Partagez| .

Momus - Le sourire est un devoir social

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Momus - Le sourire est un devoir social Ven 22 Juin 2012 - 14:22

Momus
« Même Momus ne trouvera rien à en redire »

    Nom : Momus
    Race : Dieu de l'Olympe
    Caractéristique principale : La Moquerie
    Symbole : Le masque de comédie



    Généalogie / Histoire : Prêtez-moi pour un moment votre arc, dit un jour Jupiter à Apollon, je veux vous montrer que j'en sais tirer, et même plus juste que vous. Voyez-vous ce chêne planté sur la cime de l'Olympe ? je veux que la flèche que je vais décocher aille droit au milieu du tronc de l'arbre. Cela fait, vous tâcherez d'en faire autant, et qu'après cela Momus nomme le plus adroit de nous deux. Disant cela, il prend l'arc d'Apollon, et le bande. Le trait part. Mais au lieu d'aller droit, il s'écarte, frôle de près le visage du juge, et va se briser contre des rochers, à cent pas à côté du but. Maître des dieux, dit Momus en se levant tout effrayé du danger qu'il venait de courir, j'ignore si les coups d'Apollon sont plus justes, mais ce que je sais de certain, c'est qu'ils ne m'ont jamais donné la peur que le vôtre vient de me causer. Ainsi, croyez-moi, reprenez votre foudre, et vous, seigneur Apollon, votre arc, et tout n'en sera que mieux. Cela dit, sans vouloir ni s'expliquer davantage, ni prendre garde au coup de l'autre, il se retira, et de cette manière laissa, par ménagement pour Jupiter, la gageure indécise.
    ->Esope


    Momus est le fils de Nyx et d'Erèbe. Un de ces innombrables bambins dont le monde se serait bien passé, d'ailleurs. Être le fils de la Nuit et des Ténèbres, certes ça en claque de suite sur le CV, mais ça ne te donne pas de suite des points lorsqu'on se présente à autrui. Et pas toujours à tort.. On ne peut pas dire que Momus soit le plus méchant de la bande, loin de là.. Ni le plus dangereux. Certes il est invivable, et on le déteste à loisir pour tout ce qu'il dira. Mais être frère de Thanathos, de Géras ou même d'Apaté fait de lui un doux petit agneau. D'ailleurs, il se plait à se cacher derrière eux quand quelque chose tourne mal, après tout pourquoi ne pas profiter de la peur qu'ils inspirent aux Olympiens..? Sa mère est la plus terrifiante de tous, Nyx terrorise même le grand Zeus en personne.. il est donc intouchable.. non ? Sa famille a beau être immense, il faut dire que la descendance d'Hypnos avec ses 1000 enfants dont Morphée est le représentant le plus connu, a de quoi faire pâlir de jalousie Zeus.. Zeus qui est d'ailleurs techniquement un arrière petit neveu... mais ce n''est pas le genre de choses que l'on dit en présence des Olympiens.. donc pour faire plus simple et pour ne pas vexer le maître des Cieux, il sera seulement un lointain cousin de la famille.

    Momus a longtemps été habitant du mont Olympe, où il dispensait avec joie ses sarcasmes et critiquait tout et tout le monde. Alors qu'il était encore qu'un petit dieu, il aimait s'attaquer à Héphaïstos. Lorsqu'Athéna, Poséidon et celui-ci lui demandèrent de juger leurs créations pour savoir lequel d'entre eux était le plus inventif, Momus ne pipa mot sur ce qu'avaient fait Poséidon et Athéna, mais il se moqua allégrement de l'homme qu'avait créé le dieu des forgerons.. Celui-ci aurait dû avoir une fenêtre à la place du coeur pour que l'on puisse voir ses idées, ses rêves, ses mensonges comme ses vérités. Il n'est donc pas inutile de dire que les deux dieux ne s'apprécient guère.. ou plutôt qu'Héphaïstos ne l'aime pas..

    Fidèle à sa personnalité, il s'attaquait à tout et tout le monde, jugeant qu'Aphrodite parlait trop et avait des sandales qui grinçaient, Dionysos comme un pochtron, un soudard qui ne savait ni marcher droit, ni réfléchir et se moquait allégrement de sa situation de demi-dieu qui avait atteint l'immortalité juste grâce au bon vouloir de Zeus. Se moquant même de celui-ci, le trouvant trop violent et volage, n'aimant que les plaisirs sexuels avec les femmes. Mais pourtant il était souvent pris comme juge, dû à sa capacité de critiquer les gens et les choses avec un aplomb qui faisait souvent plaisir à voir lorsqu'on était pas la victime de ses mots.

    En plus d'être souvent employé comme juge pour régler les différents, Momus était le secrétaire de Zeus, ou plutôt de l'Assemblée des Dieux. Critiquant sur demande et pointant du doigt toutes les fautes et tous les mauvaises choses que les Dieux pouvaient avoir fait, ou désignant les nombreux Héros devenus immortels ou non, en se moquant des dieux Égyptiens ou des nouvelles conquêtes de Zeus. Il adorait parler des coups bas que les Dieux avaient entre eux et des problèmes d'ordre religieux. Sur l'ordre du maître des Cieux, et grâce à son habilité à s'exprimer, le dieu expliquait tout et rédigeait même des projets de loi que lui demandait le roi des Dieux.


    Kings and queens may envy me
    While I claim the god of glee.
    So all gifts the gods throw down
    Bring their pains and troubles after;
    All save Momus, god of laughter.
    He alone gives constant joy.
    Hail to Momus, happy boy.




    Caractère : On ne qualifie pas quelqu’un par quelques adjectifs et quelques jolis mots, malheureusement. Si l’on souhaite comprendre quelqu’un dans toute sa complexité, il faudrait probablement y passer des jours, comprendre tous ses souvenirs et ceux qu’il a oublié, tout ce qui l’a forgé et toutes les petites choses qui font qu’au final, il ne fait qu’un et qu’il n’est pas un amoncellement de qualités et de défauts avec des noms qui ne veulent rien dire. On ne peut pas juger un homme par un mot, car l’homme change et la signification du mot également. C'est pourquoi qualifier un Dieu, devoir le décrire et en faire quelque chose de construit et de tangible n'est pas chose facile car plus de 2000 ans de vie et d'histoire en font un être tout à fait à part, le décrire, le faire vivre c'est devoir utiliser un certain nombre de mots pour être le plus compréhensible possible.

    Bien sûr, Momus est un être mauvais. Descendant de Nyx et d'Erebe, frère de tous les maux, il est donc une de ces innombrables plaies que le monde se serait bien passé d'élever en son sein. Invivable serait un bon adjectif pour commencer à expliquer le caractère de Momus. Invivable, oui. Sarcastique, moqueur, railleur, c'est bien lui. Il n'est d'ailleurs pas pour rien le dieu de la raillerie, des bons mots et des poètes. Ou des écrivains et des critiques. Enfin, il est quelqu'un qu'il vaut mieux ne pas avoir à proximité de chez soi. Toujours à chercher le petit bout, ce qui ne va pas avec un méticulosité toute propre à lui. Il s'exprime toujours avec un aplomb et un sérieux qui font passer tous ses sarcasmes pour des phrases réelles, des mots fait pour blesser et non pour se moquer de manière presque gentille de quelques défauts visibles.

    Une plaie, oui. Une véritable plaie pour tout un chacun. Toujours à sourire, toujours là à s'exprimer et à critiquer tout et n'importe quoi, il en devient vite hargneux et ne se préoccupe pas de l'opinion de son interlocuteur. Il est le genre de type qui met de l'eau dans son vin, prêt à retourner sa veste au moindre problème et à poignarder son meilleur ami dans le dos si cela lui permet d'en retirer quelque chose. Neutre à la plupart des conflits qui secoue n'importe quelle cour, il lui arrive pourtant de se mêler de certaines intrigues afin d'envenimer la situation et pouvoir admirer la déchéance d'une personne qui l'avait rabroué de manière trop vive, qui l'avait blessé ou avait tenté de lui faire du mal. Il sait tout sur ce qui se trame, mais n'y participe pas. Il ne prend pas parti, tant que cela ne concerne pas une attaque sur sa famille, et dans ces cas là, il se contente de témoigner mollement son allégeance avant d'aller se réfugier chez Dionysos. Il aime regarder les luttes intestines et les alliances provisoires qui se forment afin que tout un chacun puisse mieux attaquer dans le dos son ancien ami, d'ailleurs il n'est pas rare qu'il soit l'un de ceux qui ait envenimé la situation.

    La morale n'est pour lui qu'une belle parole parmi tant d'autres mots que les diverses langues usitées sur Terre, un mot illusoire, creux, juste bon pour rassurer les gens et les plonger quotidiennement dans un monde fabriqué de toutes pièces et qu'ils essayent de ne pas voir. Comme la plupart des dieux mineurs et surtout des fils de Nyx, Momus est quelqu’un rongé par la peine, le regret et inévitablement la rancœur… Il fait face au monde avec pour air de dire : 'Tu vois, tu m'as frappé, meurtri, blessé, mais je tiens encore debout...'. Tout cela n'est que façade, boutades, rires, fausses amitiés.. Il se plait à rire des gens et déteste facilement.

    Momus est le genre de personnes qu'on ne connait pas et auquel pourtant on pourrait penser qu'il reste un soupçon d'espoir, d'humanité en lui. Une étincelle qui lui permettrait de remonter sur le droit chemin, celui des hommes et des bons dieux. Il ne suffirait que d'un modèle à suivre. Fadaises, il ne s'identifie en personne, même pas en travers de ses lointains cousins que sont les Olympiens, non pas à cause de la condition de 'roi' de ceux-ci, s'il ne s'arrêtait qu'à cela... mais tout simplement parce qu'il ne considère pas les pseudos vertus que s'arrogent les êtres humains comme des modèles à suivre. Il connait son statut, son 'égoïsme' d''homme' et, même s'il ne s'en vante pas ouvertement, il n'a pas honte contrairement aux autres de le montrer quand quelqu'un tente de le faire passer pour ce qu'il n'est pas. La 'chevalerie', voler au secours de la veuve et de l'orphelin, certes, de jolis mots, mais il n'est ni chevalier ni prêt à sauver des gens qu'il ne connait pas tant que cela ne lui rapporte rien ou qu'on ne lui a pas ordonné implicitement de le faire... encore faudrait-il qu'il obéisse à un ordre.

    Brutal, frustre, mauvais... N'importe quel personne qui se contente de vivre pourrait le qualifier ainsi, une longue suite détaillée de défauts, on ne tarit pas de méfaits qu'il aurait commis. Une monstruosité s'est produite quelque part ou dans les environs ? Aussitôt quelques créatures et autres seront prêt à lancer des bruits de couloirs, des ragots sur lui. Momus fait fi de ces murmures, les gens peuvent bien casser du sucre sur son dos, ce n'est pas ce qui va le pousser à faire un grand sourire et jouer avec des enfants en distribuant son argent aux gueux dehors. S'ils sont gueux... et bien tant pis pour eux ! Non, il n'ira pas frapper quelques inconnus qui auraient pu l'insulter, il se contente de les mépriser et de les regarder de haut avec du mépris dans la voix et quelques mots méchants à disperser. Heureux les faibles d'esprit comme qui dirait. Mais il ne fait pas dans la dentelle quand il s'adresse à quelqu'un.

    Vivre de faux semblant, sourire, hypocrisie permanente, toujours faire croire que l'on aime, penser tout le contraire avec des yeux pétillants de bonté et d'amour, voilà l'une des seules choses que Momus puisse vraiment faire sans faillir. La vie lui a appris que pour réussir à ne pas être dérangé et après avoir été accusé d'avoir fait le mal, il fallait savoir se faire tout petit et sympathique avec les gens autour de lui, il n'hésite pas à rendre service aux gens tant que cela n'entraîne pas de problèmes sur lui ou sur ses 'amis' qui sont, on peut le dire, assez susceptible et rapide de la gâchette en n'oubliant bien sûr pas de semer quelques méchancetés et moqueries pour faire bonne mesure.

    Il y a peu de choses que l'on peut aimer avec passion ou détester à loisir et pourtant, Momus déteste bien des choses, avant tout les Dieux Olympiens et leurs pouvoirs incroyables, leur force et leur puissance, leurs idéaux et l'amour que le peuple avait pour eux... Leur présence lui suffisait à avoir un goût amer dans la bouche, à les voir si jeunes et si fiers d'eux même, à fixer le monde avec un tel espoir alors qu'il n'y avait rien à attendre de lui, oh, oui, il se plaisait à les haïr de tout son être, jusqu'au plus profond de son être. Ils ne l'appréciaient pas, alors pourquoi ne pas garder le plaisir de leur dire d'aller se faire voir, de les traiter comme il se doit et de pointer et critiquer tout un chacun ?

    Il lui arrive bien sûr de pouvoir être quelqu'un de sociable, mais il s'agit généralement pour préparer un plus mauvais coup. Il aime susurrer des mots dans l'oreille d'Éris, sa chère sœur bien aimée. Il adore se moquer des gens dans le dos, arrondir les angles avec X en critiquant Y. Mais rien ne pourra l'empêcher d'être au final quelqu'un de mauvais et de détestable. Après tout il s'agit de sa raison de vivre et en bon fils il fait ce pour quoi il est né.

    Il ne serait pas de trop de dire que Momus a un grain, un sacré grain, d'ailleurs. Il est longtemps passé pour le bouffon de cour des Olympiens avant de se faire dire qu'il n'était plus le bienvenue là-haut... Rooh, mais ils ne comprenaient rien à l'idée même du fou du roi ? Après tout, son boulot était de se moquer de tout et de tout le monde, boulot dont il s'acquittait merveilleusement bien d'ailleurs. Toujours là à sourire, toujours à glousser, il se plait à être méchant et à faire tout ce qu'une personne saine d'esprit n'oserait pas. S'attaquer verbalement à Zeus ou à Chronos ne lui fait pas peur, dire ce qu'il pense d'Hadès ou de Poséidon l'amuse plus que tout au monde. Sautillant partout, toujours là, à bouger un peu partout, il se sait intouchable. Sa condition de 'fou' et surtout sa mère, Nyx, fait peur à bien des gens, il en profite largement.

    Mais cela n'empêche pas de faire de lui quelqu'un de lâche et de profondément peureux. Il a peur de tout ce qui pourrait le menacer ou le tuer. Mourir lui fait peur, souffrir lui fait peur et par dessus tout devoir faire attention au moindre de ses pas pour ne pas avoir à se faire tuer ou blesser le terrorise. Vivre dans une peur constante d'être tué n'est pas pour lui, il est certes un Dieu, mais il n'y a rien de bien agréable à se faire transpercer le corps à coups de glaive ou se faire tirer dessus..

    Il adore aller s'incruster dans une conversation en s'accrochant au cou des gens, avec un grand sourire et dire quelques méchancetés avant de s'éloigner d'un pas guilleret. Il est rare de le voir de mauvaise humeur, et même dans ces cas là, son caractère enfantin et moqueur ne change pas d'un poil.

    Un jour quelqu'un a dit : La jalousie qui se tait s'accroit dans le silence. Ce serait une belle phrase pour explorer une nouvelle facette du Dieu.. Sous ses dehors moqueurs et ses belles phrases, malgré tout ce qu'il pourra dire... Il est bel et bien jaloux des Olympiens, de leur renommée, de l'amour qu'on le porte et du dédain qu'ils peuvent adresser aux dieux mineurs.



    Apparence physique : Riez, oui, riez beau seigneur, belle dame, riez du physique ingrat, de cet air servile, moquez vous de ces yeux baissés avec servitude, de ces cheveux filasses, de ce teint pâle, trop pâle, de ces longs doigts, de ses genoux cagneux. Oui, moquez vous, flattez le, mais ne le considérez pas trop, ne lui accordez pas trop d'attention, il n'est qu'une ombre, l'ombre de ce seigneur, une des ombres.. l'un des fils de la Nuit. Rien de reluisant, rien de magnifique, et pourtant... il ne faut jamais se fier au regard. Baisse tes yeux, baisse tes yeux, idiot ! Baisse ton regard malsain avant de soutenir trop longtemps le regard du Maître, de ces êtres supérieurs. Des yeux bien trop pâles, mon grand, des yeux délavés, presque blancs, quelque chose de dérangeant dans ces yeux, une fixité troublante, sans clignements, sans perte de conscience, juste un point à fixer, loin des yeux de son interlocuteur, pas de mouvements inutiles, juste un point à fixer. Des yeux à demi fermés, des yeux délavés, des yeux qui ne fixent que la vague, on pourrait se dire, mais non, mon bon seigneur, non, non, non. Rien ne se reflétera dans ses yeux, aucune émotion visible, lisible, rien à voir, rien à lire, juste des yeux vides.

    Un physique est malheureusement une chose unique, quelque chose qu’on ne partage avec personne, même si un jumeau a le malheur de naitre. Il suffit pourtant de deux trois adjectifs pour décrire une population. Deux, trois mots qui deviennent tellement banals qu’ils ne veulent plus rien dire. De toute façon, quelle est la normalité ? La beauté ? Tout cela est relatif, il ne faut pas s’y fier.

    Momus, oubliez tout ce que vous pouviez vous dire sur l'idée d'un beau, d'un dieu charismatique, il est le prototype même du serviteur dévoué, de la tapisserie, de la plante de soirée, du porteur des plateaux, de celui qui se couche au pieds du lit et passe son temps à faire des courbettes, à nettoyer derrière le maître sans être vu, bref, il est quelqu'un de transparent et qui le sera probablement toute sa vie. Il ne parle pas, il ne fait rien, il se contente de suivre et d'obéir au moindre ordre, au moindre geste de son maître, oui, soumis, tel est ce à quoi ressemble Momus. Une figure de soumission et de respect hypocrite. Tant qu'il ne bouge pas, ou ne parle pas, ce qui est assez rare en soi, il semble presque invisible, on ne le remarque pas.

    Toujours à fixer par en dessous, en accord avec sa petite taille, Momus semble éternellement être un enfant, il ne regarde jamais quelqu'un autrement qu'avec respect et dévotion... ou avec une hypocrisie affectée pour les dieux mineurs et les hommes qui ne plaisent pas aux graaaaands Olympiens. Arrivant la plupart du temps aux épaules de ses congénères il semble chétif et enfantin, trop petit sans doute ? Non, pas vraiment, il reste d'une taille suffisante pour se glisser rapidement et avec habilité un peu partout, passer sous les lames sifflantes, les coups de hache, esquiver avec détachement les armes lourdes et les coups. La taille fine, les épaules enfoncées vers l'arrière, les genoux cagneux et ses doigts interminables ne sont qu'autant de témoins de la fragilité de ses membres et de sa chétivité. Au contraire des autres dieux qui semblent constamment sur leur 31, Momus semble quand à lui éternellement échevelé, tordu et perdu dans ses vêtements. Les mains tellement tordues qu'elles pourraient faire penser aux branches d'un arbre mort, toujours en mouvement, s'agrippant à quelques objets, quelques tissus, jouant entre elles, à triturer je ne sais quel chose qui passe là, ou des spasmes. Des tics agitent son visage continuellement, son épaule tressaute et il semble être toujours en train de bouger, agité de spasmes. On pourrait croire qu'il rit constamment avec son sourire en coin, tressautant sans cesse.

    Toujours imperturbable, impassible, figure même de silence et d'impassibilité, peut-être ? Tout sourire moqueur, yeux plissés, mains qui se cachent pour dissimuler un odieux mensonge ? Également. Autant physiquement que mentalement, Momus n’est pas quelqu’un de plat et de monotone. Il peut passer de la mine la plus souriante au regard le plus triste du monde. Pas de réel talent d’acteur mais un visage assez expressif, bien que sa qualité de dieu de la moquerie lui fasse souvent revêtir un sourire mi-figue mi-raisin. Il est tout sourire face aux gens qui viennent lui parler, moqueur, chafouin, cauteleux et complètement froid et imperturbable avec la personne suivante. Impossible de cerner ses réelles pensées dans ses manières hypocrites de se manifester.. Il lui arrive, évidemment, de ne pas être toujours en bon termes avec quelqu'un, mais il reste toujours aussi souriant et chafouin qu'à l'ordinaire, peut-être une stature un peu plus basse qu'à l'habitude.

    Il aurait pu être grand, maigre, musclé, beau et sentir le sable chaud. Mais non, on ne peut pas tout accumuler malheureusement, il y’a des belles personnes gâtées par la nature et celles, qui malheureusement, n’ont pas ou seulement quelques atouts physiques. Il serait difficile de trouver quelque chose qui fasse de Momus un bel homme, du moins, le genre d'hommes que les femmes aiment dans ce siècle. Il n'est, comme dit précédemment, ni grand, ni musclé, ni imposant et n'a pas la peau hâlée ou les cheveux gominés. Bref, ce n'est pas le genre de personnes qui sent bon l'argent et le charisme à dix mètres à la ronde.

    Il est d'ailleurs incapable de rester sur place une seconde, on aurait pu le qualifier d'hyperactif s'il avait été un humain. Toujours à bouger, à sautiller, à trottiner quelque part. Il est aussi fatiguant pour les autres que pour lui même. C'est probablement l'une des raisons de son teint blafard et des cernes sous ses yeux. Il ne prend jamais le temps de se poser, toujours à courir quelque part, le sourire aux lèvres. On peut remarquer parsemant ses joues et son nez quelques taches de son. Une légère cicatrice qui commence à disparaitre avec le temps orne sa joue gauche, cicatrice dont Zeus est l'auteur après avoir loupé d'une centaine de mètres la cible qu'il visait. Il n'explique sa provenance qu'avec une moue boudeuse et surtout un grognement mauvais à l'intention du maître des dieux qui pensait être un bon tireur.

    On pourrait aisément penser que ses yeux gris, en amande, ne cillent pas et fixent avec attention un point sans le quitter des yeux un seul instant. Ce ne serait pas totalement faux, dès qu'il tient quelqu'un, Momus ne le lâche pas des yeux, il le détaille, le dévisage, le jauge bien du regard pour pouvoir se baser sur les facteurs physiques de son interlocuteur, cherchant généralement quelques bon mots sur l'apparence de son vis à vis. Lors de ces séances de détaillage, le dieu a pris pour habitude de s'humecter les lèvres et de passer son doigt sur l'arrête de son nez avec un sourire mi-figue mi-raisin.

    L'homme tout sourire, une belle appellation pour le dieu du rire.. Il a beau avoir un sourire plein de fossette, passer son temps à faire risette, il ne découvre que rarement ses dents. Celles-ci sont assez écartées et certaines semblent se chevaucher. Ce n'est pas par honte de son physique qu'il n'ouvre pas grand la bouche, mais par expérience, il a appris que quand on se moque de quelqu'un, on offre pas à celui-ci un terrain de destruction et de violence que peut entrainer la vue des dents..

    Bien qu'il semble de nature négligée de prime abord, Momus apparait toujours imberbe et les cheveux ne dépassant pas ses yeux. Cheveux de couleur brune, souvent parsemés d'épis et mal coiffés. Ils restent au niveau de la nuque et des sourcils, ne couvrant pas les oreilles légèrement décollées, mais il s'agit d'un réel champ de bataille, digne de la plus belle gueule de bois.



    Amis / Amants : Ses frères et sœurs, peut-être ? Les enfants de Nyx en général, même si son humour ne sera sûrement pas forcément apprécié à chaque fois..
    Ennemis : Momus s'est fait beaucoup d'ennemis par delà les siècles, ou du moins il ne s'est pas fait que des amis, après tout on dit bien qu'il n'y a que la vérité qui blesse, non ? Et Momus s'acharne à critiquer et à dire ce qui semble pour lui être la vérité.

    Anecdotes diverses : On pourra citer plus tard dans ses 'exploits' l'idée de la guerre de Troie susurrée à Zeus lorsque celui-ci s'inquiéta de la surabondance d'hommes et l'idée de la Pomme d'Or à Eris lorsqu'elle fut exclue des réjouissances des déesses.... mais cela ne s'est pas passé, n'est-ce pas ?

    II. Hors-Jeu.

    Surnom / pseudo : Frey
    Pourquoi avez-vous choisi ce personnage ? Bonne question, je ne sais pas trop ? A la base c'était un personnage de RP rapide pendant des cours de latin puis il a légèrement muté et transformé pour devenir un perso de RP forum... enfin, je vois ça comme ça.
    Certifiez-vous avoir pris connaissance du règlement du forum ? Ja.
    Comment avez vous découvert ce forum ? Par le moteur de recherche forumactif.
    Des choses à ajouter ? //
Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice
Fondatrice
avatar
Localisation : Sur l'île Blanche
Humeur : Chasseresse 8D
Date d'inscription : 23/04/2012
Messages : 520
Double compte : Zeus

MessageSujet: Re: Momus - Le sourire est un devoir social Ven 22 Juin 2012 - 18:49

Bienvenue!
Ô.Ô Tu viens de faire the plus longue presentation du forum! *me abaisse un chapeau invisible* bravo! Tu rends bien justice au personnage, et je ne trouve rien à redire concernant le style, pour une fois :p

Alors, c'est un plaisir de te valider, et de te souhaiter beacoup de joie en RP sur ce forum ^^'

PS: Je pense que 5 zeus d'or sont bien mérités, n'est ce pas? Si quelqu'un à des remarques qu'il les dise maintenant ou qu'il se taise à jamaiiiiiis...

_________________

"Il pleut un pactole,
Sur notre idole,
Qui vole vers l'Acropole !
Mais elle ne part pas sans ailes,
Pour s'offrir la Grèce et ses merveilles !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FonDADAïste
FonDADAïste
avatar
Localisation : Islande. Dans les Rhododendrons.
Occupation : Piano et Piano. Dictatrice à ses heures perdues.
Humeur : Changeante...?
Date d'inscription : 21/04/2012
Messages : 553
Double compte : Hélène

MessageSujet: Re: Momus - Le sourire est un devoir social Ven 22 Juin 2012 - 20:32

Bienvenue à toi Momus ! C'est une très belle présentation, je suis épatée ! J'ai beaucoup aimé la description du caractère, je dois admettre qu'elle était très bien menée ! Et j'ai trouvé que la description physique était originale, ça changeait de l'habituel "il a une silhouette comme ceci, il est grand, il a les yeux verts" et c'est bon de voir de la nouveauté. Alors félicitations. Je vois que tu t'es très bien renseigné sur le personnage. Franchement je ne trouve rien à redire, à part deux ou trois phrases qui m'ont semblé étranges au niveau de la syntaxe (mais tu dois savoir que je suis extrêmement pointilleuse sur la syntaxe et l'orthographe Razz ). Mais bon nous ne sommes pas là pour un cour de français après tout alors je m'abstiendrai car ce serait vraiment pinailler que de s'attarder la dessus (Ta présentation est quasiment parfaite). Alors sur ce, je te souhaite un bon jeu et j'espère que le forum te plaira Smile Encore bravo pour cette excellente présentation, très bien présentée qui plus est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Momus - Le sourire est un devoir social Sam 23 Juin 2012 - 0:24

Et bah, j'espère au moins que tu retenus tes cours de latin parce que vu la langueur de la fiche, on est en droit de douter de ton talent linguistique Razz
En tous les cas, bienvenue parmi nous Wink
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Momus - Le sourire est un devoir social

Revenir en haut Aller en bas

Momus - Le sourire est un devoir social

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Momus - Le sourire est un devoir social
» Il y a soixante-dix ans, 1937 : 70 ans après, un devoir de m
» Nouveau contrat social
» Soeur Sourire
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Olympus Tales :: Archives :: Autour du RP :: Anciens personnages-