N'oubliez pas de consulter le dernier post admin de Songe ! :D Au programme : des zombies coursent des jeunes filles sans défense. Euh, je veux dire, VOUS coursez des jeunes filles sans défense.

Partagez| .

Mort à jamais ? C'est ce que nous verrons ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : forêt du Pélion
Humeur : Curieuse ...
Date d'inscription : 18/05/2012
Messages : 693

MessageSujet: Mort à jamais ? C'est ce que nous verrons ... Jeu 17 Avr 2014 - 19:29




"Au moins, je serais morte en combattant". Cette dernière pensée que j'avais eu de mon vivant ne m'avait pas quittée.

Alors, c'était ça être mort. Et cette sensation inexplicable et désagréable qui ne vous lâchait pas ... Je pris la peine de regarder autour de moi. Tout semblait désolé par un mal invisible et cette vision ne me rassura guère. La seule chose qui l'aurait pu était le fait que je n'étais pas seule dans cette vaste étendue. Des dizaines de spectres erraient sans but précis, mais aucun de ces fantômes ne semblait être mon amie que j'avais rencontré à la surface, et j'espérais de tout cœur qu'elle s'en était sortie.

Après quelques instants d'observation, je reportai mon attention sur moi-même. Ma peau était devenue grise, presque translucide, aspect à la fois effrayant et intriguant. Puis je portai ma main à mon coup où je pouvais discerner sans peine une large coupure. J'esquissai un sourire malgré moi. Ils ne m'avaient pas loupé ces mercenaires ! J'eus le réflexe de penser que la blessure laisserait certainement une cicatrice. Mais à quoi bon puisque plus aucune autre blessure ne viendrait s'ajouter. C'était ça, être mort. La fin des souffrances si l'on avait la chance de ne pas atterrir au Tartare, selon la bonne volonté d'Hadès.

En relevant les yeux sur le autres spectres, je me surpris à éprouver pour eux une certaine pitié, en essayant d'oublier que j'étais désormais comme eux. Et pourtant, la personne qui me faisait le plus pitié ne se trouvait là, aux Enfers, mais bien dans le monde des vivants pour quelques jours encore. Car aussi fou soit-il, mes pensées allaient à Hélène de Sparte, menacé d'attentat. Et si personne ne faisait rien, elle viendrait me rejoindre aux Enfers dans trois jours. Et puisque personne n'était au courant du complot qui se préparait dans l'ombre, c'est avec certitude que je pouvais dire que la princesse serait bientôt morte. Personne n'était au courant sauf moi et cette Calypso. Mais moi j'étais ici, sans espoir de retourner un jour chez les vivants. Et dire qu'une longue et belle vie m'attendait si je n'étais pas tombée dans ce stupide piège ! J'avais échouée, et ça, je ne pouvais l'accepter. Il était trop tard ...

Et mon histoire aurait du s'achever ainsi si une personne connue n'était passée à proximité. Je ne la connaissais pas personnellement, fort heureusement, mais son visage m'était familier. Effectivement, comment oublier l'apparence de la déesse de la lune noire, Hécate. Je ne sais quelle force me poussa à aller vers elle, mais je partis en courant dans sa direction. les premiers pas furent maladroits car j'étais beaucoup plus légère désormais. Aussi, j'arrivai difficilement jusqu'à la déesse. Je me retins de lui sauter dessus en la sommant de me faire retourner sur Terre, et ne pas rester en dessous. C'est alors très prudemment que je fis une révérence :

"Votre grandeur, je me nomme Atalante et je viens tout juste d'arriver en ces lieux. Je m'excuse de vous importuner mais j'ai à vous parler ... de toute urgence. Aussi, aimerais-je que vous me consacriez quelques parcelles de votre temps que je soupçonne très précieux. Mais je vous prie de bien vouloir m'écouter, car ce que j'ai à vous dire est de la plus grande importance"

J'essayai de ne pas croiser son regard. Cette situation me terrorisait et je n'osais plus respirer (enfin, façon de parler). Pourtant, qu'est ce que je craignais ? De passer l'éternité à souffrir dans le Tartare ? J'étais prête à troquer ma liberté contre le sauvetage de la princesse de Sparte à ce moment précis. Avais-je tord ? Seul le futur me le dira. Mais désormais, je voulais juste que la déesse me laisse parler. Je me redressai, soudain prise d'une audace inconnue, et regardai droit dans les yeux de la femme, histoire de bien lui faire comprendre que je ne la laisserai pas temps qu'elle ne m'aura pas permis de retourner là haut.

_________________

Merci Agénor:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t477-atalante-version-ii
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 382
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: Re: Mort à jamais ? C'est ce que nous verrons ... Ven 18 Avr 2014 - 19:30

L'Erèbe.

Un endroit assez sympathique, aux décors changeants entre une surface pleine de verdure et ... disons simplement que Les Enfers n'avaient pas pour vocations de se transformer en jardin municipal.
Quoiqu'il en soit, l'Erèbe était comme toujours mi-jardin mi-désert et cela ne cessait d'impressionner la déesse.

Il n'était pas dans les habitudes de la déesse de s'extasier devant un décors, aussi magnifique soit-il mais il faut dire qu'elle n'avait plus trop le choix.
En fait, la déesse s'ennuyait.

L'ennui. Le poison des Dieux.
Son ennui était tel que fixer un arbre ou une fourmis durant des heures ne la dérangeais même plus, c'était même souhaitable car elle aurait une espèce d'occupation.
Son rôle tellement répétitif ne la divertissait plus: à quoi bon s'attacher aux autres quand ceux-ci vont sans doute aller brûler aux enfers ?  Cela n'avait strictement aucun intérêt.
Donc elle fixait les paysages de l’éternel Erèbe puisqu'elle n'allait pas tellement ailleurs.

Une énième cargaison de livrée et déjà cinq minute sur le décors du lieu. Hécate avait battu son propre record.
Autant fixer son attention sur autre chose. Les visages des âmes étaient assez variés certes, mais à la longue on revoyait souvent les mêmes. Désorienté, en colère, en pleurs. Un cycle éternel.
Seuls les suicidés avaient le sourire; et encore, seulement avant de se rendre compte du châtiment qui accompagnait leurs décisions.

Eh oui ! Les dieux offraient la vie, il était assez incorrect d'en préférer un autre : La Mort.

Et dire que sur Terre leurs corps commençaient à peine à se décomposer, lentement mais surement. La déesse préférait que l'on brûle les corps, à l'image de ce qui pouvait les attendre en bas. Et aussi pour des raisons pratiques : il est assez inconvenant de ramener quelqu'un dans son corps en décomposition.
En réponse à ces charmantes pensées la déesse émit un bâillement.

Quel ennui !!

La foule attendait son jugement et avec elle la déesse attendait que le temps passe. Elle n'avait rien envie de faire et la compagnie de ses petits spectres canins n'était pas à la hauteur pour lui donner envie de bouger..

Mais ne pouvait-il pas se passer quelque chose ?

Mais qui donc exauçait les vœux de Dieux ?
Une des réponses humaines était : les autres Dieux. Mais bon, c'était tout de même une explication assez faible.
En tout cas, une jeune fille aux allures de guerrière s'approcha de la déesse des Enfers, tout d'abord maladroitement puis avec plus d'assurance. Qu'allait-il donc se passer ? Quoiqu'il en soit cela promettait quelque chose d'assez divertissant.
Et elle parla la première :

"Votre grandeur, je me nomme Atalante et je viens tout juste d'arriver en ces lieux. Je m'excuse de vous importuner mais j'ai à vous parler ... de toute urgence. Aussi, aimerais-je que vous me consacriez quelques parcelles de votre temps que je soupçonne très précieux. Mais je vous prie de bien vouloir m'écouter, car ce que j'ai à vous dire est de la plus grande importance"

La déesse était surprise. Elle avait été interpellée par cette guerrière. Aucunes âmes, ou presque, ne s'y risquait jamais craignant sans doute un châtiment plus sévère et aucune ne parlait la première du moins pas aussi longtemps.
Cette petite promettait un bon divertissement, si bien qu'elle prit la peine d'écouter son discours. "Votre Grandeur", cette petite commençait bien.
"Excuses ... Urgences" furent les mots retenant l'attention d'Hécate dans la seconde phrase.
Le reste ne contenait pas de mots importants mais une idée véhiculée par trois longues phrases sentant l'humilité, l'excuse, le souhait d'être pris en pitié et autre sentiments assez désagréables qui laissèrent un gout amer dans la bouche de la divinité.
Cette manière de parler n'était pas tellement celle des filles suivant la voie de sa presque sœur.

*Tu perds déjà ton temps et gâche le miens en faisant ces phrases. Voilà une initiative assez stupide, mais bon je suppose que ce n'est pas très grave*

Tout d'abord, Hécate la regarda longuement d'un air assez indifférent.
Elle ne semblait pas mentir mais ce n'était pas le plus important tant que cela pouvait l'occuper jusqu'à la fin du jugement elle écouterait surement les propos de la mortelle.
D'un signe de tête elle l'enjoignit à continuer.

"Eh bien parle. Je ne vais certes pas te manger fille d'Artémis"

Atalante était peut-être son nom mais pour l'instant son attitude, sa tenue lui faisait plus penser à sa presque sœur qu'à une mortelle. Cela promettait pour la suite.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j
Administrateur
Administrateur
avatar
Localisation : forêt du Pélion
Humeur : Curieuse ...
Date d'inscription : 18/05/2012
Messages : 693

MessageSujet: Re: Mort à jamais ? C'est ce que nous verrons ... Sam 19 Avr 2014 - 11:48

Je n'osais bouger, et la déesse qui restait immobile n'indiquait rien de bon. Pourtant, j'avais tout fait pour qu'elle ne me rejette pas, en faisant même de trop. Mais je ne pouvais essuyer un rejet, il fallait que je lui parle. Quelle ne fut pas mon soulagement lorsqu'elle dit d'un air tout à fait désintéressé :

"Eh bien parle. Je ne vais certes pas te manger fille d'Artémis"

Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire. Mais sans chercher à savoir comment elle savait que j'étais une chasseresse (à mon apparence je présumais), je mis quelques secondes à choisir mes mots tandis que la fin du jugement approchait de seconde en seconde. Rassembler mes idées, réciter ce que j'allais dire, tenir tête à l'angoisse qui montait en moi, tout ça était bien compliqué étant donné que je n'aurais pas le droit à une seconde chance. Je finis par me lancer :

"C'est au sujet de la princesse Hélène de Sparte. Elle sera victime d'un attentat durant la fête d'Apollon qui se déroulera dans une semaine. J'étais la seule à être au courant et à pouvoir déjouer le plan mais ... (je baissai la voix, honteuse) J'ai été prise par surprise par les mercenaires partisans du complot et ils m'ont exécutés, d'où ma présence ici."

Je fis une courte pause pour laisser à la déesse le temps d'assimiler les nouvelles informations. A moins qu'elle ne soit déjà au courant ? Cette idée me paralysa quelques instants, d'autant plus que j'avais menti sur le fait que j'étais la seule à connaître le plan des mercenaires. Effectivement, nous étions deux. Mais je doute qu'elle soit encore en vie en ce moment. Car si moi, chasseresse expérimentée et qui sait se défendre, ne su tenir tête aux gardes, il y avait peu de chance que Calypso ait réussi à s'en sortir. Je chassai cette idée de mon esprit et fis l'effort de poursuivre mon discours avec autant d'assurance que lorsque je l'avais commencé :

"Aussi, votre altesse, je vous supplie, je vous conjure, de me laisser retourner dans le monde des vivants. Je ne demande qu'à prévenir la princesse ! Car si votre désir est que je reste parmi les morts, Hélène, elle, ne mérite pas le même sort. Et même si je ne suis pas l'Oracle, je suis prête à parier que ce n'est pas le destin qui l'attend"


"Ni le mien pensais-je en mon fort intérieur. Car oui, moi aussi je serais prête à tout pour retourner à la surface. Jamais je ne pourrai survivre ici, entourée de tous ces fantômes dont je fais désormais parti. La solitude, la chasse et la liberté, voilà pour quoi je suis faite. Pas pour le confinement, l'emprisonnement des Enfers. Je suis morte courageusement, espérons juste que ça fera un argument de plus pour moi, peut-être celui qui fera pencher la balance. Mais en attendant, il n'était pas question que je parle de mon avenir ici avec la déesse. Seule la vie d'Hélène semblait compter. Car si mon destin était de mourir ainsi, dans le plus grand secret et dans l'oubli, sans même avoir une sépulture, qu'il en soit ainsi. Un mort de plus ou de moins dans ce monde de malheur, qu'est ce que ça pouvait bien changer ? Mais Hélène ne pouvait pas mourir de la même manière que moi. Elle devait accomplir de grandes choses, j'en étais intimement convaincue. Si seulement je pouvais en avoir la confirmation, j'aurais mis d'autant plus de chance de mon côté dans le débat. Car,je le sais bien, Hécate ne laissera pas partir une âme des Enfers à moins qu'on lui donne une bonne raison. La discussion s'annonçait être longue, malheureusement pour moi qui sait mieux utilisé mon arc que de belles phrases.

_________________

Merci Agénor:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t477-atalante-version-ii
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 382
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: Re: Mort à jamais ? C'est ce que nous verrons ... Ven 16 Mai 2014 - 19:42

[J'ai enfin pris le temps de l’écrire ! Je suis désolée mais je suis en pleine période d'examens alors c'est pas évident ]

Ces petites âmes étaient vraiment toutes les mêmes. Elles s’imaginaient toutes qu'elles avaient une meilleure raison que les autres pour quitter les Enfers.

Cette histoire quoique intéressante, n'allait pas la convaincre aussi facilement !
Il faut dire que Hécate savait pertinemment qu'elle ne laisserait PAS sortir la guerrière mais écouter quelqu'un argumenter était certes plus actifs que de regarder un paysage. Quoique peut être cette âme pourrait "s'égarer vers la sortie" si elle se montrait convaincante.

De toute façon, Hadès ne lui pardonnerais jamais si par malheur elle défiait son autorité  pour se permettre de laisser sortir une âme. Bien sûr c'était déjà arrivé que la déesse éprouve de la pitié pour l'un de ses captifs, et les laisse sortir. Mais à chaque fois ces idiots avaient trouvés un moyen de perdre la vie une nouvelle fois, plus ou moins bêtement, en faisant ces expériences folles que l'on justifie par un "la vie n'est vécue qu'une seule fois !"
Du coup, Hadès se moquait d'elle à chaque fois, ce qui avait fini par la dissuader de lui donner une nouvelle occasion de le faire.

"Bon ma chérie, soyons claires ! Si tu veux avoir ne serait-ce qu'une petite chance de me convaincre il va falloir trouver des arguments plus percutants. Tu crois vraiment que je n'ai pas vu une bonne centaine de personne ayant la même excuse ! La vie des mortels ne doit pas être très intéressante si il vous arrivent à tous la même chose."

Mais un "Votre Altesse" bien placé l'incita quand même à lui donner une seconde chance.La déesse la prit par la main et la mis de coté.

"Tu vas rester gentiment ici et réfléchir d'accord. Je suis juste là et j'attends que tu me trouve de meilleurs arguments..."

Le déesse lui sourit gentiment, et ajouta l'air de rien

" Ah ! J'allais oublier ! Tu sais le fait qu'une personne risque de mourir ne signifie pas grand chose pour moi. Je ne vois presque que ça alors un de plus, un de moins tu comprendras, ou pas mais je m'en fiche, que cela ne me fasse rien d'apprendre que ta chère Hélène risque de mourir"

Ce qui n'était pas tout à fait vrai. La surcharge de travail, les aller-retours ect ... tout ça faisait parti d'une sorte de contrat. Car si les hommes n'existaient pas la vie des dieux seraient encore plus morne qu'elle ne l'était déjà, c'est dire la catastrophe. Au moins grâce à eux on avait une occupation assez divertissante: regarder leur erreurs, tracer leur destin. En tout cas Hécate avait au moins l'impression de servir a quelque chose. Parfois, certains d'entre eux s'ennuyait tellement qu'il intervenaient un peu ici-bas. Un peu ce qu'était en train de faire Hécate en somme.

Vengeance, rancœur, coup de théâtre (que ce soit pour un sauvetage ou pour une mise à mort), le monde des mortels était en fait bien passionnant, et si chacun s’évertuait à trahir, à dominer, à dompter l'autre c'était simplement car il y avait une date limite aux plaisirs mortels. Décidément, la Mort était une chouette invention, et ce n'était pas la première fois que la déesse parvenait à cette conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j

Mort à jamais ? C'est ce que nous verrons ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [A.C] On ne sais jamais ce que la vie nous réserve [Adriam]
» Notre pire ennemi ne nous quitte jamais, car c'est nous mêmes (With Rebecca)
» Alors... c'est bien toi ?... [PV Epine de Rosier]
» Mort ? Moi ? Jamais ... PV Marcia
» Citation du moment

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: Archives :: Autour du RP :: Anciens RP :: RP inachevés-