent rouge sang sur le point de s’enflammer et un sourire sadique se dessina à nouveau sur mes lèvres. Il voulait jouer ? Quelle bonne idée, j’aimais ça, on pouvait s’amuser comme des fous.

Morphée - Si tu arrives à tuer Danaë avant que le soleil n'atteigne son zénith, tu auras accompli ta mission et je ne tenterai aucune représailles. Mais si je parviens à la protéger, tu devras abandonner cette mission que t'a confiée Zeus.


Il m’expliqua tout cela, me tournant le dos, regardant la cité de l’amour. Je ne savais ce qu’il regardait précisément, mais son idée me plaisait beaucoup. Le temps du jeu, deux heures. C’était faisable. Beaucoup de mes victimes succombèrent bien plus vite et moururent en même pas une heure. Bien que j’y pensais que Zeus voulait juste que Danaë soit folle et non morte, ce petit plus serait toujours bon à prendre. Mais c’était comme mon petit ou grand frère voulait. Le dieu papillon se retourna face à moi pour m’annoncer les règles. Minces alors ! Des règles, c’est ce qui pouvaient gâcher le plaisir d’un jeu. Mais bon, s’il le fallait.

Morphée - Pour arriver à ton but, tu ne pourras envoûter directement Danaë, ce serait bien trop simple. Alors, use de tes pouvoirs sur qui te le souhaites tant que Danaë n'est pas directement touchée. Si tu perds, tu devras guérir tout ceux que tu auras frappé de folie.

Cela revenait à ce que j’avais dit il y a cinq minutes, envouté quelqu’un d’autre pour la nuire. Morphée ne semblait trop savoir ce qu’il voulait, je me demandais même s’il ne serait pas cinglé des fois. Mais j’aimais quand il y avait des règles, cela rendait le jeu plus amusant avec du challenge ! Parfois cela pouvait pousser à devenir fou de rage et tout détruire. Hahaha ! J’allais m’amuser ! Déjà, j’avais mille idées de comment procéder. Le monde regorgeait de personnes et d’objets mortel qui me serviraient pleinement. Tant de choses possibles, si seulement je pouvais toutes les utilises en même temps. Non mieux ! Une idée sordide me vint ! La meilleure de toute et qui respecterait pleinement les règles de Morphée.

Morphée - Alors, tu relèves le défi ?

Je me mis à sautiller dans tous les sens excités à l’idée de jouer, comme une vraie gamine. J’étais toute fofolle d’y jouer à son concours, dont j’étais persuader de gagner. Je gagnais toujours, personne n’échappait à mon courroux, ni à celles de mes sœurs Erinyes et Némésis. Pourquoi je parlais d’elle au fait ? Je ne sais plus, au et puis zut !

Lyssa – Oh oui je le relève mon frère ! J’aimes jouer et je veux commencer ! Aller top chronos !

D’un petit pas de danse, je sortis rapidement ma dague divine et me mis à frapper violemment mon frère en plein cœur avec. Non, faut pas avoir peur. Mon arme agissait un peu comme celui d’Arès, le dieu de l’amour… Ou Eros… Celui qui est pas mal du tout quoi. Bon, une fois frapper par mon arme non mortelle, ma cible était marquée par moi et donc, plus sensible à mes pouvoirs. Je regardais mon frère, plongeant mes yeux de flammes dans les siens. Il avait bien dit de ne pas frapper la princesse, mais n’importe qui d’autre… Et bien voilà. Je retirant mon arme, je commençais à insuffler la folie en lui, une folie baser sur la colère et la vengeance. Me positionnant à côté de lui, je me mis à lui souffler dans l’oreille pour lui parler avec une voix effrayante comme si elle sortait des ténèbres.

Lyssa – Pourquoi fais-tu tout cela Morphée ? Elle ne t’aime pas ! Elle se refuse à Zeus, mais un jour ou l’autre… Ils finiront dans le même lit. C’est toujours la même histoire. Ne te laisse pas humilier et venges toi sur cette mortelle qui se moque de toi !

Pour accentuer mes dires, je fis apparaitre devant lui une illusion. De ma main, je lui montrais la belle Danaë se jetant dans les bras de Zeus, qui tous deux s’échangèrent un long baiser langoureux et à se donner à leur passion. Je fis rapidement disparaitre la vision et m’écartais de mon frère. Avec ça, il avait de quoi perdre la tête et vouloir empêcher Danaë de se donner au roi des dieux en la tuant. Normalement, ceci suffisait à les pousser à l’acte, je n’avais plus qu’à attendre, dans dix minutes ce serait fini.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Ven 11 Nov 2016 - 17:41


Je toisais ma sœur, une lumière malicieuse dans le regard. J'adorais les défis, elle aussi, le match s'annonçait excitant. Elle sautillait sur place et je jubilais intérieurement à l'idée d'avoir suscité son intérêt. Si elle jouait dans les règles, je devrais être capable de protéger la jeune Danaë. Lyssa échouerait dans sa mission, Zeus serait fou de rage mais qu'importe, il oublierait, comme tout le monde, comme il le fait à chaque fois. Et s'il devait trouver une responsable, ce serait bel et bien la déesse de la folie qu'il accuserait, et je sortirais de cette affaire fier et victorieux. Mon interlocutrice accepta avec empressement ce défi que je lui lançais, s'empressa même de demander à commencer. Et bien soit ! Que la partie commence.

Comme je regrette ces pensées...

La situation m'échappa rapidement, bien trop rapidement et d'une manière que je n'aurais soupçonnée. L'excitation de Lyssa, la dague, le coup, la douleur fulgurante qui frappa ma poitrine. Les circonstances m'empêchaient de réfléchir. Comment avait-t-elle pu ? Elle ne respectait pas notre marché. Elle...

Une pensée sordide d'une lucidité surprenante balaya la déroute de mon esprit. Elle n'avait pas frappé la princesse. Elle sortirait vainqueur de cet affrontement et je serais bientôt l'instrument qui causerait la perte de celle que je devais protéger. Mes prunelles, désormais uniformément noires, attachèrent celles de Lyssa alors que mes traits se déformaient sous l'effet de la colère.

- Tu n'as pas osé... sifflais-je entre mes dents, mâchoire et poings serrés

Mais si. Elle l'avait fait. Et ses prunelles pourpres brillaient d'un éclat de suffisance qui m'était absolument insupportable. La lame fut délogée de ma poitrine, m'arrachant un hoquet de douleur. Mon regard haineux ne quittait pas celui de Lyssa, comme si ce simple contact visuel suffirait à la dissuader de commettre cette incantation sordide. Une main gelée et invisible enserra bientôt mon cœur, une sensation de froid intense se déversa dans mes veines, et je sus ce quil allait se produire. La puissance de Lyssa dévasta mon esprit, mes idées propres semblaient incapables de prendre la place qui leur était dues, expulsées par des démons bien moins rationnels.

Se concentrer.
Résister.
Autant que possible.

Je fermai les yeux. Me concentrer. Et cette colère qui m'étreignait la gorge... Rappelle-toi Morphée. Empêche Lyssa d'agir. Pour protéger Danaë. Danaë... cette traîtresse ! L'infâme qui profitait de mon affection. Elle devait payer...
Non. Se concentrer. Rester lucide... Un vrombissement continua d'anéantir le peu de bon sens qu'il me restait. C'était une explosion dévastatrice, une lame acérée qui transperçait toutes mes défenses. Et je sombrais lentement dans les limbes de la colère aveugle, me laissais bercer par les ténèbres.

- Pourquoi fais-tu tout cela Morphée ? Elle ne t'aime pas ! Elle se refuse à Zeus, mais un jour où l'autre... Ils finiront dans le même lit, c'est toujours la même histoire.

Je me noyais. Étais irrémédiablement attiré vers le fond malgré mes efforts pour garder la tête hors de l'eau. Pourquoi se soucier du sort de Danaë ? Pourquoi souffrir pour elle ? Pourquoi défendre cette perfide. Elle mérite son sort ! Elle devrait payer. Pour s'être servie de moi. Pour avoir attirer les faveurs de Zeus. Zeus ! Elle sait. Bien sûr qu'elle sait ! Elle connait mon rejet pour cet être ignoble. Elle l'a fait exprès. Elle veut m'écraser. Me détruire. Elle mériterait... Elle...

- Ne te laisse pas humilier et venges toi sur cette mortelle qui se moque de toi !

J'ouvris les yeux. J'étais méconnaissable. Mes yeux reflétaient le conflit qui faisait rage en mon être. Lyssa. Corinthe. Plus rien de tout cela n'existait. La colère et la vengeance. Ne restait plus que cela. Et cette illusion, une vision d'horreur, une dernière fourberie de ma sœur pour détruire définitivement cette mince lueur qui m'empêchait péniblement de succomber.
Tout éclata dans ma tête. Un dernier élan de lucidité. Le dernier rempart contre le pouvoir de Lyssa. Je me tenais arqué, la mâchoire toujours serrée. Qu'il est difficile de lutter avec pour seule arme sa conscience, essayer de repousser un mal touchant un outil des plus précieux : l'esprit.

- Arrête... ça...

Était-ce ma voix qui résonnait ? Tout cela me semblait bien lointain. L'illusion dansait toujours devant mes yeux, elle me narguait sans répit et attendait patiemment que je cède.

Puis tout redevint calme. La vengeance sonnait comme une évidence, la haine comme un outil à exploiter. Cela paraissait si simple, il suffisait de se laisser porter par les flots de la folie... Mes idées noires m'aveuglaient mais je les acceptais avec un plaisir malsain.
Danaë allait payer.

- Danaë m'a trahi...

Je m'approchai du bord du bâtiment, contemplant la cité à mes pieds. J'allais la tuer. Lui arracher le cœur. Mais avant cela, je comptais me charger de la cité qui lui tenait tant à cœur... Un sourire inquiétant se dessina sur mon visage. Un immense terrain de jeu rien que pour moi. Quelle aubaine ! Ma tête s'inclina légèrement sur le côté. Mille idées de carnages me traversèrent l'esprit. Je posai mon dévolu sur le temple en l'honneur d'Aphrodite. C'était entièrement sa faute ce qu'il m'arrivait. L'affection que je portais pour cette humaine devait être son œuvre. Mais ne t'inquiète pas cher Amour, je ne compte pas rester sous ton emprise bien longtemps. Je te montrerai l'étendue de mon pouvoir et la brutalité de ma vengeance.
Je fis un pas dans le vide, tombai durant plusieurs mètres avant d'amortir ma chute d'un battement d'ailes. Je me dirigeais d'un pas résolu vers le temple alors qu'une lame d'argent se matérialisait dans ma main gauche. Mes ailes disparurent dans mon dos mais mon aura destructrice ne cessait de croître. Les mortels croisant ma route se pétrifiaient sur mon passage, m'observaient avec crainte. « Mais oui, craignez-moi, observez avec quelle facilité je détruis votre belle cité...»

- ... et c'est entièrement de sa faute.

La princesse se mordrait les doigts, me supplierait à genoux d'arrêter. Et je regarderais sa ville brûler en riant alors que je broierait son âme.
Je parvins au temple d'Aphrodite armé de mon glaive et d'une frénésie destructrice. Les gardes qui tentèrent de m'arrêter furent éliminés, les fidèles me suppliant d'arrêter le regrettèrent amèrement. Quant aux prêtresse de cette chère Aphrodite, je doute que leurs prières les ramènent d'où je les avais à jamais envoyé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Dim 13 Nov 2016 - 14:24

Les effets ne se firent pas tarder. Le petit Morphée se tordait de douleurs, tentant de résister à mon mauvais sort. Haha ! C’était amusant de le voir comme ça, on aurait dit qu’il était malade, voir un problème gastrique. Mais pourquoi résister ? Ce serait tellement simple de céder, de se laisser faire et tout sera fini en un rien de temps. Je le voyais déjà perdre la tête et se jeter comme une harpie sur la pauvre Danaë pour la mettre en pièce et jouer à la corde à sauter avec ses intestins.  Ou qui sait, je préférais le laisser libre à ses futures pulsions meurtrières pour se montrer créatif.

Morphée - Arrête... ça...

Grogna-t-il entre ces dents. Il me suppliait, mais moi je lui fis non du doigt. Pourquoi tout arrêter alors qu’on venez tout juste de commencer ? Allons, qu’il profite de l’illusion. D’ailleurs, une fois cette dernière terminée, Morphée stoppa également de se plier de douleur et se redressa. Un grand sourire se dessina sur mon visage. Je le voyais dans ses yeux, j’avais réussi. Son esprit fut contaminé par la folie, la rage l’avait pris et ses yeux crièrent vengeance contre la princesse. J’étais contente de moi. Ce sera une de mes plus belles œuvres, un dieu devenu fou massacrant sa bien-aimée. J’avais une envie de danser comme avec les ménades. Maintenant, il était l’heure de se débarrasser de la mortelle.

Morphée - Danaë m'a trahi...
Lyssa – Oui ! L’impudente ! Venges-toi comme un Dieu en colère !

Alors que je m’attendais à le voir se jeter sur la mortelle, il fit demi-tour et se laissa tomber du haut des murs et atterrit avec classe, grâce à ses ailes dans les rues de la cité. Mais que faisait-il donc ? Le Palais était de l’autre côté ? Au début, j’étais un peu intrigué par la tournure des événements, mais j’étais curieuse de savoir ce qu’il se passait dans son esprit tordu. Alors je le suivis en passant par les toits. Ses ailes disparurent, mais une épée d’argent apparue dans sa main. Il allait commettre un carnage, c’était certain, mais sur qui ? C’est alors que je le vis entrer dans le temple de cette flemmarde d’Aphrodite. Et là, il massacra toutes personnes présentes. Hommes, femmes, prêtres et prêtresse avec un sourire malsain. Je comprenais alors. Il voulait se venger de Danaë en détruisant sa cité chérie, et Aphrodite, étant la déesse de l’amour, il la retenait responsable de ses sentiments. Quelle merveilleuse idée haha ! Oh oui ! Tout détruire ! Tout tuer ! Cela peut pousser Danaë à devenir folle, avoir peur et peut-être commettre l’inévitable.

Je restais là, à regarder mon frère commettre tout le saccage. C’était amusant de voir le chaos créer. Bon, Aphrodite ne devrait aimer, et elle pourrait vouloir se venger, mais bon, je suis sous l’ordre de Zeus et c’est Morphée qui détruit tout. Moi je voulais juste qu’il tue de suite la princesse, rien de plus… La princesse ? Oh mais oui ! J’avais oublié, l’heure tourne et la solution de Morphée risquait de prendre du temps. Je le laissais donc seul, à poursuivre son jeu pour me concentrer sur autre chose. Morphée étant occupé au temple, je pourrais agir sur autre chose pour le pousser à attaquer la princesse tranquillement. Mais quoi ? Quelque chose de pratique, d’effrayant… Mes yeux s’arrêtèrent sur ce que je cherchais justement. Sur l’une des plus grandes places de marché de la cité, non loin du Palais justement, une sorte de cirques avec des saltimbanques et animaux sauvages en cages attendaient la prochaine représentation. Les animaux étaient en cage, pas les artistes… Pas tous.

Lyssa - Parfait ! M’écriais-je.

Je m’approchais de ces bêtes qui se reposaient. Elles seront toutes pratiques. En quelques secondes, je frappais chacune d’elles avec mes dagues dans une danse non-cohérente comme je les aimais. Déjà, ces petits commencèrent à s’énerver. Puis, je leur soufflai à tous ces paroles qui exciteront leur colère :

Lyssa – Vous êtes en cage injustement ! C’est Danaë la coupable ! Maudite princesse ! Tuez là et vous serrez libre !

Les animaux se montrèrent menaçants et attaquèrent leurs cages. De part bonté d’âme, sous invisibilité, je le leur ouvrit. Les bêtes bondirent alors hors de leur prison et causèrent une frayeur générale dans le peuple. Tout le monde courrait dans tous les sens, cherchant à se cacher des bêtes enfin libres ! Trop amusant. Je bondis sur le plus gros d’entre eux, un mammifère gigantesque, de couleur gris avec des défenses et une trompe. Un orphelin d’Afrique… Ou Éléphant, je ne sais plus. Enfin bref, je me servis de lui comme monture et je guidais toute cette troupe de sauvages vers le Palais. Je me mettais à rire et à crier de joie ! Tout ceci fut si jouissif. Avec une telle bête, personne ne pourrait m’arrêter et Danaë sera dévorer par les lions et écraser par l’orphelin gris !

Lyssa – Youhou ! Hahahaha ! Massacrons-les !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 53
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Jeu 24 Nov 2016 - 16:27

S'il y a bien une chose qu'aphrodite aime, c'est les surprises que peuvent lui faire ses amants. ce jour là, Arès avait été inventif et lui avait prouvé son amour d'une façon qu'elle n'avait jamais espéré, même en étant déesse amoureuse.
Mais tandis qu'elle offrait son corps à son amant et que ses formes voluptueuses se couvraient des baisers de l'homme, la porte s'ouvrit. Arès s'éloigna alors précipitamment, se couvrant des draps soyeux.
La déesse se leva, encore nue, les yeux brillants se colère.

"Comment ose-tu me déranger ?" Cria-t-elle au satyre, gêné, intimidé de la voir en cette tenue.

Ce dernier s'excusa milles fois mais prétexta une urgence.
Quand aphrodite entendis de quoi il s'agissait, elle tomba des nues. après tout ce qu'il avait pu lui faire ? Il détruisait son temple ? Mais quelle mouche l'a piqué ? Morphée allait le regretter. mais pour le moment, il fallait que la blonde arrête cette mascarade.

"Toi ! Prépare mon char ! Ils vont voir à qui ils se sont frotté." ordonna la déesse, en colère.


Elle quitta sa chambre, prenant à peine le temps de se rhabiller. Arès voulu la suivre mais elle lui demanda de rester à surveiller de là-haut, au cas où elle aurait un problème.
Amour finis d'attacher sa robe en montant sur son char qui démarra rapidement, l'amenant directement devant le temple de Corinthe qui tombait déjà en ruine.
Un pincement au cœur la surpris en voyant ce qu'elle possédait et ce qu'elle chérissait se désagréger aussi rapidement.

Elle aperçut rapidement la raison de cette catastrophe : Morphée se déchaînait sur une maison alentour : une famille en sortie, paniquée. aphrodite couru vers eux et pris la petite fille des bras de sa mère afin de les aider à se réfugier au plus loin. puis elle courut pour arrêter le dieu.
La belle savait que la force ne serait pas son avantage mais la persuasion, si.

Aphrodite cria : « Morphée ! »

Elle fit en sorte qu'il la voit. Alors elle se mit en colère.

« Que fais-tu ? Pour quelle raison détruis-tu ce temple ? Et ces foyers ? Tu brises des familles. Mais pourquoi ? Si c'est pour quelque chose en particulier, tu aurais pu me le dire directement. Je ne laisserais pas passer cet affront ! »


Elle soutint son regard emplit de folie et elle compris. Mais elle n'en démordra pas : Morphée doit payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Ven 25 Nov 2016 - 20:18

On ne peut imaginer les bienfaits de la folie avant de les avoir expérimentés. Elle peut faire peur à première vue, n'inspire pas confiance du à cet état second dans lequel votre esprit comme votre corps est plongé. Mais là réside le véritable avantage de la folie : cette ignorance des conséquences, cette destruction des limites et ce silence du raisonnable. Non, la folie était une bénédiction qui nous ouvrait véritablement les yeux sur le monde et ses imperfections, elle nous murmurait à l'oreille des mots doux qui chassent, le temps d'une étreinte, toute forme de raison qui nous habite. Plus de douleur, psychologique ou physique. Ne restait que l'évidence, la triste et attirante vérité qui nous permettait de formuler ce constat : je suis le seul sain d'esprit capable de voir clair dans ce monde où la folie est devenue normalité.

- Morphée !

Ce nom m'était familier, il me rappelait de douloureux souvenirs. Je connaissais un Morphée, je crois que c'était moi, à un moment, avant de voir clair. Qu'est-il advenu de lui désormais ?
Je me retournai pour faire face à la déesse de l'Amour. La pauvre, elle voulait défendre sa chère cité ? Comment lui expliquer que c'était trop tard, que son temple était détruit, ses protégés massacrés, ses espoirs et sa fierté réduits en poussière ? Alors comme ça, tu voulais m'anéantir en me poussant à aimer cette humaine ? Tu ne me défieras plus, tu retiendras la leçon. C'est à peine si j'écoutais ses lamentations, mes yeux brillaient d'un éclat vengeur qui m'aveuglait. Je me ruai vers elle, un léger sourire aux lèvres, et la saisit à la gorge. Cela paraissait si simple, déjà elle suffoquait. Toujours envieuse de défier Morphée, chère Aphrodite ?

Tout s'effondra en un instant.

De nouveau, mon esprit se changea en champs de bataille. Les légions de ma conscience avaient recomposé leurs rangs et sonnaient la charge contre les ténèbres. Une tentative désespérée mais qui contra le pouvoir de Lyssa l'espace d'un instant, laissant place à un terrible doute. Les brumes de la folie s'évaporèrent, battirent en retraite et cédèrent à nouveau la place à la lucidité. Cela ne durerait pas, je devais mon salut uniquement à ma condition de dieu, j'en étais conscient.
Je lâchai prise, le monde tournait autour de moi, je sentais mes membres trembler et mes forces m'abandonner. La douleur revint au pas de charge et je fus incapable de tenir debout, de penser ou d'agir. Je parvins à lever la tête vers Aphrodite. C'est moi qui avait fait ça ? Tout ça ? Ce carnage... Et Danaë ? L'avais-je... ?

- Aphrodite...

Cette voix m'appartenait-elle ? Je ne parvenais à m'en convaincre. Elle était rauque, suppliante, je sentais à nouveau des griffes froides s'insinuer dans mon esprit. Je me relevai, lentement, jamais je ne m'étais senti si vulnérable, privé de mon arme de prédilection : ma perspicacité. Je m'avançai vers la déesse, mes yeux ne reflètaient plus que l'horreur qui m'habitait.

- Protège Danaë, pitié...

Le temps m'était compté, je ne possédais qu'un nombre limité d'actions avant de devenir à nouveau ce pantin entre les mains de Lyssa. Je m'accrochais désespérément à ma lucidité,  sachant pertinemment que déjà, la folie regagnait le terrain perdu précédemment. Parmi ce chaos intérieur, je parvins à discerner les hurlements qui montaient de l'artère principale de Corinthe : je n'étais pas seul responsable des ravages causés à la cité. Mes ailes réapparurent dans mon dos et je m'élevai dans les airs. Je semblais incapable de voler droit, mes défenses psychiques tombaient les unes après les autres et les maintenir demandaient toute ma volonté. Plus bas, les animaux se ruaient vers le palais, Lyssa à leur tête. Je fis la chose la plus logique à mes yeux, un acte si simple qu'il en devenait ridicule. Je me concentrai sur mon action, laissant le champs libre à la phrénésie destructrice de la folie. Je voulus agir, on m'en empêchait. Voulais-je vraiment que Danaë échappe à ce sort funeste qui l'attendait ? Elle n'avait que ce qu'elle mérite après tout.

Je lançai mon sort avant de céder définitivement au pouvoir de ma demi-sœur. Les ténèbres m'ont longuement étreint, propagèrent leur évidente raison et semblaient me murmurer à l'oreille « Nous t'avons perdu quelques instants mais ne crains rien, nous sommes là, et nous te lâcherons plus désormais ».

Dans les rues de la cité, les animaux s'effondraient les uns après les autres, terrassés par une fatigue soudaine et irreprecible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Sam 26 Nov 2016 - 15:25

Je rigolais comme une vraie folle sur mon éléphant. Les bêtes du cirque s’attaquaient avec sauvagerie aux gardes de l’enceinte du Palais. Faces aux lions, c’étaient limite pour eux, mais avec l’éléphant, ils n’avaient aucune chance. Le gros pachyderme écrasait comme un titan, ces vulgaires rampants, ne laissant que de la bouillit derrière lui. Il se prenait une volée de flèches, mais sa rage lui permit d’ignorer la douleur et de suivre mes instructions, détruire le palais. Pour le prêter un petit coup de main à mes nouveaux amis, j’insufflais la démence également à certains gardes qui s’entre-tuèrent. Un si beau spectacle de folie meurtrière. Soudain, l’éléphant s’écroula au sol violemment. Un arrêt brutal qui me fit décoller de ma place et m’envoya dans les airs. Je me mis à hurler. Mais, n’étant pas une idiote de mortelle, j’atterrissais comme un félin au sol, évitant de créer un cratère. Mais qu’est-ce qui se passait ?

Folle de rage, encore, je me redressais d’un bon et me mis à regarder les alentours. Tous les animaux qui attaquaient les gardes se mirent à se coucher et s’endormir, sous l’étonnement général de la populace. Mon sang se mit à bouillir et mes yeux s’enflammèrent de plus belles pour devenir deux brasiers de haines. Je me retournais pour regarder le ciel et vit mon soporifique frère Morphée. Il venait de tout gâcher ! Mais mince alors ! J’avais oublié que sa condition de dieu le rendait moins sensible à mes attaques, il a dû retrouver ses esprits un moment, pas pour longtemps. À son encontre, je lui criai :

Lyssa – Morphée ! Tu n’es pas drôle !

Et pour aller mieux, la fin de notre jeu n’allait pas tarder à arriver. Il me rester encore assez de temps pour me débarrasser de la princesse. Et j’y arriverais, même si je devais retourner toute la ville contre cette mortelle. Corinthe sera remplie de flamme et de sang. Pour sauver la belle, la cité disparaitra avec ses habitants et tout cela, à cause de Morphée. Une idée bien amusante me vint à l’esprit, qui me permettra de piéger le dieu papillon. Les flammes de mes yeux s’éteignirent, les laissant rouge sang.

Lyssa – Venges toi de la princesse ! Elle doit sans doute déjà être dans les bras de Zeus en ce moment à faire… Tu sais quoi. Haha !

D’un bon, je me faufilai dans le Palais. J’avais conçu un plan digne d’Eris même. Un tel chaos, une vraie folie. Ce sera tellement le bazar que Morphée, bien réfléchi, ne pourra trouver une solution pour sauver sa belle sans se compromettre. Et tout cela dans les temps. Arrivant dans les couloirs du Palais, je voyais les gardes s’agitaient pour courir vers l’extérieur afin de savoir ce qu’il se passait et assurer la sécurité de la famille royale. Alors que les serviteurs, et la famille royale justement, se cachaient au fond de leur demeure. J’entendis un garde fermant une lourde porte prononçais :

Garde – Les princesses doivent rester en sécurité à l’intérieur, le temps que l’on sache ce qu’il se passe.

Un sourire sadique se dessina sur les lèvres. J’avais trouvé ce qu’il me fallait justement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 53
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Lun 19 Déc 2016 - 20:00

Morphée semblait complètement désorienté, comme mené par une force qui ne le concernait en rien. Mais la déesse de la Beauté paniqua réellement lorsque ce dernier lui fonça dessus et l'attrapa à la gorge.

Elle se sentit suffoquer et elle ferma les yeux, ses pieds quittaient presque le sol. Quand elle rouvrit les yeux, son regard croisa celui du Dieu Rêveur. Aphrodite n'y aperçut plus la folie entêtante mais une étincelle de quasi-lucidité. Lorsqu'il la lâcha, elle se rattrapa sur le mur derrière elle. Elle ne savait plus quoi penser, Morphée semblait perdu et désespéré ; Ses yeux semblaient effarés et, lorsqu'il se tourna vers la Blonde, cette dernière frissonna et quand il l'appela, elle trembla franchement.

-Protège Danaë, pitié...

Le cœur de la déesse se mit à battre plus fort, emballé par une panique inconnue. Elle se demanda ce qu'il pourrait arriver à Danaë. Mais le combat intérieur que semblait mener Morphée eu raison d'elle et elle courut jusqu'au palais, tentant d'arriver avant les animaux qu'elle voyait, horrifiée.

Aphrodite passa devant les gardes en essayant de ne pas se faire voir. Elle se retourna une dernière fois vers la rue et vit les animaux sombrer dans ce qu'elle comprit être un sommeil profond, engendré par le peu de lucidité de Morphée qu'elle avait lu dans ses yeux.

Elle se précipita alors dans la salle du trône et fit appeler la famille royale. Ils avaient l'air paniqués. La Blonde leur somma alors de se barricader là où ils le pourraient. Elle prit ensuite Danaë par le bras et l'emmena avec elle. Cette dernière se débattit, demandant pourquoi elle était séparée de sa famille. Aphrodite la tira alors, lui apprenant seulement qu'elle était en danger et qu'elle devait se cacher. La princesse hésitait mais elle finit par suivre la déesse.

A l'intersection entre plusieurs couloirs, Aphrodite s’arrêta, ne sachant pas comment protéger Danaë et où l'emmener. Mais à ce moment là, deux gardes les approchèrent.

« Que faites-vous ? Leur cria-t-elle. Allez protéger l'entrée du plalais ! Il est en danger »

Mais elle fut étonnée par leur réaction et elle partit en courant, Danaë sur les talons

_________________

I'm love, I'm pleasure
Il y a quelque chose de plus grand que l'homme dans l'amour physique, dans la volupté, dès qu'on y met un peu de son âme. (⚡️) Roger Fournier / A nous deux .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Lun 26 Déc 2016 - 17:32

Les dernières effluves de lucidité furent rapidement décimées par la douce folie qui avait reprit sa place dans mon esprit, trop heureuse d'avoir reconquis la place qui lui était due. Comme Lyssa devait être fière de son coup ! Mais n'était-ce pas elle qui m’interpellait d'en bas ? Elle avait l'air si désemparée par la subite fatigue de son armée animale. Cette vision m'arracha un rire insensé, ce genre de rire qui arracha un frisson à chaque personne, divine ou mortelle, capable de l'entendre. Comme la folie est douce et attrayante, comment ai-je pu vivre sans elle si longtemps ? Pourquoi ai-je vécu une éternité dans l'ennui de la lucidité alors que son contraire ne semblait posséder que des avantages ? Et les conséquences ? Mais quelle conséquences ? Maudits soit la logique et ses tourments, gloire à la spontanéité de cet exquis délire.

Pourtant, un brusque changement s'opéra dans mes convictions lorsque ma sœur mentionna Danaë, cette vile traîtresse qui avait osé me préférer Zeus. Mon visage se mua en une expression de rage bestiale, bientôt suivie d'un cri furieux reflétant à lui seul la colère noire qui brûlait en mon être. En un rien de temps, mes ailes m'avaient porté au pied du palais, où corps humains et animaux se mélangeaient pour former une toile macabre qui ne calma en rien mes pulsions meurtrières. Je parcourus rapidement les couloirs et les quelques pièces vides se trouvant à ma portée, réduisant toute résistante à néant. Un garde imprudent eu le malheur de hurler des ordres concernant la famille royale, ce qui eut pour effet de fendre mon visage d'un macabre sourire. J'avançai vers la porte qu'une demi-douzaine de gardes s'empressaient de refermer, mais ils abandonnèrent bien vite leur tâche lorsqu'ils me virent apparaître au bout du couloir. Lyssa ne se trouvait pas loin mais ma vengeance m'empêchait d'y faire attention. Un faible gloussement s'échappa de mes lèvres en voyant ces pauvres mortels prêts à donner leur vie pour sauver celle de quelque tyran. Qu'espèrent-ils seulement ? Que quelques combattants m'empêcheraient d'entrer ? Les humains ne changeraient-ils donc jamais ? À nouveau, une lame sombre se matérialisa dans ma main, lame qui fendit bientôt l'air et la chair. Les portes cédèrent rapidement, engendrant une ribambelle de cris provenant de l'intérieur de la pièce. Ses résidents - la famille royale et, quelle surprise, encore des gardes - semblaient terrorisés par ma présence. Le pouvoir ressemblait donc à cela ? C'était absolument délectable.
Les soldats furent mis hors d'état de nuire et je m'approchai rapidement de l'une des princesse, malgré la réticence du roi corinthien. La saisissant à la gorge, je m'assurai de ma prise avant de lui demander avec hargne :

- Où est-elle ? Où est Danaë ?

Ma victime ne semblait guère en état de discuter, la panique ou, plus probablement, mon étreinte, l'empêchaient de formuler la moindre réponse. Fou de rage, je propulsai la jeune femme vers le mur le plus proche où elle s'effondra, inerte. Je quittai la pièce sans m'enquérir de son état, simplement envieux de réserver un sort semblable à sa traîtresse de sœur. Je parcourus quelques instants les couloirs du palais, déserté de la plupart de ses occupants, trop soucieux de protéger l'entrée d'une quelconque menace. Savaient-ils seulement que leur pire cauchemar se trouvait déjà à l'intérieur de ces murs ? Des bruits de pas précipités attirèrent bientôt mon attention. Mais qu'était-ce donc ? Le signe de la fuite de deux pécheresses ?

Je barrai la route à Aphrodite et Danaë alors qu'elles espéraient se mettre à l'abri. Mais peut-on seulement se mettre à l'abri d'un dieu ? Espérer lui échapper et ainsi, fuir son Destin ? Ce n'était généralement pas aussi facile... Mon sourire funeste s'élargit en voyant le visage de Danaë se décomposer sous l'effet de la terreur, de l'incompréhension et de cette étrange lucidité qui précède la mort. Rien ne empêchait d'agir, absolument rien, si ce n'était cette force venant d'une autre personnalité, un résidu de bon sens qui me tétanisait. Mon esprit tout entier me hurlait de me venger de la princesse mais mon corps semblait incapable d'obéir. Alors je restais là, confus, incapable de prendre une décision qui puisse convenir aux deux partis qui se disputaient en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mar 27 Déc 2016 - 13:16

Où en étions-nous ? À oui le massacre. J’entendais les cris de terreur résonnait dans tout le Palais et les armes qui s’entre choquaient plus loin. Mon frère était en général un dieu passif, bien ennuyeux passant son temps à dormir et faire dormir… Mais là, il démontra son côté destructeur, son goût pour le meurtre. Jamais de ma vie, je n’avais commis un si grand carnage ! Une cité complétement folle ! Complétement démente ! Complètement enragé ! Complétement… Je me répète non ? Mince, le feu consumant mon esprit m'a un peu égaré, je devais faire quoi déjà ? Poulet, marché, robe pas chère, fromage vert… Oui Danaé ! Le temps m’était compté pour gagner le jeu, et je venais d’avoir à nouveau une super idée pour que cette ville soit mise en quarantaine pour cause de folie contagieuse.

Je me retrouvais invisible devant une grande portée fermer et… Je savais ce qui se cachait derrière. Dès que les animaux enrager on attaquer le Palais, la famille royale fut mise en sécurité. Derrière cette porte, ne se trouvait pas le roi avec sa vielle épouse et ses filles et fils. Non ! C’était les cousines de Danaé en visitent. Elles m’aideront à finir le travail. Pour faciliter mon approche, je me changeai, me recouvrant le corps d’un long drap gris et prit l’apparence d’une pauvre vielle servante venant apporter à boire. Je pris une petite amphore de vin et vins l’apporter aux deux cerbères devant la porte. Ces derniers me bloquèrent la porte.

Lyssa – Je viens seulement apporter du vin pour les nièces de notre bon roi. De quoi les apaiser durant cette période de folie.


Personne ne se méfie assez des vielles. Cela marchait à chaque fois. Ma pauvre voix tremblante et mes mains décharnaient tenant le petit contenant les prirent en pitié et me laissèrent entrer, ne voyant mon beau grand sourire et mes yeux de flammes, une fois les portes franchit. Les cinq princesses qui attendaient à l’intérieur quittèrent leur klinê disposait autour d’une table basse regorgeant de fruit. Elles se rassemblèrent, inquiète de me voir arriver. D’un grand sourire chaleureux, je leur présentai mon ami Amphore de vin qui leur fera tourner la tête. Je donnais les mêmes explications qu’aux gardes, du vin pour apaiser leur cœur effrayé par tant de violence et de démence. Rassurer, elles s’approchèrent pour déguster ce doux breuvage.

Qui ne se doutait pas que ce breuvage n’était pas du vin normal ? Pour ces capricieuses, je leur accordais un charme que j’avais donné pour un dieu auparavant. Le vin reçu un peu de ma puissance, d’un souffle de flamme, le vin se changea, gardant la même couleur pour piéger mes victimes. Ces princesses deviendront de nouvelles créatures sanguinaires. Elles burent sans faire attention le vin. Une gorgé suffit pour que le maléfice agisse. Elles se sentirent déjà soûle et perdirent tout repère. N’arrivant plus à penser ou réfléchir par elles-mêmes, devenant de l’argile entre mes mains.

Lyssa – Mes pauvres petites, vous ne semblez aller bien.

Princesse 1 – On se sent… étrange…
Lyssa – Vous semblez libre oui.
Princesse 2 – Oui… Légère et puissante…
Lyssa – Et si votre cousine Danaé en profitait ?
Princesse 3 – Non ! Pas elle.
Lyssa – Pourquoi donc mes chéries ?
Princesse 4 – Elle est… Elle est déjà trop bénite des dieux…
Lyssa- Vous avez raison. Vous êtes tout aussi belle et divine que cette souillonne de Danaé. Pourquoi ne pas recevoir ses dons si injustement acquis ?
Princesse 5 – Oh oui ! Nous le désirons… Mais comment ?
Lyssa – Mais ces simples mes trésors… Trouvez Danaé, arrachez-lui le cœur et faites-vous un festin avec et ses entrailles en plus.

Les cinq princesses poussèrent des cris monstrueux et se jetèrent dans le couloir pour retrouver leur bien-aimée cousine. Au passage, elles mirent en pièces les deux gardes, les égorgeant et démembrant avant de voler leurs armes et s’enfuir. J’étais fière de moi, j’avais créé de nouvelles Ménades. Elles se mirent même à rire de façon malveillante à donner la chair de poule et à danser au milieu des cadavres pour retrouver Danaé. Je me mis même à faire de même, je dansais, dansais à en rire comme une vraie démente. La princesse était seul face à un dieu tueur et un palais de fou. Dansons encore ! Sautons par-là ! Oh et allons de ce côté ! Vite, le temps passe ! Nous courrions et dansons à travers l’immense édifice jusqu’à retrouver la cible dans des tunnels sous le Palais. Mais que vois-je ? Morphée était là, je lui fis un coucou de la main. Mais ?! Que fait Aphrodite ici ? Elle n’avait aucune raison de venir nous déranger ! À oui, son temple. Ça a dû l’alerter.

Lyssa – Quelle incroyable réunion de famille ! Les dieux se retrouvant, et les princesses qui vont nous présenter un spectacle, digne d’une tragédie grecque des plus comique !

Mes petites sauvages regardèrent avec des yeux remplis de folie, les dents pointues mise en évidence, armé d’épées et de couteaux pour découper la princesse en petit morceau.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 53
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Ven 6 Jan 2017 - 22:38

Danaë suivait la belle déesse docilement mais au croisement de trois couloirs, elles rencontrèrent Morphée. Il semblait encore plus fou qu'il y a dix minutes. Il regardait la princesse intensément et semblait en proie à un dilemme. Au moment où l'Amour allait entraîner Danaë, Lyssa apparut face aux deux femmes.

« Lyssa... Contente de te voir... » Marmonna la belle Blonde.


Mais elle n'était pas seule. Toutes les filles de la famille de la princesse étaient là, telles des enragées.
La princesse commençait à paniquer, elle se rendait compte de l'ampleur de la bataille. Collée contre la déesse, elle tremblait. La dite déesse posa sa main sur la cuisse de la princesse pour lui sommer de se calmer.

« Nous sommes perdues, O Déesse... On ne pourra jamais gagner ! Ils sont trop nombreux et nous sommes plus faibles » paniqua Danaë.

Aphrodite lui intima de se taire et se tourna vers Morphée.

« ô Morphée ! Ne vois-tu donc rien ? Lyssa ici présente te propose une vengeance : elle veut que tu tues Danaë ? Soit ! »

Elle prévint alors le geste menaçant de Morphée et elle continua sa phrase :
« Mais alors pourquoi laisses-tu Lyssa promettre cette vengeance à d'autres personnes ? Les cousines de Danaë, elles aussi ont été ensorcelées et elles vont te piquer ta vengeance. Tu peux réellement laisser cela ? Tu vas réellement te faire voler ta vengeance ? Alors... D'abord assure toi d'être le seul à pouvoir espérer te venger. »

Dès qu'elle en eu l'occasion, Aphrodite prit la princesse sur le bras et elle se mit à courir dans le couloir pour échapper aux poursuivants. Soudain, Danaë s’arrêta et se détacha de sa déesse protectrice. Cette dernière tenta de la tirer mais la princesse pensait mourir tout de suite, par sa faute. Elle se mit en colère contre la déesse. Cette dernière se mit à rire, moqueuse, puis elle s'énerva :

« Petite idiote ! Si j'ai dis cela, c'était pour vous sauver. Si je ne disais rien, que croyez-vous qu'il allait vous arriver ? Tuer d'un seul coup au mieux, dépecée ou je ne sais pas, au pire. Ce que j'ai dis, ce n'était pas pour vous précipiter dans la mort mais c'était aussi pour gagner du temps et pour éliminer quelques ennemis en chemin. Donc je pense que je t'ai sauvé. Non ? »

Elle continua alors sa course dans les couloirs, sans savoir où leurs poursuiveurs étaient.

_________________

I'm love, I'm pleasure
Il y a quelque chose de plus grand que l'homme dans l'amour physique, dans la volupté, dès qu'on y met un peu de son âme. (⚡️) Roger Fournier / A nous deux .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Dim 15 Jan 2017 - 19:17

Danaë était là, juste là, devant moi, à ma merci. Qui pourrait s'interposer entre elle et moi si je me jetais sur elle, la passait au fil de mon épée ? Aphrodite ? Je suis peut-être fou mais pas stupide. Jamais la déesse ne parviendrait à arrêter mon geste à temps, si elle décidait seulement de réagir à cette attaque. Lyssa me regarderait faire en riant et moi, je rirais de plus belle en dépeçant cette traîtresse de princesse. Et pourtant, je me retrouvais paralysé, incapable d'agir selon ma volonté. Du moins, la volonté que Lyssa avait insinué en moi, cette folie qui semblait gagner en puissance et prenait le contrôle de mes membres, tremblant légèrement suite à ce conflit intérieur. Se pouvait-il que ce soit le regard paniqué de la mortelle qui cause tant d'hésitation ? Elle avait l'air si faible, si vulnérable, si... coupable. Je ne lâchai nullement ma proie des yeux lors du discours de l'Amour, qui ne fit que renforcer ma soif de vengeance.
La tuer. Simplement. Rapidement. Non. Surtout pas rapidement. Je voulais être témoin de son agonie.

Ma prise se raffermi sur mon glaive. Je fis un pas. Un second. Mon bras se dressa pour porter le coup, un sourire cruel fendait mon visage. Les mots de la déesse retinrent mon geste alors que sa protégée tentait de se réfugier derrière elle. "Crois-tu vraiment qu'elle te protégera ?". Non, bien sûr que non. Mais comment expliquer cette nouvelle paralysie ? J'avais beau tuer Danaë de mille et unes façons dans mon esprit, j'écoutais inconsciemment le discours de la protectrice de Corinthe. Mon regard se détacha de celui de ma victime pour se poser sur les nouvelles marionnettes de ma sœur. Des concurrentes ? Des adversaires qui convoitaient la même proie que moi ? "Lyssa, tu ne crois tout de même pas que je vais te laisser me voler ma vengeance...". Je vis du coin de l'œil Aphrodite et sa protégée s'éloigner dans le couloir, mais n'y fis guère attention. Je les rattraperais, c'était certain, mais je devais d'abord m'assurer d'être le seul prédateur à leur poursuite. Je m'avançai vers Lyssa et ses créatures, un sourire inquiétant aux lèvres, riant à moitié de cette trahison. Les cousines de la princesse s'effondrèrent, terrassée non pas par quelque coup d'épée mais bien par le sommeil, acte bien plus naturel à mes yeux que leur couper la tête. L'un n'empêche pas l'autre, évidemment. Je fus même tenté de les achever d'un coup de glaive - les personnes endormies n'opposaient généralement pas de résistance -. Pourtant, je n'en fis rien, continuais d'avancer en sautillant vers Lyssa, plutôt fier de mon effet dramatique. La pauvre, c'était la deuxième fois que je contrecarrais ses plans en endormant ses instruments. Haha, dommage !
Quand je ne fus plus qu'à quelques pas de ma sœur, mon sourire s'élargit et je m'arrêtai, faisant jouer mon glaive entre mes doigts.

- Tu n'oserais tout de même pas me voler ma vengeance ! Danaë est à moi, tu entends ? (je lui laissai à peine le temps de répondre, à moins qu'elle ne m'ait répondu ? Quoi qu'il en soit, je n'y fis vraiment pas attention, trop impatient de tuer la mortelle) Bien !

Je tournai les talons et volai à toute vitesse vers le couloir qu'avait emprunté les jeunes femmes quelques secondes plus tôt. Il ne me fallut guère de temps pour les retrouver, la mortelle semblait même avoir un différent avec sa protectrice. Que c'était dramatique ! On se serait presque cru au théâtre ! À moi de jouer le dernier acte. Je me jetai sur Danaë, la pris à la gorge avant de plaquer contre le mur. Elle était là, je le tenais, enfin ! Elle se débattait, me suppliait, implorait Aphrodite de l'aider. Aphrodite ? Au diable la déesse ! Je ne laisserais personne gâcher ce moment, il en était hors de question. La princesse avait des comptes à me rendre, et je tenais absolument à régler cela de mes propres mains.

- Enfin tu vas payer le prix de ta trahison, princesse ! Passe le bonjour à Thanatos de ma part !

La lame se planta dans son épaule, non loin du cœur. Une joie sans nom m'envahit alors que ma victime hurlait de douleur. Je ne pus retenir un rire hystérique en savourant cette vengeance que j'avais si ardemment souhaité.

- Tu ne crois tout de même pas que je vais te tuer tout de suite, ce ne serait pas drôle ! Non, il faut du spectacle, que cela dure, que ton châtiment soit à la hauteur de ton infidélité !

Je hurlai ces dernières paroles, elle semblait terrorisée. Quelle scène ! Je levai à nouveau mon arme pour l'abattre une seconde fois mais, quoi ? La mortelle semblait vouloir se justifier. Lui laisserais-je ce luxe ? À moins qu'elle ne veuille me supplier. Oui, là, ce serait parfait !

- J'ignore ce que j'ai fait pour vous offenser, puissant Morphée. Mais si cela peut sauver ma cité et apaiser votre âme, alors j'accepte mon sort sans me débattre.

La lame ne trancha pas la chair de la mortelle, mon geste fut suspendu par un conflit intérieur que je connaissais que trop bien. Quoi ? Accepter son sort ? Il n'en était absolument pas question ! À quoi bon se venger si elle ne souffrait pas ? Pourquoi la transformer en charpie si son âme s'en allait rejoindre l'Hadès, se trouvait en paix ? Fou de rage, je la jetai à terre, réfléchissant aux alternatives possibles.

- Non, tu ne peux pas accepter ton sort, je refuse ! (Une lumineuse idée me vint à l'esprit et je me tournai vers ma sœur). Lyssa ! Use de tes pouvoirs, rends-la folle, je veux la voir souffrir pour le restant de ses jours. Fais de sa vie un enfer, je veux qu'elle perde tout ce qu'elle a et qu'elle détruise tout ce qu'elle aime. Je veux qu'elle devienne folle à s'en crever les yeux et à s'arracher les membres ! Alors, Lyssa, fais-le !

Je tremblais de fureur, d'excitation, de tous ces sentiments qui se mélangeaient en mon être. Je regardais tour à tour Lyssa et l'humaine, sanglotante, terrorisée par cet ordre que je venais de donner. Quant à Aphrodite... Aphrodite ! Si elle intervenait, je lui broierait les os ! Sa cité brûlait, ses habitants dépérissaient, alors pourquoi tenter de sauver ce qui ne pouvait l'être ?

Au dehors, le soleil ne tarderait pas à atteindre son zénith.


[Hors RP: Désolée pour ce temps de réponse... Et Lyssa, sache que je comptais vraiment tuer Danaë, c'est vraiment pas passer loin du tout xD Mais Morphée peut toujours la tuer si tu trouves un moyen de la convaincre !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Lun 16 Jan 2017 - 13:39

Oh mais non quoi ! Maintenant, ce sont les princesses que Morphée fait endormir. Une vraie limace celui-là. Il était tellement lent à supprimer la princesse comme pour faire n’importe quoi qu’en plus, il ralentissait les autres dans leur travail. Maudite Aphrodite ! Elle a osé manipuler l’esprit de mon pantin. Contrairement aux mortels et aux monstres, je ne pouvais pas me contenter de donner des ordres à Morphée pour rectifier le tir, étant un dieu, se propre volonté était plus puissante. Le voilà qui sautillait à présent pour venir vers moi. Je croisais les bras, bien mécontente de lui. Mes yeux le montraient bien.

Morphée - Tu n'oserais tout de même pas me voler ma vengeance ! Danaë est à moi, tu entends ?
Lyssa – Alors dépêches toi de la supprimer Papillon !

Je doutais fort qu’il m’écoutait. Il était bien plus amusant fou, mais sa lenteur était toujours là. Quoi qu’un peu plus nerveux que d’habitude et donc plus rapide, mais pas autant que j’aimerais. Vite vite il fallait aller. L’heure tourne et je n’aimerais pas être en retard. Tant de monde qui veut s’amuser et d’autres qui doivent m’amuser. Certains m’énervent tellement que je dois purifier leur esprit. Après, je devais manger et ensuite, rendre justice, ou de la musique. Je ne sais plus… Mettant de côté mon programme, je me mis à suivre Morphée, d’un pas tranquille, main dans le dos. Papillon était à la poursuite de Danaë et d’Aphrodite. Je m’attendais à ce que cette dernière use de ses pouvoirs pour protégé la gamine. Non, au lieu de ça elle s’amusait à se sauver dans les souterrains comme un sacrifice du Minotaure.

Ce n’était pas difficile à les suivre. Il suffisait de suivre les cris, dont je suivais. Bref, je rejoignais le petit trio et enfin, je voyais quelque chose de plaisant. Le brave Morphée avait arraché à la garde de la déesse de l’amour et des colombes la pauvre petite princesse. Mais au lieu de la tuer directement, il s’était contenté de lui planter sa lame dans l’épaule. Il y avait du progrès, mais pouvait mieux faire. M’approchant d’eux comme si je visitais l’agora, Morphée m’interpella. Que voulait-il celui-là ? Il avait besoin d’un coup de main pour massacrer la princesse aux yeux de biche ?

Morphée - Lyssa ! Use de tes pouvoirs, rends-la folle, je veux la voir souffrir pour le restant de ses jours. Fais de sa vie un enfer, je veux qu'elle perde tout ce qu'elle a et qu'elle détruise tout ce qu'elle aime. Je veux qu'elle devienne folle à s'en crever les yeux et à s'arracher les membres ! Alors, Lyssa, fais-le !
Lyssa – Ce serait avec plaisir Papillon, mais je ne peux la toucher, souviens toi de notre marché qui remonte il y a de cela longtemps longtemps, une petite heure.

Je me mis à regarder Morphée, puis Danaë, puis Aphrodite, puis Morphée, puis Danaë, puis Aphrodite, puis Morphée, puis Danaë, puis Aphrodite, puis Morphée, puis Danaë, puis Aphrodite… Jusqu’à ce qu’une idée me vienne. Un moyen de sortir de ce dilemme. Je pouvais sentir le courroux d’Aphrodite nous menaçait, elle ne comptait pas nous laisser nous en sortir comme ça. Mais tant pis pour elle.

Lyssa – C’est ta vengeance. Alors à toi de la tuer… Sauf si tu t’avoues vaincu déjà et que tu acceptes de changer les termes de notre contrat.


Il ne pouvait que dire oui, sa folie fut si forte, qu’il ne pouvait se soumettre à ma volonté. Je voulais dire, à mes suggestions. Et se déclarer forfait ne devrait lui compter que peu pour obtenir ceux qu’il désirait le plus en ce moment. Et si jamais il refusait, ou retrouvait un instant de lucidité, je devrais employer une solution radicale, bien plus que ce que j’avais fait jusqu’à présent. J’espérais juste qu’Aphrodite n’allait rien tenter de fou.


[Hors RP: Je peux bien tenter de te convaincre, mais j'ai tant de projets en tête, que Lyssa gagne ou non pour faire genre une bonne surprise lol]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 53
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mar 24 Jan 2017 - 21:58

Les deux fuyardes se firent rattraper par Morphée. Ce dernier menaçait la princesse ; Aphrodite cru que c'en était fini pour la princesse... Elle allait perdre sa ville ! Une colère sourde faisait vibrer ses oreilles. La folie de Morphée allait lui faire perdre ce qu'elle protégeait. Elle n'avait aucunes chances, il était persuadé qu'il devait la faire souffrir. Soudain elle eu une idée : Danaë devait faire semblant d'accepter son sort et de se soumettre au dieu.

La belle déesse se déplaça alors un peu derrière Morphée et mima à la princesse de se résigner et de se soumettre à son « agresseur ». Cette dernière semblait complètement paniquée. Aphrodite leva les yeux au ciel et forma avec ses lèvres :

« Fais-moi confiance »

Alors la princesse fis ce qu'on lui demandait :

« J'ignore ce que j'ai fait pour vous offenser, puissant Morphée. Mais si cela peut sauver ma cité et apaiser votre âme, alors j'accepte mon sort sans me débattre. »

La déesse hocha la tête en signe de contentement. Morphée semblait désorienté et refusa qu'elle se soumette. Il suppliait Lyssa de rendre Danaë folle mais Lyssa parlait d'un marché.

Aphrodite restait à l'écart, sachant pertinemment qu'elle avait peu de temps pour trouver une solution : il faut absolument sortir la princesse de là, il lui reste peu de temps avant qu'elle tombe en syncope. Cette dernière n'osait même plus bouger le moindre orteil, de peur d'augmenter la fureur de son adversaire.

L'Amour commençait à perdre définitivement patience : elle les entendait discuter de comment ils allaient détruire Corinthe, sans ne pouvoir rien faire. Comment allait-elle libérer la princesse et la sauver de ses deux sauvages ? Si elle ne sauvait pas Danaë, qui perpétuerait la lignée de la famille royale de Corinthe ?

Elle réalisa soudain. Il y a d'autres grandes familles à Corinthe et qui n'ont pas subis de dommages cette nuit ! Danaë ne lui servirait même pas sauve puisque seule, elle ne vaincrait pas les familles qui désireraient le pouvoir. Elle avait donc l'occasion de bluffer de nouveau, et si Danaë survivait, ça ferait juste un problème de moins à régler plus tard.
La déesse coupa alors les deux autres Immortels.

« Si vous désirez autant la tuer, pourquoi ne le faites vous pas ? Seulement si vous le faites, vous devez jurer de quitter Corinthe ! »


La déesse, qui semblait toute petite, écrasée par la folie qui régnait dans l'espace clos, tint tête aux futurs assassins de la lignée de Corinthe. Elle gardait la tête haute, malgré la peur que son bluff échoue. Au dehors, la course du soleil semblait plus rapide que jamais.

_________________

I'm love, I'm pleasure
Il y a quelque chose de plus grand que l'homme dans l'amour physique, dans la volupté, dès qu'on y met un peu de son âme. (⚡️) Roger Fournier / A nous deux .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mer 25 Jan 2017 - 18:19

Depuis quand Lyssa respectait-elle les règles du marché ? Et puis, quel marché d'abord ? Je fouillai quelques instants dans ma mémoire embrumée, tentant à me concentrer sur mes actes de l'heure précédente. Une seule heure s'était donc écoulée ? Mais quelle heure ! J'avais mis à feu et à sang la cité de la belle Aphrodite et m'apprêtais désormais à maudire Danaë et sa famille pour le restant de leurs jours. J'avais aussi passé au fil de l'épée les prêtresses du temple, exterminé... "Non, Morphée, concentre toi !" Il y a une heure... Je me rappelais vaguement cet être ennuyant et soporifique qui avait passé le marché avec sa sœur. Ce dieu innocent devait être moi, à une époque, avant que je ne voies clair. Et ce contrat, celui de tuer Danaë pendant que moi je... la protégeais ? Que m'était-il passé par la tête à ce moment ? Moi, protéger cette traînée d'humaine ? Je devais être fou en ce temps-la...

Je me tournai vers Aphrodite lorsqu'elle nous suggéra gentiment de tuer sa protégée Je ne pus m'empêcher de sourire en voyant la tête de la princesse, ses traits se décomposant sous l'effet de la surprise et de l'horreur. Trois dieux voulant sa mort ? On pouvait dire que ce n'était pas son jour ! Je lançai un regarde entendu à la déesse avant de faire mine de balayer quelque chose du revers de la main.

- Mais oui, on s'en moque de Corinthe !

Je me tournai alors vers Lyssa, déterminé à en finir avec cette histoire. Au diable ce contrat, je ne m'en souciait plus. N'importait plus qu'une chose : la sentence de Danaë. Qu'il est plaisant d'être un dieu, d'écraser aussi facilement ces parasites de mortels !

- Oui, change tout ce que tu veux dans notre accord, je m'en moque. Tant que tu la fais souffrir !

Je pointai la princesse horrifiée du doigt, la regardant du coin de l'œil pour voir sa réaction. L'annonce fut également accompagnée d'un sourire macabre à faire frémir n'importe quel mortel. "Alors Danaë, tu acceptes toujours ton sort ?". Je ne tenais plus en place, mourais d'impatience de voir quel destin Lyssa réservait à la corinthienne, et comment je réagirais. Il y avait tellement de possibilités pour lui faire regretter ses actes, mais rien de tel que la torture psychologique, les châtiments longs et pénibles pour la cible comme pour son entourage. Je me demandais ce que ma soeur trouverait comme moyen inventif pour la punir... Mais quel que soit la sentence, je me ferais une joie d'observer à chaque instant l'éternelle déchéance que les dieux réservaient à celle qui avait osé trahir la confiance d'un immortel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Sam 28 Jan 2017 - 15:55

Aphrodite - Si vous désirez autant la tuer, pourquoi ne le faites vous pas ? Seulement si vous le faites, vous devez jurer de quitter Corinthe !

La déesse de l’amour préférait voir une de ses servantes mourir plutôt que sa cité chérie. Combien de vie sommes-nous capables de supprimer pour protéger ses biens ? Et dire qu’elle l'a protégé jusqu’ici pour au final l’abandonner aussi facilement. Et on disait que c’était moi qui étais folle. Mais mes deux parents étaient tout aussi imprévisibles que moi. Je passerais pour presque normal, à en faire peur. Danaë elle-même en fut toute effrayée, son visage devint un masque d’horreur aux traits tirés, la bouche ouverte pour lâcher un effroyable cri à rompre les poumons et les yeux sortant de leurs orbites. C’était si beau à voir.

Morphée - Mais oui, on s'en moque de Corinthe !

Personnellement, je me serais encore amusé à rendre ses habitants fous et à les pousser à détruire jusqu’à la dernière pierre leur chez eux, mais je pouvais agir ailleurs. En tout cas, nous allons enfin voir la fin de ce jeu et dont j’en sortirais victorieuse. Bon d’accord, je ne gagnerais pas un gâteau à l’ambroisie, ni même un char en or tiré par des jumeaux cannibale, ou une hydre en trophée. C’était juste la satisfaction d’avoir gagné sans rien attendre comme récompense. Pourquoi se contenter de babiole alors que la folie et la destruction semées étaient la vraie récompense ?

Morphée - Oui, change tout ce que tu veux dans notre accord, je m'en moque. Tant que tu la fais souffrir !

Il pointa son doigt vers elle, comme s’il se prenait pour un juge venant de déclarer la sentence à la coupable. Une coupable, déjà juger par Zeus lui-même. Un large sourire se forma sur ma face. Mes yeux libéraient des flammes d’un jaune vif d’excitation. Que l’Olympe en soit témoin, Morphée avait rompu notre accord, m’accordant le droit de frapper la mortelle. Et dire que j’aurais pu faire cela depuis le début, évitant tout ce petit jeu. Quoi que distrayant, m’ayant permis de me défouler un peu. Je sortis une de mes dagues, l’enchantant pour le sort. Je m’amusais avec la lame entre mes mains, voulant profiter de ce moment. Je devais trouver quoi faire à son sujet.

Lyssa – Parfait Morphée. Si tu es d’accord de revenir sur notre accord papillon, et toi Aphrodite avec ta permission, je me ferais un plaisir de donner le coup de grâce à cette histoire.

Mais que pouvais-je bien faire en la rendant folle ? J’avais déjà fait fort aujourd’hui. Il me sera sans doute difficile de trouver mieux. Et la petite princesse qui croyait qu’en pleurant, elle m’apitoierait. Les pleurs ne font qu’attiser les flammes de la folie. Tiens d’ailleurs, cela me donna une idée. Je pourrais utiliser cela comme dernier moment de sa vie. D’ailleurs, je pourrais finir cette histoire sur une note sentimentale dont mêmes les dramaturges s’amuseront à la représenter dans les tavernes ! Ou le théâtre… Un truc avec des chevaux je crois… Mince, c’était quoi le nom déjà ? Oh et puis zut, cela m’énervait, j’allais en finir, j’avais dit. Tenant bien ma dague, je m’apprêtais à frapper Danaë en plein cœur, le siège des sentiments, car ce sera avec ça que je comptais l’anéantir. Ma lame magique se dirigea vers son cœur et à l’impact, il déversera ce venin qui était la folie dans tout son corps. Elle sera frappée de la maladie que je lui aurais choisie et son esprit sera à moi !

Le cri de la belle fut jouissif. Elle devenait déjà folle par la peur alors que je ne l’avais pas encore touché, j’étais vraiment trop forte. Je me mis à lui sifflais dans les oreilles pour que son mal agisse, telle la malédiction à laquelle je la condamnais :

Lyssa – Tu vas pleurer toute les larmes de ton corps ! Tu t’étoufferas dans tes sanglots et… Tu vengeras ta cité en attaquant avec ta rage le dieu qui à tuer tes sujets ! Hahaha !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 53
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Sam 11 Fév 2017 - 19:09

Aphrodite était soulagée. Si Danaë ne s'en sortait pas, Corinthe serait au moins sauve ; c'était le principal.

Lorsque Lyssa prononça la sentence qu'il infligerait à la princesse, le cœur de la déesse se serra ; Danaë avait été une servante loyale tout au long de sa vie. Elle devait essayer de la sauver malgré tout. Elle devrait ruser !

Devant les yeux de la Belle, la princesse pleurait tellement fort, ses sanglots étaient étouffés et elle tremblait de tout son corps, comme saisie de spasmes. Aphrodite découvrit alors une sensation jusqu'alors inconnue : la pitié. Elle s'en étonnait elle-même. Malgré les douleurs mortelles qu'elle avait aperçue et parfois même crées, elle n'avait jamais ressentie une telle pitié. Amour posa alors une main sur son cœur, entrouvrant les lèvres. Elle devait faire vite si elle voulait espérer sauver la Corinthienne...

Elle tourna son regard vers Morphée, qui semblait se délecter de ce qu'il observait. Elle plissa les yeux, en colère. Danaë lui plaisait ! Comment pouvait-il rester insensible à sa douleur, malgré sa folie ? L'amour devrait avoir le pas sur la folie... L'amour doit être plus puissant ! Et si...

Les yeux de la déesse cherchaient un point d'attache, tandis qu'elle réfléchissait et doutait du génie de sa pensée. Est-ce que l'amour empêcherait-il vraiment Lyssa de tuer Danaë ? Est-ce que Lyssa était réellement capable de ressentir de l'amour ? Quoi qu'il en soit, elle devrait tenter !

Mais lorsque la princesse se leva et fonça doit sur Morphée, Aphrodite se décala et fit un mur entre les deux. Désormais, il fallait qu'elle protège Morphée de la folie destructrice qui avait été inspirée à Danaë. Elle posa alors ses mains dans le creux de ses épaules et la tint tant que possible à distance du Dieu et elle pensa à l'amour qu'elle voulait inspirer à Lyssa, imaginant ce que cette dernière ferait si elle était folle d'amour pour la princesse.

Aphrodite, plus volontaire que jamais, lui procura alors un amour puissant. Elle ferma les yeux et sentis une essence la parcourir, comme si tout l'amour qu'elle pouvait lui donner se dégageait d'elle. Ce dernier s'échappa d'elle dans une tempête contrôlée, bousculant Danaë au passage et se dirigeant vers Lyssa, qui ne s'en aperçut presque pas.

La blonde s'affaissa doucement sur ses genoux et vascilla dans un geste toujours gracieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Lun 13 Fév 2017 - 1:01

Je jubilais. Non seulement Danaë s'apprêtait à endurer une éternité de tourments, mais en plus de cela, je pourrais contempler cette décadence, voir la princesse me supplier de mettre fin à cette punition divine, et je la regarderais en souriant. Peut-être mettre fin à ses jours lui traverserait-il l'esprit, mais la mort est loin d'être un échappatoire, bien au contraire. Je lui aménagerais un charmant petit coin du Tartare, une cellule où elle serait à nouveau condamnée pour ses crimes passés. Je parviendrais sans doute à convaincre Hadès ou même mon oncle de lui infliger telle punition, ils me comprendraient certainement. En fait, non, ils ne me comprendraient pas du tout. %ais je n'avais nul besoin d'être compris, juste d'être vengé !

Quelle euphorie lorsque ma sœur prononça la cruelle sentence, celle que j'attendais tant. Mais il fallait de la patience si je ne voulais pas rater mon coup, je n'aurai malheureusement l'occasion de tuer Danaë qu'une seule fois, alors autant que sa chute soit mémorable ! Et pourtant, Lyssa s'obstinait à ce que je la tue rapidement. Non, je ne pouvais pas ainsi l'assassiner, ç'aurait été bien trop simple. Que la mortelle essaie de m'attaquer et je me ferais une joie de lacérer sa chaire de ma lame jusqu'à ce qu'elle s'écroule de fatigue et se vide lentement de son sang. Croyait-elle seulement qu'elle pouvait vaincre un dieu ? La folie l'aveuglait : elle n'aurait aucune chance contre moi, surtout dans notre état d'esprit respectif. Et j'attendais qu'elle se lance, glaive à la main et sourire aux lèvres, guettant la moindre de ses réactions, chacun de ses sanglots, savourais tout instant de cette lente agonie.

Mais pourquoi Aphrodite dut-elle se mêler de cette histoire ? Tout était parfait, elle ne pouvait pas simplement s'amuser de la situation comme Lyssa et moi ? Que Danaë vienne à ma rencontre, je la mettrais en pièce ! Mais non, elle se sentait obligée de retarder la fatale échéances pour... pour quoi d'ailleurs ? Sa ville allait survivre, alors pourquoi s'obstiner à rester ? Par compassion ? Non, soyons sérieux, nous parlions bien d'Aphrodite, celle qui condamnait à un destin terrible toute personne ayant le malheur de se dresser contre sa volonté. Et pourtant, je ne sus expliquer ce qui lui arriva. La folie l'avait peut-être atteint à son tour ou la perte de sa chère Corinthe l'avait poussé à bout. Mais quelle que fut la raison, un brusque souffle magique s'échappa de son être, un sortilège si puissant que même moi, qui n'étais pourtant pas la cible principale, en ressentis les effets. Je redevins léger, comme assommé par l'émanation magique, respirais à nouveau. L'espace d'un instant, je n'aurais su dire qui j'étais ni même où je me trouvais : je ne pensais plus à rien. L'amour de la déesse avait balayé si facilement la folie destructrice qui me rongeait, comme si la tâche avait été à portée de n'importe quel abruti. Lyssa sembla se trouver dans un état semblable quelques secondes, puis je chancelai légèrement sous l'effet de cette paix intérieure que je croyais à jamais perdue.

Qu'avais-je donc fait ? Comment ai-je pu ? Et Danaë ? Je relevai les yeux vers la princesse à temps pour la voir se ruer vers moi, son visage défiguré par une rage et une tristesse intense. Je n'eus ni le temps ni la lucidité nécessaire pour l'éviter et elle me percuta de plein fouet, me rouant de coups jusqu'à me plaquer contre la colonne où je l'avais elle-même propulsée plus tôt. Je parvins à esquiver une série d'attaques frénétiques et su me dégager.

- Danaë ! Danaë, arrête ! Je ne suis plus sous l'emprise de Lyssa, je ne te veux aucun mal
- Tu as détruit ma cité, tu as ruiné ma vie !
- Ce n'était pas moi ! Je n'ai jamais voulu tout ça...
- Menteur, menteur, MENTEUR !


Elle me griffa le visage et voulu me mordre lorsque je tentai de me protéger. Ses yeux brillaient de la même flamme que celle qui avait habité les miens quelques minutes plus tôt. Je parvins à la saisir au poignet, puis entravai son autre main. Elle avait beau se débattre, je tenais bon, la suppliais du regard de me laisser faire, de résister et ne pas se laisser envahir par la folie. En vain. Je le secouai énergiquement afin de la calmer et ne pus m'empêcher d'élever la voix pour tenter une nouvelle fois de la raisonner.

- Écoute-moi ! Je ne veux pas te faire de mal, il faut que tu me croies. Nous devons partir d'ici mais je ne peux pas t'emmener si tu me combats. Je t'en supplie, reprends-toi ! Ce que j'ai fait est impardonnable mais fais moi confiance encore cette fois, juste cette fois. Je tiens trop à toi, je ne veux pas te perdre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras
avatar
Localisation : Là où je veux
Occupation : Rendre cinglè
Humeur : Folle
Date d'inscription : 29/10/2016
Messages : 29
Crédits graphiques : Avatar - jaggudada sur Deviantart / Signature - Jime-From-SilentTown sur Deviantart
Double compte : Astérion - Toxon - Euryale

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mar 14 Fév 2017 - 13:27

Tout se passait comme je l’avais espéré. Mon venin coulait dans les veines de cette petite princesse prétentieuse et elle se jeta sur Morphée, pour l’étriper. Et ce dernier, il allait surement la tuée. Les deux amants qui s’entre-tuent par folie, il n’y avait rien de plus romantique. Et même si le pari était annulé, je gagnais notre petit jeu, Danaé allait mourir, sa cité tombée en ruine, Zeus serait content et moi, je me serais si bien amusé. Rien au monde ne pourrait gâcher ce moment. Rien ! A part cette étrange énergie couleur rose qui sortait du corps d’Aphrodite et qui me fonçait dessus. Qu’est-ce que c’était que ce truc ?

Cette énergie ne présagea rien de bon. Elle me frappa en pleine face. Je ne savais trop quoi faire, mais le pouvoir d’Aphrodite m’enveloppa et entra en moi comme une fumée que l’ont inhalé chez les pythies. Cela m’avait surpris et ne m’étais pas préparer à contrer le pouvoir de la déesse. Mais que m’avait fait cette dévergondée ?! Je me sentais comme flotter dans les airs, j’étais légère. Mon cœur qui brûlait constamment de rage devint de plus en plus froid. Cela me faisait peur. C’était la première fois de ma vie que je ressentais quelque chose de la sorte. Je ne ressentais même plus mes membres, c’était comme si je n’étais plus qu’un simple esprit désincarné. Je ressentais un vent glacial dans le dos, un souffle déposant une sorte de rosée du matin dans mon cœur, éteignant ce feu.

Mon esprit… Mon esprit se brouilla. Mais que se passait-il ? Mes idées… Devinrent moins nombreuses, je ne pouvais que voir ceux qu’il se passait, sans imaginer quoi que ce soit où faire quoi que ce soit. C’était comme si on était dans un rêve, un rêve sans comprendre ceux qu’il se passait et où on ne pouvait rien y faire. Morphée… Je n’avais plus le moindre pouvoir sur lui, il était libre de mon emprise. Il parlait à Danaé. Que lui disait-il ? Je ne comprenais plus rien… Et la princesse, en la regardant, mon cœur se serra et une grande peine me brisa. J’avais peur… Peur pour elle… Honteuse de ceux que je lui avais faits… Je ne voulais pas la faire souffrir, je voulais son… Bonheur !

Tous ceux qui restèrent de folie en moi, remontèrent jusqu’à mon esprit. Je me mis à pousser un hurlement monstrueux. Ma tête allait exploser, j’étais torturé par de nombreux sentiments contradictoires. Pour une fois, la folie ne m’amusait pas, elle m’effrayait. Dans mon hurlement, je fis se matérialiser toute la folie que j’avais créée en Corinthe sous la forme d’un immense feu qui s’éleva au-dessus de la cité, quittant hommes et bêtes, formant un immense tourbillon avant de revenir en mon corps, dévoré par ma bouche. Lorsque la dernière flamme de démence ayant frappé la cité fut en moi, je disparus dans une boule de feu, fendant l’air comme une comète, pour rejoindre la cime des cieux.

La ville fut complétement guéri de mon poison, laissant le peuple et ses bêtes sains d’esprit.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t684-mele-a-la-sagesse-un-grain
avatar
Localisation : Le Mont Olympe
Occupation : Etre belle me suffit... Quoique les méandres amoureux m'amusent beaucoup aussi.
Humeur : Amoureuse...
Date d'inscription : 26/08/2016
Messages : 53
Double compte : Pan

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Mar 14 Fév 2017 - 15:25

Aphrodite se reprit peu à peu. La volonté qu'elle avait mit dans le sortilège envoyé à Lyssa l'avait un peu affaiblie. Elle assistait alors à la scène comme si elle était loin, très loin. Les sons étaient sourds, elle voyait flou.
A côté, Danaë était dans les bras de Morphée, des larmes ruisselant sur ses joues, le visage tout blanchi par la peur. Morphée semblait ne pas en mener large non plus, il murmurait, le visage dans ses cheveux.

Mais ce dernier était fautif. Malgré cela, l'heure n'était pas à la colère ! La déesse se tourna vers Lyssa, tandis que celle-ci hurlait à la mort, avant de s'envoler. La Blonde soupira. L'histoire était donc finie... Et l'amour avait bel et bien vaincu la folie. Elle-même n'en revenait pas.

Aphrodite sortis alors du palais, très pâle. Elle déglutis lorsque le soleil frappa sa peau. La ville semblait blanche de tout carnage. On aurait dit que rien n'avait troublé le calme de cette nuit. Seuls les ruines des quelques maisons aux abords du temple témoignaient des événements de cette nuit.

La tête lui tourna alors. Tellement de haine... Tellement de folie ! Elle jeta un regard vers le palais et, d'une voix blanche, elle prononça ces paroles :

« L'amour vaincra, l'amour est plus fort que tout. Mais qu'ils soit fous d'amour avant que l'amour ne les rende fous »

Puis la déesse s'envola, retrouvant le confort de sa somptueuse demeure. Elle dut tout de même s'asseoir sur un divan, épuisée par la force magique qu'elle avait dépensé au cours de cette nuit.

_________________

I'm love, I'm pleasure
Il y a quelque chose de plus grand que l'homme dans l'amour physique, dans la volupté, dès qu'on y met un peu de son âme. (⚡️) Roger Fournier / A nous deux .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : Dans tes rêves
Occupation : Embêter Artémis
Humeur : Rêveur
Date d'inscription : 23/08/2016
Messages : 99
Crédits graphiques : vtas sur Deviantart
Double compte : Icare/Ata

MessageSujet: Re: Fou de la folie humaine [ft Lyssa] Dim 26 Fév 2017 - 18:57

Tout était fini : la peur, la folie, le cauchemar. Lyssa avait quitté les lieux dans une sortie digne d'elle, et le calme que l'on croyait à jamais perdu retomba peu à peu sur la ville de Corinthe. La cité avait beau être en partie en ruine, sa population effrayée et meurtrie, la belle Corinthe restait debout, trop heureuse de voir son calvaire prendre fin. Danaë représentait à elle seule la ville qu'elle avait un jour gouverné : blessée, terrorisée et choquée. La folie l'avait déserté pour laisser place à cet état de choc extrême qui la succède, ce sentiment que j'avais moi-même ressenti quelques instants auparavant.

La princesse s'était effondré dans mes bras pour laisser libre cours à sa tristesse et à ses larmes, je l'ai réconfortée. Je ne vis pas Aphrodite quitter les lieux, ne m'en rendis compte que bien plus tard alors que je voulais la remercier pour ses actes. Je me devais d'être honnête avec moi-même : je lui devais entièrement mon salut, le mien et celui de Danaë. Si elle n'était pas intervenue, la princesse en serait certainement morte et moi, je n'aurais pas supporté cette perte.

Après quelques instants, la mortelle se détacha de moi pour prendre conscience de ce qui l'entourait : des ruines, témoins des événements de la journée. Elle sembla se rendre pleinement compte de l'étendue des dégâts, des pertes subies et des conséquences de ce tour de force qui m'opposèrent moi et Aphrodite à ma cruelle demi-sœur.

- C'est toi qui... ?

Je m'approchai lentement d'elle, portant mon regard sur la cité. Comment avais-je pu commettre de telles atrocités ? Une ombre passa sur mon visage.

- Je n'étais pas maître de mes actes.

Danaë me dévisagea un instant avant de laisser planer un nouveau silence. Devant le palais, quelques volontaires s'approchaient avec précaution des félins et autres animaux toujours endormis, essayant de prévoir leur réveil et surtout éviter qu'elles ne fassent d'autres victimes.

- Pourquoi s'en être pris à Corinthe ?
- Tu t'es fait un ennemi de taille sur l'Olympe, il te voulait du mal. Je ne pouvais pas le laisser faire.
- Alors tu as détruit ma cité.


Je la regardai avec désapprobation. Depuis quand parle-t-on ainsi à un immortel ? Je mis ça sur le compte du choc encouru.

- Je ne pouvais pas laisser ma sœur te faire du mal, j'ai du passer un marché avec elle et la situation s'est retournée contre moi.
- Tu aurais dû la laisser faire si cela permettait de laisser mon peuple en paix.


Je me figeai, surpris et outré par cette remarque. Je lui avais sauvé la vie, souffert le martyr pour elle et voilà comment elle me remerciait ? Je me tournai vers elle afin de lui montrer mon mécontentement.

- J'ai cru bien faire.
- Bien faire ? Regarde l'état de ma cité ! Combien d'innocents ont souffert à ma place ? Combien de bâtiments furent détruits ? Combien d'autres dieux as-tu offensé en agissant de la sorte ? Et tous ces sacrifices pour sauver une seule vie ?...
- Écoute...
- Non ! Je ne veux pas écouter ! Je veux seulement le bien de ma cité. Tu me l'as enlevée en voulant me protéger.


Mes yeux s'assombrirent, une colère noire s'insinuait lentement en moi. Et si Lyssa avait raison ? J'aurais dû tuer cette traîtresse quand j'en avais l'occasion ! J'aurais dû...
"Non, reprends-toi, Morphée ! La folie s'empare à nouveau de toi". Je m'éloignai doucement, attendant que la mortelle me retienne. Elle ne le fit pas.

- Bien.

Ce furent les dernières paroles que je lui adressèrent avant de rejoindre l'Olympe et oublier les événements qui s'étaient déroulés sur Terre au cours des dernières heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t626-dans-mes-bras

Fou de la folie humaine [ft Lyssa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La folie des BAM ! [FINI]
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: La Terre :: Corinthe :: Palais Royal-