N'oubliez pas de consulter le dernier post admin de Songe ! :D Au programme : des zombies coursent des jeunes filles sans défense. Euh, je veux dire, VOUS coursez des jeunes filles sans défense.

Partagez| .

Qui veut taper des bandits ? [PV Arthémon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Adminventeur
Adminventeur
avatar
Localisation : Athènes
Occupation : Inventer des choses
Date d'inscription : 25/02/2013
Messages : 450

MessageSujet: Qui veut taper des bandits ? [PV Arthémon] Ven 24 Juil 2015 - 0:17

Ca y est, il les avait enfin ! Ces pierres qu'il attendait depuis tant de semaines, il les tenait, là, dans sa main. La frustration de s'être levé plus tôt qu'à l'accoutumé avait rapidement cédé sa place à l'excitation, celle semblable aux enfants lorsqu'ils reçoivent un nouveau jouet. Le messagers avait frappé à la porte de bonne heure, lui avait juste tendu une petite bourse contenant des pierreries rares, mais nullement précieuses. Une simple roche que l'on trouvait uniquement dans les carrières d'Asie mineure, autant dire que son acquisition était plus qu'inespérée. Icare avait lu plusieurs ouvrages concernant les dons potentiels de cette pierre et souhaitait vérifier quelques hypothèses par lui-même.

Ainsi, il avait sans plus tardé pris le chemin de la forêt pour s’adonner à ces quelques "expériences", loin des regards indiscrets ou tout simplement des perturbateurs. En cette heure matinale, alors que le char solaire entamait seulement sa course à l'horizon, le jeune homme quitta Athènes par la route principale pour s'engouffrer encore, toujours plus loin dans la forêt, sans pour autant s'éloigner du chemin tracé par le va et vient habitue des chariots durant la journée. Muni d'un carnet de note et de quoi écrire, ainsi que la bourse si précieuse, le garçon marchait sans même réfléchir à sa destination, allait où ses pas le menait, son esprit étant plus occupé à passer en revues ses connaissances en matière de minéraux. Après de longues minutes de silence, bercé par le chant enjoué des oiseaux, des bruits de galop se firent entendre.

L'inventeur releva la tête, scruta l'horizon avec curiosité avant qu'apparaisse dans son champs de vision deux cavaliers et leurs montures, jaillir des buissons. Le garçon s'arrêta en soupirant, s'écarta pour laisser passer ces hommes si pressés. Mais à sa grande surprise, ceux-ci s'arrêtèrent à sa hauteur.

- Athènes est de ce côté, annonça simplement Icare en désignant le chemin qu'il venait de parcourir.

Il pris le temps de toiser les deux inconnus : l'un possédait un semblant d'armure en cuir alors que son compagnon, moins protégé, se tenait le côté, comme pour soulager sa douleur suite à ne blessure. En guise de réponse, le valide (et celui qui se tenait le plus près de l'inventeur) dégaina son épée courte pour la pointer sur le torse de jeune homme.

- On ne veut pas la direction, ta bourse fera l'affaire. Alors donne.

N'importe quelle personne désireuse de vivre le lui aurait donné. Icare ne faisait pas parti de ces personnes. Il avait beau leur répéter qu'il ne possédait pas d'argent sur lui, ses explications ne faisaient qu'énerver davantage son opposant. Aussi buté qu'il était, jamais Icare n'accepterait de se séparer de ces pierres. Il imaginait déjà la scène : lui, lui donnant sa bourse que le voleur jetterait dès qu'il se serait aperçu qu'elle ne contenait que de vulgaires cailloux, puis pointant son arme avec plus d'insistance pour avoir de l'or. Alors, le jeune homme tenta un coup de bluff :

- Je suis un proche de la princesse. Si vous me détrousse, vous aurez la garde de la ville à vos trousse. Passez votre chemin et je ne dirai mot de cette aventure à quiconque.

- Ou alors on t'tue, comme ça on est sûr qu'tu diras rien, intervint le blessé.

Icare et ses talents d'acteur ... Il aurait du emporter une arme, ne serait-ce que pour dissuader les voleurs de grands chemins de cette espèce. Il avait pourtant déjà failli être tué de la même manière quelques mois plus tôt, et il n'était parvenu à s'en sortir que grâce à l'intervention des dieux. Icare commençait à paniquer, vraiment, et il ne voyait aucun moyen de s'en sortir. Il tenta bien de reculer mais le cavalier s'avançait à chaque nouveau pas qu'il faisait, appuyant toujours plus son épée sur la poitrine de l'athénien. Pour se rassurer, Icare attrapa une branche qui traînait à portée de main, comme si elle pouvait le protéger face à une épée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t480-icare-n-a-toujours-pas-cra
avatar
Localisation : Dans mon pantalon.
Date d'inscription : 10/07/2015
Messages : 44

MessageSujet: Re: Qui veut taper des bandits ? [PV Arthémon] Lun 27 Juil 2015 - 1:35

Face au manège du jeune homme, l'inconnu éclata d'un rire gras:

-T'aurais mieux fait de tenir ta langue, dit-il, s’adressant à Icare. Apparemment, tu vaux beaucoup plus que le tas d'cailloux que tu trimballes. La rançon qu'on pourrait réclamer pour ta tête à la princesse suffirait à garantir nos vieux jours.
-Attends, objecta l'autre, l'entreprise est risquée, le tuer est de loin la meilleur option.
-Nom d'un chien, qui veut s'enrichir prends bien quelques risques! cria le valide.
-C'est à cause de ce genre de maximes que je suis en train de perdre la moitié de mon sang, on le tue un point c'est tout.
-Arrête de remettre en question toutes mes décisions, sans moi, c'est jusqu'à ta dernière goutte que t'aurais perdu !


Continuant à débattre du sort du malheureux jeune homme, leurs yeux toujours fixés sur celui-ci, ils ne remarquaient pas la forme longiligne tapie dans un buisson derrière eux.

La discussion des bandits laissait Arthémon indifférent. Il était plus préoccupé par le cheval duquel l'homme valide venait de descendre. SON cheval plus exactement. Une bête magnifique contrastant avec l'aspect vulgaire des deux pillards. Il se l'était bêtement fait dérober la veille tandis qu'il était assoupi, et depuis lors, il suivait la piste des deux hommes, ce qui l'avait mené jusqu'ici.
Il aurait été simple de récupérer discrètement la monture et se retirer sans plus de cérémonie, mais c'eut été sans prendre en compte le jeune homme menacé par les bandits. Ç’aurait été la plus infâme des choses de s'enfuir en le laissant en difficulté. En outre, la perspective d'un nouveau succès pour les pillards était tout sauf appelante.

Toutefois, une attaque frontale était inenvisageable. Ces hommes paraissaient redoutables, même avec un blessé, contrairement à leur victime qui semblait inoffensive. Non par couardise mais par pragmatisme, Arthémon entama un stratagème bien plus subtil.
Profitant de la querelle des bandits qui s'éternisait, il noua prestement une couverture autour de ses épaules, ébouriffa ses cheveux et étala un peu de terre sur son visage, se donnant une apparence étrange.
Il s'exclama, prenant une intonation cérémonieuse et importante:

- Malheureux! Vos cries d'impies vont éveiller la bête monstrueuse qui vit dans cette forêt, elle se repaîtra de vos âmes, ne laissant à vos veuves que vos os et vos tignasses ! Fuyez fils de Procustes !
Il accompagnait sa tirade de mouvements désarticulés.

Cet insolite spectacle avait pour but de retenir l'attention des bandits assez longtemps pour permettre au jeune garçon de profiter de la confusion pour fuir.
Tout en débitant sa ridicule tirade, le voyageur lança un regard entendu à celui-ci, dont s'étaient à présent détournés les bandits, espérant de tout son cœur qu'il saisisse l'occasion.

[C'est mon tout premier RP Smile J'espère que tu aimes.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t539-arthemon-ou-l-appel-de-l-e
Adminventeur
Adminventeur
avatar
Localisation : Athènes
Occupation : Inventer des choses
Date d'inscription : 25/02/2013
Messages : 450

MessageSujet: Re: Qui veut taper des bandits ? [PV Arthémon] Lun 27 Juil 2015 - 22:16

Le sang quitta subitement le visage de la victime lorsqu'il entendit la proposition, puis la discussion mouvementée qui suivit. La mort ou la rançon ? Autant choisir entre la peste et le choléra. A moins qu'il ne tente la fuite ? Ses deux adversaires semblaient pris dans leur conversation, mais pas asse pour détourner la lame du torse d'Icare, au bord de la panique. Pourtant, il lui faudrait rassembler tout son courage pour profiter de la situation. Ils se disputaient, voilà une chance à ne pas laisser passer. Il attendit patiemment le bon moment pour intervenir en priant les dieux afin qu'il soit toujours en vie après ses paroles, inspira une grande bouffée d'air puis ... Une autre voix se fit entendre non loin de là, précédent celle du jeune homme. Tous trois tournèrent leur regard en direction de la source du bruit, et l'inventeur aperçu du coin de l'oeil un être des plus étranges, couvert de terre et aux yeux fous. A vrai dire, pas tant que cela. Car si ses paroles lui permettait de l'identifier comme détraqué, les yeux qu'il posa sur Icare le perturbèrent quelques instants tant ils étaient suppliants. Une diversion ...

Il n'eut pas le temps de remercier les dieux avant de prendre ses jambes à son coup, prenant soin de s'éloigner un maximum des deux bandits qui avaient cessés leurs questions à l'intention de son sauveur pour lui ordonner de revenir, lui. Il ne s'arrêta pas, ne prit pas la peine de se retourner, conscient qu'on le suivait. A moins qu'ils n'aient retournés leur haine contre le fou ? Ils s'en soucierait après, quand il serait en sécurité, disparu aux yeux de ses agresseurs. Malgré la panique, il se devait d'analyser la situation : Icare n'était pas connu pour ses talents à la coure, mais possédait une certaine longueur d'avance par rapport à ses poursuivants; eux, en revanche, détenaient des chevaux et n'auraient aucun mal à le rattraper. Cependant, l'un d'eux était blessé et les cheveux ne sauraient galoper dans un lieu boisé comme celui-ci. Ce fut avec joie que le fuyard prit conscience qu'il avait l'avantage, et comptait bien s'en servir. De plus, il connaissait les lieux pour s'y être rendu maintes fois. Il lui suffirait de se cacher dans l'une des grottes ou cavité qui jonchait la forêt, ou tout simplement grimper dans un arbre en attendant qu'il ait semé ses poursuivants.

Derrière lui, il entendait le bruit des sabots d'un cheval au galop le suivre, se rapprocher alors qui lui faiblissait. Et quand Icare se disait que son coeur allait exploser sous l'impulsion de l'effort ou de l’angoisse, il se surprenait à faire une foulée de plus, puis encore une, et il tenait bon, il tenait à al vie. Soudain, le jeune homme s'arrêta, se plaqua contre un arbre à moitié couvert par les buissons et autres plantes, puis reprit son souffle en tendant l'oreille. Le cavalier se rapprochait, un seul cavalier. L'autre était blessé, bien évidemment qu'il ne le poursuivait pas, ou du moins, plus lentement, à moins qu'il ne soit resté auprès de l'inconnu.
Quand son poursuivant ne fut plus qu'à quelques pas, Icare s'immobilisa, retint son souffle, mais le cavalier continua, fonça tête baissée vers la forêt profonde en pestant la perte d'un tel otage, ou témoin. Qu'adviendrait-il de lui et son compagnon si le jeune homme les reconnaissait et les dénonçait aux gardes de la ville ? S'en serait fait d'eux. Longtemps encore, le garçon resta pétrifié sans oser respirer à nouveau, mais les bruits de course s'éloignaient et il dû bientôt se rendre à l'évidence qu'il était parvenu à survivre à ces brigands, mais uniquement grâce à l'intervention du "messager du monstre des bois". Plutôt malin, il devait le reconnaître. En sortant de sa cachette, il saisit un bâton qui lui semblait solide (du chêne devrait suffire, cet arbre avait un réputation de résistance) puis revint sur ses pas, silencieusement mais prêt à se défendre. Il devait retomber sur le chemin, revoir cet homme qui l'avait sauvé et lui exprimé sa gratitude... s'il pouvait encore l'entendre. Était-il seulement en vie ? Il l'espérait de tout coeur, il avait une dette envers lui.


[Hors RP : C'est super ^^ Et désolée pour le pavé, mais je voyais pas trop comment insérer des dialogues ...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t480-icare-n-a-toujours-pas-cra
avatar
Localisation : Dans mon pantalon.
Date d'inscription : 10/07/2015
Messages : 44

MessageSujet: Re: Qui veut taper des bandits ? [PV Arthémon] Mar 11 Aoû 2015 - 23:32

L’œillade du fou avait été correctement interprété. Le jeune garçon, qui courait à présent à toute jambes, avait visiblement en intelligence ce qu'il n'avait pas en férocité, à son plus grand bénéfice.
Arthémon continuait sa tirade espérant retenir l'attention des pillards assez longtemps pour permettre à leur victime de rejoindre la ville. Mais dans sa précipitation, ce dernier s'enfonçait plus profondément encore dans la forêt. Et pour ajouter au désastre, un des brigands, se rendant compte de l'absence d'Icare, jura, à l'intention du vieux fou:

-Bigre de bougre! Pendant qu'on écoute tes pantalonnades vieux débris, le gamin détale, et notre magot avec !
- Vous feriez mieux de l'imiter, fils de Procustes ! Ce jeune homme à voulu éviter la vicieuse créature en s'enfuyant, mais sot comme il est, il se dirige droit dans sa tanière, vers l'Est, répondit Arthémon d'un air savant, Ah, bien accablée seras sa veuve quand elle retrouveras ses restes ! Imitez-le, mais soyez plus rusés et partez vers la ville, là où la bête ne s'aventure jamais. Jamais !
-Mais tais-toi donc, répondit le brigand valide, la bête! La bête! La seule "bête" que j'vois est un vieux fou, qui à eu affaire avec Dionysos foutrement souvent !
Il interpella le blessé:
-Surveille-le moi, le temps que j'rattrappe l'autre blanc-bec. Il va voir celui-là, je vais m'faire une toge avec sa peau, et un collier avec ses dents. On va voir comment il peut courir sans ses jambes.
Sur ses charmantes paroles, le bandit enfourcha le cheval volé et s'en alla à la poursuite d'Icare.

Voilà qui était imprévu, constata  Arthémon avec morosité. Il avait sous-estimé les capacités cognitives de ses deux adversaires. Bien que le "blanc-bec" soit vif d'esprit, il n'était pas à l'abri de quelque malheureux coup du sort. Et le cheval d'Arthémon était encore en la possession d'un bandit malpropre. En somme, les choses étaient au beau fixe. Et dire que le voyageur avait joué cette improbable mascarade, pour n'arriver à aucun résultat. Il décida donc de s'y prendre légèrement différemment à présent. Son regard se portait sur le bandit blessé.

L'homme présentait un pitoyable spectacle. Lui qui s'était montrée si éloquent plus tôt lors du débat, s'était tut depuis l'apparition impromptue du vieux fou. Il semblait depuis lors se battre contre une forte douleur, causée par la plaie ouverte de son ventre, que trahissait ses gémissements. Mais surtout, ses yeux se fermaient par intermittence, ce qui offrit au voyageur une occasion de s'élancer, armé d'un couteau qu'il venait de sortir de son vêtement. Sa décision avait été vite prise, le caractère potentiellement homicide du pillard étant un élément déterminant de ce choix.

Mais tandis qu'Arthémon tranchait la chair dorsale du bandit, il prit brusquement conscience de l'ironie de la situation. Il s’apprêtait à tuer cet homme, qui s'était rendue coupable non pas de meurtre, mais de simple projet de meurtre. Volait-il pour nourrir sa mère malade ? Pour financer un foyer pour orphelin ? Finalement, je ne suis que l'instrument de la fatalité, qui s'abat sur cet homme, le privant simplement de quelques années d’existence conclut-il, minimisant l'impact de son geste.
Le brigand incapable de se défendre était à présent transpercé. Il réussit à articuler, d'un seul souffle:

-Je souhaite ardemment que la bête en vous ne dévore pas entièrement votre âme.

Ceci furent  ses derniers mots, et il s'éteint, fermant doucement les yeux, paisiblement.
Prestement, Arthémon poussa le corps inerte qui tomba à terre lourdement, et s'installa sur la selle encore chaude, arborant juste un sourcil arqué.

Aussi impraticable qu'était la forêt à cheval, le voyageur fit son chemin, suivant les fraîches trace de sabots laissées par le bandit. En effet, branches folâtres et racine abondantes ne cessaient de ralentir sa course, s'ajoutant à la vie animale grouillante de la forêt, qui, en ce matin de Mai, était très laborieuse à contourner.
Il aperçut soudainement le jeune homme, s’avançant vers lui. Seul. Qu'était- il advenu du second bandit ? Quel qu’en soit la cause, le jeune inconnu était visiblement sain et sauf, et paraissait extrêmement heureux. Le voyageur lui fit un petit signe de la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t539-arthemon-ou-l-appel-de-l-e
Adminventeur
Adminventeur
avatar
Localisation : Athènes
Occupation : Inventer des choses
Date d'inscription : 25/02/2013
Messages : 450

MessageSujet: Re: Qui veut taper des bandits ? [PV Arthémon] Sam 15 Aoû 2015 - 18:25

Le feuillage épais et la végétation luxuriante réduisait considérablement le champs de vision du garçon, mais il restait cependant attentif au moindre mouvement. Un bruit puis la vision d'un homme à cheval le fit s'immobiliser quelques instants, mais une étude plus approfondie du cavalier le rassura quant à son identité : son sauveur. Visiblement, il avait retrouvé et son cheval, et sa liberté. C'était bien. Il ne se posa même pas la question de ce qui était advenu de l'autre bandit qu'il se dirigeait déjà vers l'homme, tout sourire. Il répondit à son signe de main, aurait très bien pu le laisser partir et tous deux se seraient quitté ainsi, Icare avec sa reconnaissance, le "fou" avec la conscience tranquille. Mais l'inventeur ne choisissait jamais la solution la plus simple et continua de se diriger vers le  cavalier. Arrivé à sa hauteur, il le gratifia d'un large sourire et entrepris de le remercier :

- Merci pour votre aide, je vous doit la vie. Mais comment avez-vous échappé au second brigand ?

Il n'eut pas le temps d'entendre la réponse que des bruits de galop se firent entendre, un son qui provenait du plus profond de la forêt. Et puisqu'il se doutait qu'un simple voyageur passant de le coin ne se rende à destination à une si vive allure, Icare se prépara déjà à voir son poursuivant revenir à la charge pour l'achever. Simplement, la mise avait changé depuis la "prise d'otage" de tout à l'heure : ils se retrouvaient en nombre supérieur. A deux contre un, le voyou n'avait aucune chance. Du moins, en théorie. Car si son compagnon semblait pouvoir se débrouiller avec une arme comme en témoignait le couteau qu'il portait à sa ceinture, mais le jeune homme n'avait aucune notion en matière de combat, n'avait que son maudit caillou pour se défendre. Génial...

L'athénien fit face à l'ennemi qui jailli des buissons et dont la monture s'arrêta dès que son maître eut posé les yeux sur l'homme qui m'accompagnait, ses yeux passant de celui-ci au cheval. Il ne lui fallut guère de temps pour comprendre que son ami avait non seulement laissé échapper son prisonnier, mais était également probablement hors d'état de nuire. Avec angoisse, Icare attendait la réaction de leur adversaire, se promettant que s'il s'en allait sans leur chercher des noises, il ne chercherait pas à le retenir ou à le livrer aux autorités de la cité. Heureusement, c'est ce qu'il fit et le cheval tourna rapidement les talons. Le jeune homme le suivit longuement des yeux, redoutant qu'il batte en retraite que pour revenir les poignarder dans le dos par la suite, lui et d'éventuels renforts. Il fut tout de même soulagé de constater que la bandit n'était pas dénué de tout bon sens, et il lui pardonnait volontiers son envie d'avoir voulu le tuer, l'échanger contre une rançon ou le détrousser, s'il se contentait de fuir. Après s'être assuré qu'il était bel et bien seul avec l'inconnu, il se tourna à nouveau vers lui :

- J'espère qu'il ne reviendra pas. Encore merci ! Je me nomme Icare. Je peux connaître le nom de mon sauveur.

Il n'aurait pas souhaité utiliser cette expression pour qualifier l'inconnu, mais il se disait que "vieux fou" ne lui aurait pas spécialement fait plaisir. Il imaginait déjà la manière dont il pourrait lui prouver sa reconnaissance, mais se promit avant tout de remercier les dieux, dès qu'il croiserait un temple, de lui avoir permis de vivre encore un peu plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t480-icare-n-a-toujours-pas-cra

Qui veut taper des bandits ? [PV Arthémon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Vous pouvez pas me taper, j’ai des lunettes. || SKYLER
» Duvalier veut-il redevenir président?
» Que Veut Hamas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: La Terre :: Les forêts-