N'oubliez pas de consulter le dernier post admin de Songe ! :D Au programme : des zombies coursent des jeunes filles sans défense. Euh, je veux dire, VOUS coursez des jeunes filles sans défense.

Partagez| .

Un ticket pour l'au-delà. [PV Uranie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Localisation : Sparte, dans les quartiers pauvres
Occupation : Râler, c'est ce qu'il fait le plus souvent
Humeur : Acariatre
Date d'inscription : 31/07/2015
Messages : 224

MessageSujet: Un ticket pour l'au-delà. [PV Uranie] Sam 8 Aoû 2015 - 22:29

Les prairies, ces étendues verdoyantes aussi généreuses qu’accueillantes. Un repos pour l’œil, le corps et l'esprit mais, aussi, un parfait refuge pour les amoureux de la nature, et les amoureux tout court, ainsi que pour une catégorie de personne d'un genre un peu plus particulier, les illuminés ! Vous savez, ce genre de marginaux fumeurs de substance illicite tels que les oracles, les prêtres, les guides pour voyageurs ou encore, les "inspirés d'ordre divin" ? Oui, c'était vraiment le meilleur endroit pour faire des rencontres fortuites et enrichissantes, et c'était bien pour cette raison que les deux hoplites, armés comme des soldats de la première ligne, étaient venus ici.

Une mission, une nouvelle et encore plus prometteuse. 200 statères d'Or, soit le double de la précédente ! D'après le chasseur, c'était parce que son client était le rival du premier, en terme de collection, et qu'il avait lorgné sur une pierre dénommée "écho", gardée par les Oréades. Cette pierre était particulière. D'après la légende, il s'agissait d'une femme nommée Echo qui était éprise d'un homme qui n'était amoureux que de lui même ! Résultat, chagrin d'amour inconsolable, tellement inconsolable qu'au fond de sa caverne, les os de la nymphe avaient fini par se transformer en pierre, devenant ainsi une source d'eau alors que seule sa voix était restée vivante, errant sur le mont Olympe.

C'était bien beau comme histoire, ou pas, mais il y avait un problème de taille. Pour commencer, la pierre ou plutôt la fontaine se trouvait dans la grotte des Oréades, grotte dont les hoplites n'avaient pas connaissance. De plus, oser s'approcher de cette grotte était très risqué. Enfin, les riverains verraient d'un très mauvais oeil que deux hommes en jupe courte viennent s'aventurer sur les flancs du mont sans une autorisation divine. Conclusion, il fallait un leurre ! Et un guide, au passage.

Ayant longuement réfléchi, Nikolas s'était dits qu'une muse ou un prêtre ou même un oracle pourrait l'aider à passer l'étape des riverains puisque d'allure pour le moins ... sacrée. Deuxièmement, cela serait très utile au niveau des Oréades puisque elles aussi intimement liées à toutes ces histoires, la présence d'un prêtre ou d'une quelconque figure de la spiritualité pourrait les rassurer et faciliter le travail des hoplites, bien que ces derniers comptaient voler la fontaine après avoir soigneusement pris soin d'endormir les Nymphes. Ils avaient d'ailleurs ramené des outils pour ça, des outils de sculpteur !

Mais ils n'en étaient pas encore là. Pour l'instant, il fallait trouver le marginal, l'illuminé, l'homme ou la femme qui leur servirait de véritable bouclier, de bouc émissaire, bref, de passe-droit, et les prairies semblaient toutes faites pour ça. C'était l'idée d'Homer pour être franc que de venir ici. En plus, leur chasseur de tête les avait informé qu'une femme bizarre se baladant avec un globe et un compas avait été aperçue dans les prairies. Une muse à ce qu'il parait. La parfaite occasion, en somme ! Maintenant, les prairies, c'était grand et surtout la nuit, car il était impossible de distinguer l'horizon.

Aussi, cela faisait trois jours qu'ils tournaient ici mais sans avoir rien trouvé. Ils commençaient même sérieusement à se demander si elle ne s'en était pas allée. Ils avaient interrogé tous les passants qu'ils avaient vu, passant même parfois pour des timbrés à leur tour. Ils ne savaient même pas comment elle s'appelait ! Cette nuit là, au tour du feu et au milieu de nulle part, les deux hommes cogitaient.

- Une femme avec un globe et un compas. Mais qu'est-ce que c'est que ces conneries ? Ça doit être très encombrant en plus !
- Moi perso, les maths, j'ai jamais rien compris. Je sais uniquement compter jusqu'à G.
- ... Hein ? Jusqu'à combien ?
- Jusqu'à G ! A, X, C, Z, F, I, G
- Mais c'est n'importe quoi ton truc ... C'est même pas des chiffres, ce sont des lettres et même pas dans le bon ordre ! Où est-ce que t'as appris ça ?
- Bah dans la rue, comme tout le monde !
- Bah t'as mal appris ! Les chiffres, c'est 1, 2, 3, 4 etc...
- Mais qu'est-ce que tu me parles des charabias des phéniciens et des perses toi ?
- Quoi les phéniciens et les perses ? Je te parle des chiffres là !
- Non, c'est pas des chiffres ça, enfin pas les nôtres ! Les nôtres c'est A, X, Z, E et tout ça ! On va quand même pas se mettre à calculer comme ces barbares ?! On tellement meilleurs qu'eux pour ça ! Enfin ... Pas toi, faut pas déconner. Moi je suis meilleur qu'eux.
- Woaaah ...
- Oui parfaitement, tu peux exprimer ton admiration en toute légitimité, c'est normal de s'extasier devant ce que la nature a fait de plus beau.
- Avec ta gueule à l'envers, ta voix d'ours et tes manières de vieux phacochère ?
- Pfeuh. T'es jaloux, c'est tout. T'es jaloux parce que j'en ai deux plus que toi.
- Deux fois zéro, ça fait toujours zéro.
- ...
- ...
- J'ai pas compris.
- Laisse tomber.


Soupira Nikolas à mi-chemin entre l'exaspération et la détresse profonde. De toutes les façons, ça finissait à chaque fois comme ça et ce genre de discussion n'allait pas les avancer dans leur tâche. Comment mettre la main sur cette prétendue muse après avoir retourné toutes les prairies en vain ? Selon Homer, la solution était d'une simplicité déconcertante.

- Les muses, elles aiment l'art, la beauté, la perfection. Il suffit que je reste planté là, au même endroit, et elle finira tôt ou tard par pointer le bout de son nez, attirée par ma splendeur.
- Tu veux par fermer ta gueule pour une fois ?
- Non mais je suis sérieux !
- Non t'es pas sérieux, non ! Mais, ça reste une bonne idée quand même. Il faudrait trouver une oeuvre d'art et l'exposer ici jusqu'à ce qu'elle arrive.


Homer se désigna alors.

- Mais il y en a une là, tu comprends pas ou quoi ?

Nikolas se releva alors, commençant à retirer ses pièces d'armure. Il demanda à son compagnon d'en faire de même puis, à l'aide de leurs lances, il se mit à fabriquer une espèce de statuette faite de ferraille clinquante.

- Pfeuh, et ça c'est de l'art ?
- Ma vocation c'est guerrier, pas artiste.
- Laisse moi la rendre belle.


Il s'arracha alors un poil au niveau de ses parties intimes puis la déposa sur le bas ventre supposé de cette espèce de tas de ferraille, sous l'oeil dépité de Nikolas.

- Et on fait quoi maintenant ?
- Maintenant on attend, on a rien d'autre à faire.
- Eh bien dans ce cas, bonne nuit !


Dit Homer en se couchant, fermant alors les yeux. Nikolas observa encore un peu son oeuvre puis décida de bouger légèrement le bouclier afin que ce dernier ne se mettre à refléter la Lune et quelques étoiles, les plus brillantes parmi elles. C'était toujours ça de gagné ! Finalement, il s'en alla se coucher à son tour, sans y croire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t550-nikolas-termineeee
avatar
Localisation : Se ballade d'une ville à l'autre
Occupation : Regarde le ciel
Date d'inscription : 25/07/2015
Messages : 22

MessageSujet: Re: Un ticket pour l'au-delà. [PV Uranie] Jeu 27 Aoû 2015 - 16:38

Uranie était dépitée. Pour la première fois depuis qu'elle se promenait sur terre, elle avait été repérée. En même temps, elle n'avait pas été très maligne sur ce coup-là. Empreinte à une certaine nostalgie, elle avait ressorti ses fameux attributs, à savoir un globe et un compas, ceux-là même qu'elle utilisait aux côtés de son père et de ses sœurs sur l'Olympe. Bien sûr, elle avait été prise sur le fait. L'une de ses ''amies'' les avaient vu en sa possession et, non sans intelligence, en avait tiré les conclusions qui s'imposaient à elle. Uranie avait alors tenté de lui expliquer la situation et prié de garder le silence, en vain. Le bruit s'était rapidement répandu et tout le monde était en ébullition et à sa recherche. Il faut avouer qu'une Muse se baladant en ville, ça avait de quoi créer du trafic !
Alors, pour éviter l'émeute, Uranie était partie plus vite qu'elle ne l'aurait voulu et avait recommencé une énième fois à errer en quête d'un autre endroit où se loger. Il allait sans dire qu'elle avait jeté ses précieux objets, derniers souvenirs de sa vie olympienne passée. 

C'est ainsi qu'elle avait atteint les prairies, peu loin de la ville où tous la cherchaient mais suffisamment grandes pour pouvoir être tranquille un bon moment. L'art de se dissimuler ne lui était pas inconnue et elle était capable de trouver et de vivre des ressources de cet endroit pendant très longtemps. De plus, dormir à la belle étoile n'était évidemment pas un problème pour elle.
Uranie était donc restée quelques temps là, avec les collines pour matelas et la voie lactée pour couverture.

Cependant, quelque chose vint vite déranger sa tranquillité. Un jour, elle entendit des murmures au loin. Elle s'était discrètement rapprocher pour s'assurer qu'il ne s'agissait que de simples voyageurs ne s'intéressant pas à elle. C'est alors que, cachée derrière un rocher, elle aperçut deux hommes habillés en soldats. Ça ne lui inspirait rien de bon. Et même si le risque d'être trouvée et peut-être même capturée comme une bête de foire était bien là, elle ne put s'empêcher de les espionner.
Deux soldats dans une prairie, ce n'était pas anodin. Ils n'étaient certainement pas là pour pique-niquer. Ils étaient obligatoirement envoyés par quelqu'un. La première chose à savoir était ce qu'ils voulaient. Et ça, Uranie l'apprit assez vite.

« - Une femme avec un globe et un compas. Mais qu'est-ce que c'est que ces conneries ? Ça doit être très encombrant en plus ! »

C'était donc bien elle qu'ils étaient venus chercher. Mais pourquoi ? Pourquoi des soldats ? En les suivant, Uranie redoublait de prudence. Elle aurait certainement dû partir et s'enfuir loin d'ici, loin d'eux, pour retourner dans une nouvelle ville et se revêtir du masque d'une humaine comme les autres. Mais elle était restée là, à les suivre et à les écouter, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Elle eut d'ailleurs du mal à comprendre la suite de leur conversation. Si l'un d'eux semblait avoir une intelligence dans les normes, l'autre avait l'air un peu plus limité quand même.

« - Les muses, elles aiment l'art, la beauté, la perfection. Il suffit que je reste planté là, au même endroit, et elle finira tôt ou tard par pointer le bout de son nez, attirée par ma splendeur.
- Tu veux par fermer ta gueule pour une fois ?
- Non mais je suis sérieux !
- Non t'es pas sérieux, non ! Mais, ça reste une bonne idée quand même. Il faudrait trouver une oeuvre d'art et l'exposer ici jusqu'à ce qu'elle arrive.
 »


Ce n'était pas simple, pour une Muse, d'entendre de telles abominations. Surtout pour Uranie, qui était davantage attirée par les artistes que par les œuvres d'art. Et avec ce qu'elle était sur le point d'observer, ces deux-là n'étaient pas vraiment des artistes.
Elle se demandait ce qui pouvait bien être en train de se passer quand les deux hommes commencèrent à se déshabiller pour créer avec leur armure quelque chose de vraiment très abstrait. Peut-être que, quelque part, un jour ou l'autre, quelqu'un appellerait ça de l'Art... Mais pas Uranie, malheureusement pour les deux soldats.
Et encore moins lorsque l'un deux s'arracha un poil de ses parties intimes en guise de décoration pour leur étrange création. Uranie dû faire un effort surhumain pour s'empêcher de rire aux éclats. Elle ne pouvait décidément pas laisser ces deux âmes en perdition. Ils devaient savoir qu'ils n'étaient pas des artistes et qu'ils devaient, pour le bien de tout le monde, arrêter de faire des choses comme ça.
Et alors qu'elle était sur le point d'aller à leur rencontre, Uranie eut une illumination. Et si c'était fait exprès ? S'ils étaient en fait tous deux seulement de très bons acteurs très rusés ? C'était certainement un leurre fait pour l'attirer justement. Mais comment savoir ?

Alors que la Muse de l'Astronomie était vraiment perdue, les deux hommes se saluèrent et se couchèrent pour dormir. L'un d'eux n'attendit pas longtemps avant de se précipiter dans les bras de Morphée ; Tandis que l'autre décida d'améliorer un peu son œuvre en y insérant ingénieusement la lune et les étoiles par reflets. Une intention qu'Uranie ne put s'empêcher de trouver très belle.
Alors elle décida d'en avoir le cœur net. Elle attendit que les deux hommes soient profondément endormis pour sortir de sa cachette et se mettre à l’œuvre.  

Le lendemain matin, à l'aube, lorsqu'ils se réveilleraient, ils auraient le bonheur de trouver près d'eux des figues, du raisin, quelques noisettes et des œufs cuits de faisans et d'oies sauvages. N'ayant pas besoin de trop dormir, Uranie avait passé la nuit à leur chercher et leur faire un petit déjeuner. De quoi, espérait-elle, les rendre d'assez bonne humeur pour qu'ils ne la capturent pas immédiatement et qu'ils aient tous le temps de discuter un peu. Peut-être réussirait-elle à les faire changer d'avis, pour qu'ils ne soient plus à ses trousses et qu'ils ne créent plus d'horreurs comme celle de la veille.

Elle s'était installée sur un rocher un peu en hauteur par rapport à eux. Ainsi, s'ils avaient dans l'idée de la courser sitôt qu'ils la verraient, alors elle aurait le temps de leur échapper, avec un peu de chance.
Lorsqu'ils ouvraient les yeux, elle était donc là, assise jambes croisées, cheveux aux vents et sourire moqueur sur le visage.

« – Pourquoi vous avez fait ça ? »  Dit-elle en guise de bonjour et en désignant la statue. « Je veux dire, sérieusement, vous espérez vraiment attirer une Muse avec ça ?! Si je ne vous avez pas entendu parler, jamais je ne serais allée vers ce machin. C'est ignoble ! On dirait l’œuvre d'Hadès en personne, sans vous vexer. Mais honnêtement, faut plus faire des choses comme ça hein. Bref, pour passer aux choses sérieuses, bon appétit tout d'abord. Et ensuite, il paraît que vous êtes à ma recherche. Et bien : tadaaaa ! Je suis là ! Qu'est-ce que vous me voulez maintenant ? »

Uranie était à la fois très curieuse et très méfiante. C'était l'heure de vérité maintenant. Elle allait voir s'ils étaient agressifs ou amicaux, et agirait en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t548-uranie-la-muse-aux-yeux-qu
avatar
Localisation : Sparte, dans les quartiers pauvres
Occupation : Râler, c'est ce qu'il fait le plus souvent
Humeur : Acariatre
Date d'inscription : 31/07/2015
Messages : 224

MessageSujet: Re: Un ticket pour l'au-delà. [PV Uranie] Sam 29 Aoû 2015 - 23:11

Une bonne nuit de sommeil, ponctuée de ronflements et de flatulences. C'est sûr, les haricots à répétition, ça n'aidait pas, même avec de l'avoine ! En parlant de nourriture, ce qu'ils prirent au départ pour un doux rêve se révéla rapidement être la réalité. Lorsque les deux hommes se réveillèrent les narines pleines d'une délicieuse odeur d'oeuf brouillé, ils se mirent à saliver et à penser, dans un premier temps, qu'il s'agissait d'un rêve, d'un doux rêve salé. Mais non, il s'agissait bien de la réalité ! Il y avait bien devant du raisin, des figues, des noisettes et des œufs.

Leur regard fut braqué vers la nourriture, leur esprit absorbé par cette dernière. Se posaient-ils des questions sur l'origine de cette nourriture ? Se demandaient-ils qui étaient cette jeune femme assise non loin de là ? L'avaient-ils ne seraient-ce que remarqué ? Assurément pas ! Dans leur tête comme dans le ventre, un seul mot d'ordre, « manger ! Aussi se ruèrent-ils dessus sans se poser de questions et non sans se disputer leur part respective. Homer et Nikolas avait une façon bien à eux de partager les biens précieux, comme cette nourriture par exemple. Ils en prenaient le plus que possible pour leur propre pomme et au bout d'une minute, les part étaient définitivement attribuées. Cela signifiait bien sûr qu'on était en droit de voler chez son petit camarade, chose qu'ils ne se privèrent pas de faire, s’arrachant une figue ou une noisette comme s'ils luttaient pour leur vie.

Maintenant que chacun avait sa part, on pouvait commencer à réfléchir sur le pourquoi du comment. Pas trop non plus puisque qu'une voix de femme ne tarda pas à attirer leur attention en leur demandant pourquoi ils avaient construis une statue. Ils tournèrent aussitôt le regard vers sa provenance et furent très étonnée d'y découvrir une jeune et resplendissante créature.

- Qui c'est cette bougresse ?

Dit alors Homer en plissant des yeux. Nikolas n'en savait rien mais il devait bien y avoir un rapport entre elle et le généreux repas qui leur avait été offert. Elle ne tarda pas à en dire plus sans qu'ils n'aient besoin de le lui demander, se présentant, à leur agréable surprise, comme une muse qui s'était volontairement laissée prendre au piège, ou au jeu, au choix. Bon, elle n'était pas inamicale, c'était déjà ça, ils n'auraient pas à la violenter comme c'était prévu au départ. Quant à ce qu'ils leur voulaient … Homer ne pouvait pas répondre, il était déjà en train de manger.

Nikolas la fixa un instant, l'observa de long en large et se demandant pourquoi elle avait choisit de se mettre aussi loin d'eux, alors qu'elle venait de leur offrir à manger. Sur son visage, bien que lumineux et avenant, il y avait une pointe de méfiance. Elle était un peu crispée, cela se voyait dans sa posture. Avait-elle peur d'eux ? Pourquoi pas, après tout ça ne serait pas sans fondement.

- Déjà, merci beaucoup pour la nourriture, ça nous changera des haricots et de l'avoine. Vraiment, il y aurait de quoi être ému !

Cela tombait bien parce que Homer versait déjà des larmes en sentant le doux goût des œufs sur sa langue.

- Euh … Ouais. Hum. Et on a construis ça par désespoir plus qu'autre chose. On a passé trois jours à retourner les plaines pour vous trouver mais, en vain. Je ne pensais vraiment pas que ça fonctionnerai. Quant à ce qu'on vous veut …

Il hésitait. Devait-il tout lui dire maintenant au risque qu'elle refuse et qu'elle leur file entre les doigts ? Il devait absolument s'approcher d'elle, assez près pour pouvoir l'attraper si jamais elle venait à prendre la fuite. C'était un peu comme partir à la chasse au faisan, en fait. Aussi, l'hoplite se leva.

- Eh bien, nous sommes des soldats à la retraite, on va dire. Nous sommes devenus des mercenaires et nous avons été commissionnés pour s'en aller chercher un objet mythique.

Dit-il en s'approchant d'elle l'air innocent. Il essayait de garder une démarche naturelle pour ne pas lui mettre la puce à l'oreille mais, forcément quand on le faisait exprès, ça ne l'était pas et cela se voyait. Par ailleurs, Homer avait profité que son camarade abandonne son repas pour s'en emparer.

- Hey ! Lâche ça tout de suite !

Dit-il en voulant revenir sur ses pas, avant de se stopper net. Et si la muse en profitait pour faire demi-tour ? Le voilà bloqué à mi-chemin ! Ce n'était que quelques pas mais c'était déjà trop. Trop tard de toutes les façons, Homer l'avait déjà bien entamé. Il se retourna vers la muse, furieux.

- Vous acceptez de nous aider ?!

Dit-il sèchement en se préparant à emboîter le pas, si jamais elle venait à détaler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t550-nikolas-termineeee

Un ticket pour l'au-delà. [PV Uranie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ticket pour pose de MS
» Comment faire un ticket pour poser des MS ?
» ticket du train, destination doublonville
» Capturer tous les pokémon légendaires.
» Un ticket pour Pétaouchnok, please.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: La Terre :: Les prairies-