N'oubliez pas de consulter le dernier post admin de Songe ! :D Au programme : des zombies coursent des jeunes filles sans défense. Euh, je veux dire, VOUS coursez des jeunes filles sans défense.

Partagez| .

C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Localisation : Sparte, dans les quartiers pauvres
Occupation : Râler, c'est ce qu'il fait le plus souvent
Humeur : Acariatre
Date d'inscription : 31/07/2015
Messages : 224

MessageSujet: C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros] Dim 2 Aoû 2015 - 17:05

L'histoire commence dans une auberge parmi les auberges de Sparte. À l'image des quartiers qui l'entouraient, elle était modeste pour ne pas dire affreusement usée, poussiéreuse et mal meublée. Il était bien sûr inutile de se poser la question, la nourriture et la boisson servies ici ne relevaient guère le niveau. C'était très différent de ce à quoi Nikolas était habitué autrefois. Certes, la sobriété avait toujours été de mise, on mangeait peu mais, on mangeait bien. Ici, c'était presque pareil car on mangeait peu mais, on mangeait mal !

Qu'importe, les deux hoplites n'étaient pas venus ici pour se remplir la panse mais plutôt pour rencontrer leur chasseur de tête favoris. Un homme issu des classes populaires, lui aussi, assez discret et à l'histoire pour le moins sombre et mystérieuse. Mais qu'importe encore une fois, ce qui les intéressaient, c'était le travail qu'il avait à leur donner, et du travail, il en avait ce jour-là ! Ils étaient donc assis à une table au coin de l'auberge, quelque peu en retrait, et discutaient à voix basse.

- Je suppose que je n'ai pas besoin de vous raconter l'histoire de la terrifiante méduse, tout le monde la connait déjà. Par contre, est-ce que vous avez déjà entendu parler de sa soeur ?
- Euryale et Sthéno ?
- Non. Enfin si, ce sont ses soeurs ça mais, moi je vous parle de sa demie-soeur ! Elle s'appelle Agape.
- Jamais entendu parler. Depuis quand existe-il quatre gorgones ?
- Ah bah ... tu sais ... Poséidon ... c'est un grand charmeur.
- Ouais enfin s'il s'amuse à emmener toutes les belles femmes de Grèce dans le temple d'Athéna juste pour être certain qu'elle va se fâcher et se venger sur la mortelle plutôt que sur lui ... C'est que c'est surtout une belle ordure entre nous.
- Chuuuut ! Pas si fort ! Tu veux qu'il t'entende ou quoi ?! T'es malade de parler des divins comme ça !
- Ouais bah en attendant, Arès, il est pas venu nous aider, hein ! Alors quand il faut se la péter devant nous et réclamer notre adoration, il y a du monde mais, quand faut honorer sa part du contrat, il n'y a plus personne !
- Oui mais Arès c'est pas Poséidon !


S'exclama l'homme brusquement. La foule présente dans l'auberge se retourna vers eux, ils avaient parlé un peu trop fort. Il y eu un moment de silence. Homer se mit alors à grogner, leur intimant de regarder ailleurs puisqu'il n'y avait rien à voir. Cela fonctionna, grâce à sa voix d'ours, puis chacun retourna à ses occupations et discussions respectives.

- Donc Agape, c'est une petite méduse, elle est pas aussi dangereuse que sa demie-soeur pour la simple et bonne raison qu'elle ... n'est absolument pas méchante.
- ... Hein ?
- Ah oui oui, autant la méduse a décidé de se venger sur les mortels pour leur faire payer quelque chose dont ils ne sont pas responsables, autant Agape, elle, elle a gardé la tête froide et elle est partie s'exiler quelque part pour éviter d'avoir à changer les gens en pierre. Elle est sympathique cette femme.
- Non mais ... euh ... mais tu veux qu'on fasse quoi au juste ?
- Bah aller la tuer ?
- Mais pourquoi est-ce qu'on irait la tuer si elle ne fait de mal à personne ?
- Bah ouais la pauvre fille, déjà qu'elle a vraiment pas eu de chance ... elle baisable au moins ?
- Bah si tu ne tiens pas compte des serpents sur la tête, des ailes d'Or, de la queue de serpent et des mains d’Airain ... Ouais, ça va, c'est potable. Non et puis il parait qu'elle a une forte poitrine aussi, et comme les méduses ça ne s'habille pas, je vous laisse imaginer la vue.

- Ho ho, moi je pars tout de suite ! C'est où qu'on signe ?
- Non mais non, on signe que dalle ! Je ne vais pas aller tuer une pauvre créature qui subit déjà la tourmente !

Leur interlocuteur se crispa un peu. Il but une gorgée de son verre puis se redressa sur sa chaise. Il posa ses coudes sur les tables et s'approcha un peu plus d'eux, prenant le ton de la confidence.

- En fait, il ne faut pas vraiment la tuer, ce sont ses ailes d'Or et ses mains d'Airain qui intéressent notre client. Mais vous vous doutez bien qu'elle n'acceptera jamais de vous les donner comme ça.
- Ah parce qu'il faut la mutiler en plus ?
- Bah ... oui ? Je ne vois pas ce qu'il y a d'infaisable.
- Il y a que ce n'est pas acceptable comme traitement. Je refuse.
- Roh mais ça va hé ! Elle est déjà foutue sa vie ! A la limite, vous lui rendrez service en la tuant !

- Il a pas tord.
- Non c'est non ! Va trouver quelqu'un d'autre.

Dit alors Nikolas en se relevant. Il s'apprêtait à partir, retardé par Homer qui ne comprenait pas pourquoi il fallait se priver d'une telle aubaine, quand le chasseur de tête lui annonça une nouvelle qui changea radicalement la donne.

- Le client est prêt à payer 100 statères d'Or pour vos services. Soit l'équivalent de 2000 drachmes, si vous ne savez pas compter.

2000 drachmes, c'était à peu près l'équivalent de deux années de salaire pour un ouvrier de base. La somme semblait énorme mais, comparée aux 50 000 statères d'Or qu'ils devaient réunir, c'était très peu. Enfin, ils n'allaient quand même pas cracher dans la soupe. Nikolas se rassit.

- Hum ... Bon je ne cautionne toujours pas mais, il faut bien vivre ! Et puis c'est pas totalement faux, ça lui rendra service, c'est pas une vie ça.
- Aaah, là tu me plais.

Il sortit alors une sorte de tablette de cire ainsi qu'un stylet en bois. Il la posa sur la table et, leur tendant l'outil, leur demanda de signer tout en bas de la tablette. Seulement, seul Nikolas signa, ce qui étonna son interlocuteur.

- Et pas lui ?
- Non. Je ne le laisse plus signer.
- Bah pourquoi ?
- La dernière fois qu'il a signé, il a dessiné une appareil génital masculin. Autre chose ?
- Non non ...


Il récupéra la tablette et referma l'écrin de bois. Désormais, le contrat était conclu. Il pouvait maintenant leur donner les indications nécessaires.

- Agape vit dans les Cyclades, sur l'île la plus au nord. Elle a élu domicile dans une caverne qui s'enfoncent sous la terre, l'entrée se trouvant quelque part sur les côtes accidentées. Si j'étais vous, je m'équiperai correctement. Certes elle n'est pas méchante mais elle n'est pas habituée à recevoir de la visite et elle possède malgré tout ses attributs de méduse. Un simple regard curieux et ou maladroit de sa part et vous êtes bon pour lui tenir compagnie pour l'éternité. Bandez-vous les yeux, ça ne vous coutera rien ! Par ailleurs, évitez aussi de vous faire mordre par ses serpents, leur venin est mortel.
- D'accord. Quelle taille fait-elle ?
- Oh bah c'était une humaine avant, hein. A ce que j'ai entendu, elle n'est pas très grande. Elle fait à peu près ... deux fois sa taille. C'est pas grand chose.


Dit-il en indiquant Homer. Pas grand chose ?! Plus de quatre mètres, ce n'était pas grand chose ? Cet homme savait-il compter ?

- ... Et en largeur ?

Reprit Nikolas stupéfait par ce qu'il venait d'entendre. La réponse qu'il allait recevoir était bien loin de le rassurer.

- Oh bah si elle tend les bras, elle doit bien faire la même envergure.
- T'es sûr qu'elle est sympa ta méduse, c'est pas du flan ?
- Mais oui je t'assure ! Comment crois-tu que je connaisse tout cela ? Plusieurs témoins sont revenus vivants. Bon, ils étaient pas nombreux mais ils sont revenus vivants quand même.
- ... Ca se tient, ça se tient.
- Sur ce bonne chance ! Vous avez un mois.


Il finit son verre d'une seule traite, s'essuyant la bouche avec son manche, puis se releva. Il remit sa cape, puis quitta alors l'auberge non sans balancer quelques regards accusateurs aux autres clients présents ici et qui avaient tournés les yeux vers lui. Quelle paranoïa ! Les deux hoplites étaient sonnés.

- Quatre mètres ...
- Ouais ... Imagine un peu la taille du balcon ...

Visiblement, ils n'avaient pas le même centre de préoccupation. Nikolas se ressaisit bien vite, cela dit. Il réveilla aussi son compagnon, en le secouant, puis quitta à son tour l'auberge. Il fallait prendre la mer maintenant !


Dernière édition par Nikolas le Dim 16 Aoû 2015 - 21:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t550-nikolas-termineeee
Modérateur
avatar
Localisation : Gambade par la campagne, ou dans son sanctuaire privé
Occupation : Répandre l'amour sous outes ses formes
Date d'inscription : 20/04/2015
Messages : 122

MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros] Dim 2 Aoû 2015 - 19:57

Beaucoup considèrent trop souvent les spartiates comme de gros tas de muscles sans cervelle qui se contentent de vénérer le plus martial des dieux. Ce qui est faux, du moins en partie, et cela Éros avait pu le constater bien simplement. Son culte était très répandu et populaire dans la cité. Peut être, d’une part, de part son statue de dieu primordial, et peut-être d’autre part, dans le soin méticuleux que les spartiates prenaient à se reproduire (et le moindre intérêt qu’ils avaient en cela pour certaines déesses de la fertilité).
Le Protogonos prenait donc plaisir, au sein de ses pérégrinations, à passer dans la cité. Incognito, bien évidement : pour lui qui était tout le temps partout, faire acte de présence physique avait peu d’intérêt. Tantôt aussi vaporeux que l’air, à regarder cette cité forte, et tantôt sous les traits d’un banal habitant des environs. S’il faisait parfois un petit détours par le temple très simple qui lui avait été érigé il y a bien longtemps, il y avait beaucoup plus d’intérêt à se mêler à la population. Toute la populace, cela va sans dire : il n’y a pas que dans les palais qu’il y a de l’amour à répandre, bien au contraire : les petites gens sont bien souvent les plus intéressants.
L’auberge était miteuse, le quartier mal famé, et l’endroit décrépit. Cela ne l’empêchait pas, ce soir là, d’avoir élu domicile dans le coin. Après avoir inspiré quelques prostituées d’une maison de passe qui opérait non loin, le dieu fit halte dans l’établissement de restauration qui rassemblait les gens du coin. Sous les traits d’un jeune mortel blond, simple, et charmant, avec une carrure fluette, bien loin de son apparence divine qui exsudait le désir, il était drapé d’une petite tunique simple et rouge, qui laissait son torse visible, et d’un lien de front comme il se faisait couramment. Ses pieds, eux, restaient nus. Cette apparence commune jurait avec l’endroit essentiellement par la propreté du dieu, qui contrastait avec la quasi-totalité des éléments que l’on pouvait trouver dans l’auberge, tenancier et clients compris.

L’intérêt principal d’être un dieu est d’avoir un instinct infaillible pour se trouver là où il faut, quand il faut. Ou là où il ne faut pas, selon les points de vue. Bien qu’à quelques tables des trois hommes qui discutaient de leurs projets d’expédition, il entendit distinctement tout ce qui fut dit. Ils n’étaient de toute façon guère discrets. Surtout l’un deux. S’en aller dépouiller une méduse : en voilà une quête héroïque ! Peut on réussit à s’en sortir vivants. Éros ne pouvait qu’intérieurement féliciter les deux compadres pour une telle preuve de courage (et de cupidité).
Le nom de leur future victime, en revanche, ne lui échappa pas. Ce n’est pas pour rien qu’elle était appelé Agape, « l’amour inconditionnel ». Malgré la solitude que sa nature lui imposait, elle faisait partie de prêcheuses du dieu de l’amour, et c’est ce qui lui avait valu d’être connue comme une des gorgones les plus sympathiques qui puissent être. Enfin autant que faire se peut.

Il ne fallait guère plus pour qu’éros se mette en tête de se mêler de cette histoire, quel qu’en soit débouchés.
Alors que le commanditaire sortait dans un effet de cape d’un style tout dramatique, le jeune homme observa les regards méfiants des clients de l’auberge. Les deux guerriers s’apprêtaient à sortir pour se préparer très certainement à leur aventure. Éros les rattrapa, les interpellant afin d’obtenir leur attention.

- Hé ! Vous, là …

Une fois devenu l’objet de l’attention des deux hommes, il vint se camper devant eux, plongeant son regard dans leurs yeux.

- Alors comme ça vous partez en expédition dans les Cyclades ? J’en suis ! Vous ne seriez pas trop de trois pour arriver à votre objectif, non ? Vous êtes grands et forts, mais vous n’avez que quatre mains, pour attraper votre méduse !

Il regardait, avec un aplomb insolent, et un sourire sympathique sur le visage, les deux soldats.

- Mon nom c’est Nébros. On part quand ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t515-eros-fiche-terminee
avatar
Localisation : Sparte, dans les quartiers pauvres
Occupation : Râler, c'est ce qu'il fait le plus souvent
Humeur : Acariatre
Date d'inscription : 31/07/2015
Messages : 224

MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros] Dim 2 Aoû 2015 - 21:16

Qui aurait prêté attention à ce jeune homme bien peu ordinaire qui venait de rentrer dans l'auberge ? Tout le monde ! Tout le monde sauf les deux mercenaires, qui étaient à cet instant absorbés par leurs pensées. Fort heureusement, le nouvel arrivant, qui visiblement avait les oreilles tendues, s'affaira à leur signaler sa présence en les interpellant lorsque ceux-ci voulurent quitter l'établissement. S'ils s'arrêtèrent pour l'écouter, ce ne fut qu'à moitié car, il fallait vraiment le reconnaître, ce "Nébros" n'avait rien d'un gars du quartier.

Tout propre, tout beau, tout pouponné, habillé de tunique rouge laissant apparaître son torse ... plat. Arès qu'il était plat ! On ne pouvait pas lui en vouloir, cet homme semblait frêle dans sa constitution. Mais quand même, un peu d'exercice enfin ! C'était surtout ça qui préoccupait Nikolas à cet instant là, lui qui mettait dans de coeur à l'entretien quotidien de son physique.

- C'est qui cette petite frappe ?

Formula alors gracieusement Homer, lui aussi très étonné par l'apparence propre et immaculée de ce jeune homme sorti de nulle part et qui voulait alors se joindre à eux dans leur aventure sans même avoir les prérequis nécessaires, comme un peu de muscle par exemple ! Bon, il était beau à regarder, c'était bien vrai. Peut-être même un peu trop. Nikolas toussota.

- C'est que ... on ne te connait pas, déjà, et que ensuite, on ne va pas faire une promenade de santé, on va tuer une gorgone. C'est une créature puissante et particulièrement dangereuse et je doute vu ton inexpérience criante que tu seras un atout dans notre quête. Alors, comprend moi si je ...
- Attend attend, juge pas aux apparences ! Moi avant, j'avais un copain qui était comme lui. Un jour il s'est retrouvé face à des voyous du quartier. Eh bah je peux te dire que j'ai pas réussi à l'attraper ! Il allait trop vite et en plus il se faufilait partout.
- C'était ton copain et t'es venu le racketter avec tes potes ?
- Bah oui pourquoi ?
- Oh non, non ! Pour rien surtout ! Je ne veux pas savoir !

- Mais tu veux pas savoir quoi ? J'ai encore rien dit.

Nikolas lâcha un soupire. Ce qui disait Homer n'était cependant pas insensé. S'il était mince, c'est qu'il était rapide et agile. Cet homme ne donnait pas l'air d'être malade mais, plutôt, en excellente santé. Dans la mesure où Agape n'était pas censée vouloir les tuer, bien que cela restait à confirmer, il pourrait avoir une certaine utilité de part sa belle apparence. Peut-être arriverait-il à détourner l'attention de la gorgone suffisamment pour qu'ils puissent la prendre par surprise et la tuer d'autant plus facilement ? Et puis il n'avait pas l'air stupide non plus, peut-être en savait-il davantage qu'eux à son sujet. Nikolas le regarda longuement de haut en bas, quelque peu préoccupé.

- Tu n'as pas tord en fin de compte, tu auras certainement ta part d'utilité dans cette expédition. Tu dois simplement savoir, et je suppose que tu t'en doutes, que même si je ferais de mon mieux pour qu'il ne t'arrive rien, je ne peux pas garantir ton retour. Pour le reste ... On part demain, le temps pour nous de réunir quelques affaires. On se retrouvera près des côtes, au port de pêche, vers le milieu de la journée. Tient, si tu pouvais même aller trouver une embarcation entre temps, ça serait formidable !

Homer lui donna alors une tape amicale sur l'épaule, tape qui était loin d'être une caresse vu sa force, puis lui fit une grimace qui se voulait normalement toute aussi amicale même si exagérée au possible.

- On compte sur toi, petit gars.

Dit-il en rigolant peu mais grassement. Finalement, les deux hommes tournèrent les talons et quittèrent l'auberge. Etrange personnage que voilà, tout aussi soudain que charismatique. Peut-être auraient-ils du se méfier de lui ? Il leur avait inspiré confiance sans trop savoir pourquoi, ni comment. Nikolas le savait, il fallait toujours se fier à son instinct et son instinct ne le mettait pas en garde même s'il lui recommandait d'être prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t550-nikolas-termineeee
Modérateur
avatar
Localisation : Gambade par la campagne, ou dans son sanctuaire privé
Occupation : Répandre l'amour sous outes ses formes
Date d'inscription : 20/04/2015
Messages : 122

MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros] Mar 4 Aoû 2015 - 13:04

La méfiance des deux hommes était parfaitement compréhensible. « Nébros » était un parfait inconnu, et ne présentait pas comme les nombreux et fiers soldats de sparte. C’était pour cette raison qu’il s’était montré aussi direct, aussi volontaire, dans sa proposition de les accompagner. Ce qui, manifestement, allié à une apparence affable et cette aura qui l’enveloppait, su les mettre en confiance.
L’échange entre les deux guerriers était on ne peut plus amusant, pour un dieu mutin comme Éros, et il apprenait déjà à les apprécier : d’un part, l’aplomb et le sérieux de Nikolas, qui s’avérait on ne peut plus séduisant, ainsi que manifestement intelligent. Et d’autre part, la bonhommie d’Homer, avec cette stature de sympathique géant, et son rire un peu gras. Il en venait, à ce dieu, des idées et des projets pour ces deux hommes !

Un sourire en coin en suivant leur échange, Nébros fut tout de même déstabilisé par cette puissante tape sur l’épaule, qui manqua de le faire trébucher comme si une bourrasque c’était abattue sur lui. Le grand gaillard ne manquait pas de forces, c’est sur !

- Vous ne le regretterez pas.

Opinant aux recommandations qu’on lui fit, il salua les deux hommes qui étaient désormais ses compagnons de route, et, avec un sourire radieux, finit par détaler, disparaissant au coin de la rue.

- On se retrouve au port !

Le lendemain, à l’heure prévue, Nébros était au rendez-vous : assis en tailleurs sur un ponton, dans sa tenue toujours très simple, il sifflotait sous les rayons du soleil. Un bateau flottait, amarré tout près de lui : pas bien grand, et assez humble, avec une petite voile ocre, mais suffisant pour une traversée de ce type. Il était facile à manœuvrer, même à deux seulement. A l’avant, le jeune homme avait déjà déposé son baluchon, un petit sac de toile verte qui, vu sa taille, ne devait pas contenir grand-chose.
Éros avait invoqué, plus tôt, le divin Zéphyr, dieu du chaud vent d’ouest, et de longue date un compagnon d’aventure, qui avait accepté de souffler doucement pour les guider dans la bonne direction, comme il avait déjà fait à plusieurs reprises pour aider le dieu de l’amour, par exemple quand ce dernier avait guidé Psyché, son amour, jusqu’en son palais.

Voyant les deux guerriers arriver, Nébros les accueillit avec un grand signe de la main.

- Bonjour compagnons ! Êtes-vous prêts à appareiller ? Voici notre navire !

Il montra la frêle embarcation à coté de lui, avec une pointe de fierté.

- Je l’ai eu pour une bouchée de pain ! Figurez vous que son ancien propriétaire, un pauvre pécheur des environs, à subitement trouvé l’amour hier, avec une riche dame de sparte. Il compte se marier très rapidement, et n’avait plus l’utilité de son vieux bateau de pèche.

Il eut un sourire mutin, plutôt content de sa trouvaille, tandis qu’il sautait gracieusement dans le bateau, sans le faire tanguer d’un centimètre, et se calant sur la pointe, à l’avant, laissant les voiles et le gouvernail à ses deux ainés.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t515-eros-fiche-terminee
avatar
Localisation : Sparte, dans les quartiers pauvres
Occupation : Râler, c'est ce qu'il fait le plus souvent
Humeur : Acariatre
Date d'inscription : 31/07/2015
Messages : 224

MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros] Mer 5 Aoû 2015 - 17:45

De retour à leur modeste demeure, les deux hommes s'attelèrent à réunir le nécessaire pour le voyage. Nourriture ? Il ne fallait même pas y penser, ils n'en avaient que trop peu. En fait, un sac d'avoine et de l'eau étaient tout ce dont ils disposaient. Quand ils parlaient de nécessaire, en fait, ils parlaient surtout d'armement et de quoi prodiguer des premiers soins. En matière d'armement, il s'agissait de leurs attirails d'hoplites, et en matière de soins, des bandages et du gros sel.

Réunir si peu de choses ne leur prendrait pas beaucoup de temps, en revanche, accomplir le chemin à pied pour se rendre au lieu de rendez-vous, si. D'autant plus que le voyage tout entier allait être fatiguant et qu'ils avaient besoin de se reposer un peu avant de l'entamer. Un détour vers la couche ne fera donc de mal à personne ! Et quelle couche ... deux lits de camps. Ils pouvaient encore s'estimer heureux, certaines personnes ici n'avaient que de la paille en guise de lit.

Et puis ils feraient de beaux rêves dorés, les pensées tournées vers cette somme quand même forte qui leur avait été promise en échange du service rendu. Quoi que, pour Nikolas, les choses étaient un peu plus contrastées. Il angoissait déjà à l'idée d'avoir à tuer cette créature, du moins si elle était conforme à la description qu'en avait dressé le chasseur de tête. Quelque part, il espérait vraiment qu'elle soit fausse, au moins il aurait la conscience tranquille.

Ils ne tardèrent pas à trouver le sommeil après un moment à rêvasser en silence. Le lendemain, ils se levèrent très tôt et ne perdirent pas une seule minute. Ils firent leurs bagages, en quelque sorte, puis prirent le chemin des côtes, en direction du port de pêche plus exactement. Comme à chaque matin, Nikolas ne voulait rien entendre et ce fut donc tout naturellement qu'il rembarra Homer quand ce dernier voulut entamer la discussion, qui plus est pour lui raconter son drôle de rêve.

- Pourquoi tu veux jamais m'écouter ?!
- Parce que quand tu parles, c'est que pour raconter des conneries.
- Non, c'est pas vrai ! Je peux très bien dire des choses intelligentes aussi.
- Eh bien vas-y, je t'en prie. Dit quelque chose d'intelligent.
- Baaah ... On a oublié le sac d'avoine.
- Tient pour une fois ... Hein ?! Mais pourquoi tu ne l'as pas dit plus tôt ?
- Parce que tu voulais pas m'écouter !
- En plus c'était à toi de t'en occuper, gros lard !
- Ah non ! Toi tu m'as dit : Oublie pas le sac d'avoine. Tu ne m'as pas dit : Prend le sac d'avoine. Et là maintenant que je te le rappelle, t'es pas content. Alors quand je t'écoute pas, tu râles et quand je t'écoute, tu râles aussi ! T'as tes règles tous les jours ou quoi ?!


Nikolas le fusilla du regard, tout en s'arrêtant de marcher. Homer se mit alors à trembler légèrement, chercher un endroit où poser le regard.

- Oui bon, j'ai peut-être trop prit ta consigne au pied de la lettre ... Qu'est-ce qu'on fait du coup ?
- Tu retourne le chercher, je t'attends ici.

Répondit-il sèchement. Homer s'exécuta et Nikolas posa son propre baluchon sur le sol, avant de s'asseoir dessus. Décidément ... Il fallut donc compter deux bonnes heures de retard pour arriver au lieu de rendez-vous, sans parler de la pelote de nerfs qui s'étaient formée dans la tête de l'hoplite. Au moins, Nébros avait été efficace. Non seulement il était à l'heure mais en plus, il avait trouvé une embarcation raisonnable. Voilà qui calma un peu Nikolas.

Le jeune homme les accueillit d'un large geste de main, chose que les deux hoplites lui rendirent plus ou moins. Bien trop pour Homer, pas assez pour Nikolas. L'histoire qu'il leur raconta était franchement étonnante. Un pêcheur qui se serait marié à une riche dame de Sparte et qui aurait accepté de lui céder son embarcation pour presque rien. Nébros se serait quant à lui retrouvé au bon endroit au bon moment. Voilà qui laissa Istros sceptique, ne l'aurait-il pas plutôt volé ?

- Euh ...

Mais il n'eut guère le temps d'argumenter. Nébros avait des airs d'innocent et il était déjà monté dans l'embarcation. Et puis pourquoi cracher dans la soupe ? L'important était d'avoir un bateau valable, le reste n'importait guère ! Il monta après lui près de la voile, tout en le remerciant discrètement, puis installa les deux sacs à l'intérieur. Ils déposèrent aussi leurs armes, soigneusement emballés dans une peau de mouton, puis Homer s'assit près du gouvernail, faisant pencher l'embarcation vers l'arrière. Il fallait donc revoir l'organisation interne ! Nikolas s'en aller déposer les sacs un peu plus au fond du bateau, vers la pointe, confiant leur sauvegarde à Nébros. Il s'assit lui même un peu plus au loin mais, tout en restant près de la voile. Voilà qui atténua le déséquilibre.

Il leva le regard vers le ciel, il y avait un peu de vent et dans la bonne direction, quelle chance ! Il hissa alors la voile et cette dernière se gonfla bien vite, permettant à l'embarcation de prendre le large. Ceci fait, il se retourna vers leur compagnon.

- Dit moi Nébros, nous devons aller sur l'île la plus au nord des Cyclades et la navigation est loin d'être notre point fort. J'ai une idée approximative de où il faut aller mais je ne pense pas que ça suffira. Tu ne m'as pas l'air d'avoir peur de prendre la mer, j'en conclu donc que tu dois avoir une certaine expérience aussi. Une idée de comment nous diriger avec précision ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t550-nikolas-termineeee
Modérateur
avatar
Localisation : Gambade par la campagne, ou dans son sanctuaire privé
Occupation : Répandre l'amour sous outes ses formes
Date d'inscription : 20/04/2015
Messages : 122

MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros] Ven 14 Aoû 2015 - 22:59

Une fois les cordes des amarres détachées du ponton, et la voile déployée, ils ne tardèrent guère à prendre le large, s’éloignant rapidement du port et de la côte. A genou sur le bois, face à la mer, Nébros profitait pleinement du vent marin qui glissait sur sa peau, fermant régulièrement les yeux, un sourire de délice ne quittant pas son visage. Il semblait nettement plus s’amuser qu’autre chose, dans cette expédition.
Ce qui était le cas : Eros n’avait guère l’occasion d’être sur un bateau, ce qu’il trouvait très distrayant. Il ne manquait pas d’occasions de voyager, que ce soit avec ces ailes, ou par une simple pensée. Et s’il s’aventurait en mer, c’était plus souvent pour rencontrer les créatures qui en peuplaient les profondeurs, que la surface finalement assez vide.

La question de Nikolas le tira de ses songes. Se retournant, en s’installant confortablement dans la proue du bateau, il regarda son interlocuteur, et pencha un peu la tête sur le coté afin que l’imposant Homer ne bouche pas trop la vue.

- Je sais me repérer facilement : Grâce à la course d’Hélios le jour, et de Séléné la nuit. Je me dirige avec la carte que nous donne le ciel : je connais bien les étoiles, et ceux qui s’y trouvent.

Il avait connu le ciel quand il était vide et noir. Il l’avait également connu quand il ne faisait qu’un avec la terre. Il avait connu l’ascension de chaque étoile, de chaque être qui avait finit par être immortalisé au sein du giron céleste, par les constellations que les marins avisés utilisaient désormais pour se repérer.

- Afin de nous rendre dans les Cyclades, il nous faut nous diriger vers la gauche de l’antre d’Hélios. Et afin d’arriver à bon port, il faudra être sous le Ladon, le dragon gardien.

Face à l’air hagard d’Homer qui ne semblait pas connaître ce dont Nébros parlait, ce dernier approfondit quelque peut de qui il parlait.

- Ladon est un dragon, un dragon à cent têtes, aux écailles d’or et de vermeilles, fruit des entrailles de la divine Echidna, comme ses frères Cerbère et le Sphynx. Savant, chacune de ses gueules savait parler une langue différente. Héra lui avait donné pour mission de garder le jardin des Hespérides, afin d’empêcher les mortels tout comme les dieux d’abuser des pommes que l’on y trouvait. Beaucoup tentèrent de l’affronter pour lui ravir ses fruits merveilleux, mais la plupart s’y cassèrent les dents.

Il eut un petit rire mutin, en se souvenant de comment, à une période reculée, il s’était lui-même fait surprendre comme un débutant, alors qu’il venait prendre une pomme pour l’une de ses protégées, et comment le dragon l’avait envoyé valdingué dans les eaux tumultueuses, au point d’avoir du en être secouru.

- C’est le puissant Héraclès qui, au court de ses exploits, dut vaincre le grand dragon. En récompense de ses services, les dieux l’élevèrent sur la voute céleste, afin qu’il puisse continuer à dormir en paix.

Les cheveux ondulant doucement dans le vent, le jeune homme observait les deux guerriers de son regard clair et fixe.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t515-eros-fiche-terminee
avatar
Localisation : Sparte, dans les quartiers pauvres
Occupation : Râler, c'est ce qu'il fait le plus souvent
Humeur : Acariatre
Date d'inscription : 31/07/2015
Messages : 224

MessageSujet: Re: C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros] Dim 16 Aoû 2015 - 21:47

Visiblement, le jeune homme prenait plaisir à voguer. Peut-être était-ce une passion ? C'était bien innocent comparé à d'autres passions encore, même si c'était bien la première fois que Nikolas voyait un homme aussi jeune apprécier les joies d'un voyage en mer. D'ordinaire, les gens avaient peur ou, dans le meilleur des cas, s'en fichaient royalement. Mais pas lui ! C'était intéressant mais, ce n'était pas le plus remarquable encore. Non, le plus remarquable, c'était l'étalage de connaissances que Nébros leur présenta suite à la question de l'hoplite. Les deux hommes eurent beaucoup de mal à le suivre.

Hélios, Séléné, l'antre de Ladon ? Un dragon ? Et puis qu'est-ce que c'était que cette histoire de carte dans les cieux ? Lorsqu'il en avait parlé, les deux hoplites avaient levé les yeux vers le ciel, à la recherche d'une "carte" sans rien y apercevoir cela dit. Quant à la légende des pommes du jardin des Hespérides, ils ne l'avaient jamais entendue ainsi. Dans les récits aussi divers que variés, Héraclès s'était rendu dans l'extrême occident pour demander des informations à Atlas, seul capable de l'aider dans sa quête. Ce dernier lui aurait proposé de tenir le monde pendant qu'il s'en aller chercher les pommes d'Or. Ou alors on leur avait menti ? Encore des histoires à la grec ...

Mais quoi qu'il en soit, ce Nébros semblait très cultivé. Entre ses connaissances et ses talents de marin, il ne pouvait être que le fils d'un noble. La question était maintenant de savoir ce que le fils d'un noble faisait dans une auberge populaire, d'autant plus qu'il était venu pour s'aventurer avec eux. Peut-être fallait-il être méfiant ? Mais Nikolas avait beau le regarder, il ne lui inspirait pas la crainte. C'était très étrange comme sentiment.

- Mais euh ... Les pommes d'Or là, s'il n'y a plus de dragon, on peut aller en chercher, en théorie ?

Posa alors Homer, à mi-chemin entre l'ignorance et l'innocence. Ce qu'il disait n'était pas complètement stupide dans le mesure où, si le dragon n'était plus là, il n'y avait plus personne pour monter la garde. Et si le dragon avait été mis là pour empêcher les mortels d'en abuser, c'est qu'autrefois, ils y avaient accès.

- En théorie oui. Nikolas était pensif. Des pommes d'Or, ça devait valoir énormément d'argent ça. Il tourna le regard vers Nébros. Tu as l'air d'en savoir beaucoup. En tous cas, beaucoup plus que le commun des mortels. Que sais-tu d'autre au sujet de ce jardin ? Peut-être sais-tu comment y aller ? Peut-être même y es-tu déjà allé ?

Un personnage qui devenait vraiment très intéressant. Istros était bien curieux de connaitre son histoire, quelque chose lui disait qu'il ne serait pas déçu s'il le faisait parler. De toutes les façons, il fallait bien s'occuper pendant le voyage alors pourquoi ne pas faire la causette ? Et puis les conditions climatiques étaient idéales, il n'y avait pas de raison de se focaliser sur la mer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t550-nikolas-termineeee

C'est l'histoire d'une méduse pas comme les autres ... [PV : Eros]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [HISTOIRE] Histoire d'une fée... Pas comme les autres
» Matt O'Takim - L'histoire d'un ado (presque) comme les autres...
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: La Terre :: Sparte-