Partagez| .

La détresse d'une déesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 383
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: La détresse d'une déesse Dim 30 Mar 2014 - 15:50

L'Olympe - les jardins


C'était les jardins de l'Olympe. Avec leurs arbres aux feuilles d'un vert mystique et les fleurs pour lesquelles c'étaient toujours le printemps, aux milles couleurs éclatantes. On pouvait parfois même entendre le son des oiseaux et distinguer aussi ou plutôt deviner la présence de quelques animaux inoffensifs venus se risquer sur le territoire des Dieux. Bien évidement avec l'opulence qui y régnaient ils n'avaient pas voulu redescendre et dans leur grande générosité les propriétaires avaient décidés de les garder avec eux.

Au milieu de ce décor féerique, il y avait quelque chose d'étrange. Plus étrange même que les créatures mi-hommes mi- animaux qui existaient ou encore que le lieu en général. C'était plutôt un fait. Un fait assez troublant mais qui ne manquait certainement pas de charme pour les artistes mortels.

Il y avait là, dans une allée assez perdue de cet immense endroit, au milieu d'animaux intrigués une déesse qui pleurait.
Pour ceux qui doutait qu'un tel fait puisse exister ils auraient dû assister à cette scène; mais sans doute auraient-ils crut à un rêve. Car la déesse qui pleurait n'était pas celle à laquelle on pouvait s'attendre.

Qui aurait cru qu'un jour on verrait la déesse des Enfers, la déesse des sortilèges dans une telle situation. Elle qui était assez réputée pour son cynisme et son contrôle de soi.
Mais là à vrai dire elle n’en avait plutôt rien à faire la déesse des Enfers de son image.

Elle était juste triste, un ras-le-bol qui la menaçait depuis quelques temps déjà. C'est pour cela qu'elle était revenue à la source de tout. Dans ce jardin où, petite, elle jouait avec les autres membres du trio lunaire, elle n'avait pas pu imaginer meilleur endroit pour soulager son esprit.

Les mortels en avaient bien de la chance tiens ! La Mort, l'Oubli, l’Éternel Repos. Dans ce cycle sans fin ils étaient les seuls à avoir la vraie chance de pouvoir tout recommencer, à pouvoir prendre un peu de repos avant d'avoir une nouvelle chance.
De pouvoir se faire accepter.

Car il était là le problème qui rongeait l'être immortelle de l’intérieur. Après toutes ces années où elle avait fait partie de la communauté des Dieux, elle avait toujours l'impression d'être un fantôme dont on se servait et que l'on jetait ensuite. Au début, elle avait été du coté de Zeus, le soutenant dans sa guerre contre les Titans même si cela signifiait avoir la responsabilité de la mort de ses parents. Zeus était charmant quand il s'agissait des femmes, une vraie ordure quand il fallait parler aux hommes, mais avec les femmes il était tel un prince charmant. Cette qualité de Zeus Hécate l'appréciait beaucoup puisqu'elle se plaçait du bon côté mais au bout d’un moment l’Olympe lui apparut comme une prison entre la morale faite par Artémis et la jalousie qui rongeait Héra. Non pas qu’elle aimait Zeus entendons-nous bien elle aimait le fait d’être appréciée voilà tout.
Entre Artémis et ses « filles » et Hécate on choisissait toujours la première et cela avait le don de rendre la déesse jalouse. Donc elle décida de partir, mais la vraie question était pour aller où ?  

Les fonds marins ? Il est vrai qu’elle adorait la façon qu’avaient les sirènes d’attraper leurs proies mais vivre avec le père de ces horreurs de cyclopes ? Hors de question !

Les Enfers ? A peine cette pensée était-elle née qu’elle l’adopta ! Il n’y avait pas à discuter, cet endroit était une retraite parfaite pour elle. D’autant que Hadès et elle avait tissé une relation complexe basée sur une espèce de complicité fraternelle. Tout donnait l’impression de bien se passer.
Mais voilà que son sentiment de mise à coté n’avait pas disparu ! Un outil voilà l’impression qu’elle se donnait à elle-même et cela elle ne pouvait plus l’accepter ni même faire semblant d’acquiescer.  Hadès avait beau être marrant il ne faisait attention à la portée de ses actes qu’en présence de Perséphone (qu’Hécate adorait au passage). Les mots blessants ou méprisants elle en avait pris où qu’elle soit et elle ne pouvait s’empêcher de se trouver pitoyable.

Pour cacher sa crise Hécate s'était réfugiée dans les jardins.
Ici, personne ne pouvait deviner venir la chercher c'était tellement peu son style de se remémorer le passé. Mais elle était certaine que de toute façon personne n'en aurait l'idée.


Dernière édition par Hécate le Dim 1 Juin 2014 - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j
Admintransigeant
Admintransigeant
avatar
Localisation : Eh oui, j'ai un trône en os. Qui dit mieux ?
Occupation : Je regarde vos petites mines déconfites et j'écoute vos doléances avec un air ennuyé
Date d'inscription : 21/05/2013
Messages : 1487
Double compte : Macaria

MessageSujet: Re: La détresse d'une déesse Dim 30 Mar 2014 - 17:10

Allons bon.


Non. C'était ridicule. Hermès, tu es sûr qu'elle est là bas ? Mais oui, certain. Et comment mettre en doute la parole de ce fouineur de service ?

Hécate avait disparu voilà deux jours. Deux jours, ce n'était pas une durée incroyablement longue ; peut-être personne n'aurait-il trouvé de raison de s'alarmer. Enfin elle avait tout de même laissé une note qui disait qu'elle ne reviendrait jamais.
Ç’avait été quelque peu inattendu. En fait, Hadès n'avait pu retenir un fou rire tout à fait déplacé en la lisant. Il s'était contenté de reposer le papier à sa place, incapable de retrouver son sérieux, et s'était dit tout simplement que la déesse des morts reviendrait bien assez vite, quelle que soit la raison de cet exil très déterminé. Hécate incarnait les enfers à elle toute seule ; quelle autre place au monde pourrait-elle trouver grâce à ses yeux ?

Les heures passèrent. Hadès réquisitionna quelques tire-aux-flancs locaux pour récupérer les morts en attendant que la titulaire du poste ne daigne le reprendre.
Et, Hécate ne revenant toujours pas, il s'était légèrement inquiété. Et énervé, aussi, en proportions égales. Il avait donc envoyé Hermès se renseigner, au cas où.

"La déesse des Ombres pleure à chaudes larmes dans un recoin sombre des jardins de l'Olympe."


- Sérieusement ? Hécate ?
- Mais puisque je te le dis.
Un silence.
- Qui est qualifié pour résoudre ce genre de problèmes d'habitude ?
- Consoler les déesses caractérielles au coeur brisé tu veux dire ?
- Oui, par exemple.
- ... Je crois que tu devrais y aller.
- QUOI ?

Pourtant, qui d'autre ? Hécate ne fréquentait que trois types de personnes : Les morts, Perséphone et Hadès. Envoyer Perséphone étant absolument hors de question, et les morts n'étant pas des gens avec qui lier une amitié durable , cela ne laissait à la déesse en pleurs plus que...

Oooh non, sur la montagne magique en plus ?
Ce qu'il ne fallait pas faire.

Le char d'Hadès déboula sur l'Olympe sans aucune considération de discrétion. Mais personne ne se montra assez bête pour emmètre une quelconque objection ; le seigneur des ombres tirait une tête à dévorer vivant le premier qui lui adresserait la parole.  
C'est un genre d'ombre de très mauvaise humeur qui traversa à toute vitesse les couloirs du palais des dieux sans rencontrer aucune résistance. Et c'est une divinité contrariée qui scruta des yeux la débauche de couleurs des jardins de l'olympe, à la recherche d'une demoiselle en détresse.

Il n'eut pas beaucoup de mal à la retrouver ; l'accablement l'appelait comme une musique familière.

Dans sa robe rouge, elle ressemblait à un coquelicot très triste. Pour tout dire, elle avait même trouvé une poignée d'animaux passablement adorables pour la consoler.
Hadès leur fit signe de décamper.
Il s'abstint bien d'ouvrir la bouche ; sa présence constituait bien une phrase entière à elle toute seule.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t706-pleased-to-meet-you-hope-y
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 383
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: Re: La détresse d'une déesse Dim 6 Avr 2014 - 21:02

Hécate était en train de pleurer donc. Cela faisait bien quelques heures que cette activité l'occupait sans que pour autant elle ne parvienne à s'arrêter. Il y avait bien les animaux qui essayait de l'aider et bien qu’ils soient très mignon, cela ne changeait rien au fait que c’étaient des animaux ; et qu’eux seuls s'intéressaient à son état mental.

La déesse des Ombres, la déesse des Enfers, la déesse des Sortilèges que lui valaient tous ces sobriquets ridicules finalement ? La réponse était rien car elle n'était rien.
A cette pensée une nouvelle crise de larme se déclencha.
Déjà quelques heures qu’elle pleurait et maintenant le verdict était sans appel : les larmes ne lui laisserait aucune seconde de répit. Mais elle s’en fichait. Après tout arrêter de pleurer ne lui apporterait rien, car il faudrait ensuite se relever et aller de l’avant, faire semblant, sourire, critiquer …vivre. Autant de taches qu’elle ne voulait même plus envisager.

Il faut l'avouer elle avait osé espérer. Espérer que quelqu’un vienne, Perséphone par exemple. Même Artémis, sa presque-sœur aurait fait l'affaire. Juste pour que l’on se souvienne d’elle que l’on se rappelle qu’il manquait quelqu’un.
Mais personne n’étaient venu et la déesse pleurait depuis déjà plus d’une journée avec les animaux pour seul réconfort.
Et encore même eux finir par partir. Etait-elle donc vraiment seule ?

Pourtant ce n’était pas faute d’avoir laissé un message à l’intention de Perséphone (XD)…
Message qu’elle devait avoir en sa possession à l’heure actuelle ; de toute façon personne n'était censé  mettre la main dessus en dehors d’elle, elle ne courait pas trop de risque.
A moins que …
Non mieux valait écarter les idées lugubres. Elle en avait déjà bien assez pour l’instant.

Mais pourquoi donc avait-elle l'impression que quelqu'un la regardait contrarié ? Décidément elle n’allait vraiment pas bien pour laisser ses sens lui faire croire qu’il y avait quelqu’un d’assez malsain pour la regarder pleurer sans rien faire.
A moins que …

Elle leva la tête et écarquilla les yeux. Elle n’osait pas y croire ! Cela n’était pas possible ! Elle ne l’aurait jamais imaginé !

Mais le Roi des Enfers était là, et assez contrarié pour que la déesse en oublie son chagrin.
Il est vrai que la présence du seigneur Hadès pour venir la chercher à elle seule pouvait la consoler. Enfin un peu.
Du moins tout irait bien tant qu'il n'ouvrirait pas sa bouche pour prononcer quelques paroles condescendantes sur l'état de la déesse.
Mais il ne pourrait pas s’en empêcher, tout comme il ne pourrait pas s’empêcher de commenter, critiquer, mépriser, rire de la situation.

Elle en venait à regretter Artémis.
Après tout pourquoi lui pardonnerait-elle ? Il était lui aussi responsable de ses tourments ! Peut-être même plus que tous les autres !
Du fait de leur proximité il aurait largement pu limiter les dégâts, juste en prononçant une phrase ! Une seule !
Un « comment tu vas ? » qui aurait prouvé qu’elle comptait ne serait-ce qu’un petit peu.

Quand une âme se présentait à lui et pleurait un « je ne savais pas » à fendre le cœur d’une pierre il n’avait jamais allégeait la sentence pour autant.
Son inattention le rendait donc aussi responsable. Il n’y aurait pas de favoritisme ! (Surtout pas pour lui !)

D’un geste rapide la déesse se leva. Elle ne lui accorderait pas plus longtemps le plaisir de se moquer d’elle.
Les jardins étaient grands une petite balade dans les couloirs de son enfance s’imposait pour qu’elle retrouve contenance et puisse révéler à l’odieux personnage ce qu’il y avait sur son cœur.

Oui, la déesse fuyait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j
Admintransigeant
Admintransigeant
avatar
Localisation : Eh oui, j'ai un trône en os. Qui dit mieux ?
Occupation : Je regarde vos petites mines déconfites et j'écoute vos doléances avec un air ennuyé
Date d'inscription : 21/05/2013
Messages : 1487
Double compte : Macaria

MessageSujet: Une réponse innattendue ! Jeu 8 Mai 2014 - 2:26

[SURPRISE ! :D]

Hécate avait dû prendre un méchant coup sur la tête. Ou alors, Dionysos lui avait fourni des herbes douteuses à fumer.

Passons sur la crise de larmes, d'accord. Admettons que toute créature féminine est potentiellement sujette à agir de façon inexplicable de temps en temps, particulièrement en se répandant en torrents de larmes, comportement souvent suivi d'une rage hystérique accusatrice.
Mais... Hécate ? Cette demoiselle était basiquement un caillou émotionnel ! Soumettre des gens morts à des sévices graves avait pour elle la gravité équivalente à manger un sandwich.

En tous cas, elle était vraiment secouée ; il attendit dix bonnes minutes avant qu'elle ne songe à soustraire à ses mains un visage passablement humide et ravagé. Et elle ouvrit les yeux comme si elle avait vu un mort. Hahahaha
Hadès souleva un sourcil en guise de seconde phrase. Cela exprimait une sorte d'étonnement détaché. Il profita du temps de réaction assez ralenti de l'interessée pour considérer la déesse. Toute cette misère sur une seule figure, ç'avait un côté saisissant ; d'autant plus que ni ces yeux gonflés, toutes ces larmes séchées n'étaient vraiment parvenues à porté atteinte à la beauté de la déesse.

Une série d'expressions contradictoires se succédèrent au milieu de tout ce désordre, donnant un rapport assez précis du cheminement de la compréhension de la demoiselle. Surprise, soulagement, honte, colère, ressentiment, colère plus marquée...

Et enfin, le coquelicot prit la fuite.

*C'est déjà un résultat.*


Le fond du problème n'apparaissait pas clairement au seigneur des enfers ; c'était en soi, légèrement étonnant. Hécate avait, certes, toujours couvé un certain nombre de névroses. Elle était solitaire, un petit peu instable. Il semblait aussi qu'elle fît montre d'une tendance marquée à s'éloigner d'autrui ; à s'enfermer dans une chrysalide épaisse face à la plupart des opportunités de relations humaines qui pouvaient se présenter.
Se terrer dans un coin pour y pleurer, ce qui équivalait à peu près à un appel au secours général, ne lui ressemblait, pas du tout.

Elle attendait peut-être qu'on lui témoigne de l'affection compatissante ?

*Vraiment dommage qu'il n'y ait eu que moi pour venir te chercher ma grande.*


Hadès n'était pas une oeuvre humanitaire. Pas qu'il manquât de compétence ; c'eût été le sous estimer. Simplement, la gentillesse ne faisait pas partie de son cahier des charges. La bonté, peut-être, de temps en temps. Si l'occasion se présentait. Mais taper sur l'épaule d'une demoiselle éplorée, en lui baratinant une quelconque flopée de propos rassurants...

Hors de question.

Ce fut donc une meute motivée d'animaux mignons qui se lança à la poursuite de la déesse en fuite, sous les directives placides d'un Hadès passablement agacé.

Elle n'irait nulle part sans se faire piétiner par une armée de lapins !

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t706-pleased-to-meet-you-hope-y
avatar
Humeur : Vous n'avez rien de mieux à faire que de poser des questions stupides
Date d'inscription : 30/05/2013
Messages : 383
Crédits graphiques : Marie Magny (Dark Sorceress)

MessageSujet: Re: La détresse d'une déesse Dim 1 Juin 2014 - 20:54

Hécate marcha rapidement dans le jardin évitant tout endroit peuplé de créature ayant la faculté de relater ce qu'ils auraient eut l'occasion de voir. Certes la déesse était en larme, et quelques minutes plus tôt elle avait souhaité pour que quelqu'un la trouve, cependant, savoir Hadès dans les parages lui avait un peu remis les idées à l'endroit. Au moins, quitte à se montrer dans son état autant que ce soit à la bonne personne.

Mais pourquoi donc Hadès était-il ici ? Loin d'être bête la déesse des illusions avait quand même compris qu'à cause de son mot, on était venu la chercher. Au moins sans cette stupide initiative Hadès aurait pu croire qu'elle vivait une autre de ses amourettes sur Terre, aurait râlé mais n'aurait certainement pas chercher à en savoir plus. Car, si ce prétendu seigneur avait au moins une qualité, c'était bien de savoir rester à sa place quand on en venait aux histoires privées; les histoires de cœurs par exemple.
Après tout, il s'agissait d'un sujet sensible même pour lui, et il n’aimait pas qu'on lui rappelle à quel point il pouvait être stupide quand il s'agissait de sa reine.
Quoiqu'il en soit, s'il était ici maintenant c'était sans doute pour la remettre au boulot. Et bien non, elle resterait autant qu'elle en aurait envie, elle avait bien le droit à quelques temps de vacances non ? Avec tout le travail qu'elle fournissait sans arrêt, elle n'allait pas s'en priver.

A propos d'amourette, peut-être était-ce une bonne idée que de retourner sur Terre pour rester au coté d'un humain le temps d'une Vie et d'une Mort. Le temps de la vie humaine et le temps de la mort avant la réincarnation de cet humain. Quoique en général ils se mettaient tous à la haïr quand ils arrivaient à la fin de leur cycle de vie. C'est tout de même un coup dur que de voir qu'il s'agit de votre petite-amie/femme/amante/maîtresse qui vient récupérer votre âme à votre mort. Pour les maris infidèles cela avait servis de leçon même après leur réincarnation. (non pas qu'ils s'en souviennent bien sûr mais c'est une expérience qui change à jamais un homme).

Hécate marchait donc rapidement à tous ces problèmes qu'engendrent les sentiments quand elle se rendit compte qu'elle était suivie. Le principe de la fuite est simple, il traduit le genre de pensée semblables à "je te hais", "Dégage je ne veux pas te voir", mais aussi "Ta tête ne me reviens pas" ou encore "Tu es effrayant, j'ai peur etc..." ensuite libre à celui que l'on fuis d’interpréter l'action comme il l'entend.
Mais dans cette situation, en sachant que Hadès connaissait quand même assez bien Hécate (mise à part la cris de larmes) pourquoi ne lui fichait-il pas la paix ?

D'un air rageur elle se retourna, mais au lieux de trouver un seigneur de ténèbres épuisé (au vu de son entrainement sportif il ne pouvait en être autrement) elle vit un tas d'adorables créatures qui lui courait après.
Sans hésiter plus que ça la déesse s'arrêta et attrapa en plein vol un petit lapin qui sautait dans sa direction. Les autres s'arrêtèrent autours d'elle suivant ses moindres mouvements. L'un grimpa sur son épaule tandis qu'elle s'agenouillait pour observer de plus près ces petites boules de poils blanches.

En tous cas c'était bien vu d'Hadès qui arrivait calmement sans se presser usant du temps gagné.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://olympustales.pro-forum.fr/t710-parce-que-la-folie-c-est-j

La détresse d'une déesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rilyntlar Div'Arght [Haute Prêtresse de la Déesse des Âmes]
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loominëi , la déesse du destin.
» Loria [Grande Prêtresse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: Archives :: Autour du RP :: Anciens RP :: RP inachevés-